Retraites : l'Assemblée adopte le premier des 65 articles

Publié le 25/02/2020 - 08:25
Mis à jour le 25/02/2020 - 09:05

L'Assemblée nationale a adopté lundi 24 février 2020, au huitième jour d'examen, le tout premier des 65 articles du projet de loi de réforme des retraites, sous les applaudissements de la majorité qui continue à s'interroger sur un possible recours au 49-3. Un nouvel article à la réforme a été adopté pour "garantir" aux enseignants des "revalorisations salariales", une promesse que les oppositions jugent "inconstitutionnelle", avec "un risque juridique énorme".

assemblee_nationale3.jpg
© dp

Entre rappels au règlement et suspensions de séance à répétition, il aura fallu 70 heures de débats pour venir à bout des quelque 2.200 amendements et sous-amendements déposés principalement par les oppositions, sur cet article qui fixe les principes généraux du futur système par points. Il a été validé par 89 voix contre 46, sous les applaudissements de la majorité.

"C'est un moment historique, nous allons mettre au voix l'article premier", a ironisé la présidente de séance Annie Genevard (LR), après huit jours marqués par l'impossible dialogue entre la majorité et la gauche de la gauche. "Amendements points-virgules", "obstruction organisée": les "marcheurs" n'ont eu de cesse de condamner l'attitude des insoumis et des communistes.

Dès lors, les spéculations vont bon train sur un recours du gouvernement à l'article 49, alinéa 3 de la Constitution, cette arme qui permet de faire passer un texte sans vote à l'Assemblée mais qui engage la responsabilité du gouvernement.

S'il fallait "défendre cette option" sur le terrain, "j'expliquerais la mécanique" des oppositions, pour qu'"on ne nous considère pas comme responsables", a déjà fait valoir la députée Marie Lebec, vice-présidente du groupe LREM.

Lundi matin, le président du groupe LREM, Gilles Le Gendre, a demandé que le texte, s'il devait être soumis au 49-3, intègre les amendements portés par les députés de la majorité.

L'idée que le gouvernement engage sa responsabilité dans les tout prochains jours avait été relayée, ce week-end, dans la majorité. "Ça donne un message de panique!", a temporisé lundi un membre du gouvernement, selon qui "on n'a pas le couteau sous la gorge". "Attendons un peu. Il faut continuer à batailler", a-t-il ajouté.

Déjà, dimanche, l'entourage du Premier ministre avait fait savoir qu'"on n'a pas à subir la pression" et que "ceux qui mettent la pagaille devront subir la pression de s'expliquer devant l'opinion".

?"Garanties" pour les enseignants

L'article 1er voté lundi vise à décliner les "principes généraux de la réforme", et aussi à en fixer les "objectifs sociaux et économiques".

"La Nation affirme solennellement son attachement à un système universel de retraite qui, par son caractère obligatoire et le choix d'un financement par répartition, exprime la solidarité entre les générations", affirme-t-il.

L'article insiste notamment sur les objectifs "d'équité", avec la garantie qu'"un euro cotisé ouvre les mêmes droits pour tous", de "lisibilité" et de "soutenabilité économique".

"Sous réserve d'un âge minimum", le projet de loi instaure aussi une "liberté de choix" dans l'âge de départ à la retraite - "exemple de la duplicité de ce texte" pour le communiste Pierre Dharréville, "l'alinéa le plus indécent" pour l'insoumis Eric Coquerel.

"Si l'article 1er provoque autant de discussions, c'est qu'il est mal rédigé" et vise à donner "bonne conscience", a abondé Stéphane Viry (LR).

Les députés ont légèrement retouché cet article, ajoutant la prise en compte des aidants familiaux, du handicap et encore la garantie d'un "niveau de vie digne" pour les retraités.

L'Assemblée nationale a par ailleurs ajouté symboliquement lundi un nouvel article à la réforme des retraites pour "garantir" aux enseignants des "revalorisations salariales", une promesse que les oppositions jugent "inconstitutionnelle", avec "un risque juridique énorme".

Cette hausse a été promise par le gouvernement pour assurer aux enseignants des pensions équivalentes à la situation actuelle.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Rebond de l’épidémie de Coronavirus : « Il nous reste trois semaines pour agir »

Suite aux annonces gouvernementales, le préfet du Doubs, Joël Mathurin, a précisé l'application locale émanant du décret instaurant l’état d’urgence sanitaire à compter de ce samedi 17 octobre 2020. Masques, rassemblements festifs, interdiction des soirées étudiantes, visites sur rendez-vous dans les Ehpad, registre pour les restaurants... : voici les mesures actuelles et à venir pour ralentir la circulation du virus et éviter un couvre-feu.
EN DIRECT | Conférence de presse sur les mesures de lutte contre la COVID-19.

EN DIRECT | Au lendemain des annonces du président de la République, je m’exprime sur l’application des mesures destinées à lutter contre la COVID-19.

Publiée par Jean Castex sur Jeudi 15 octobre 2020

Covid-19 : un nouveau tour de vis qui concerne toute la France…

Commerces fermés de 21h à 6h dans neuf métropoles, attestations de déplacement et aides aux entreprises... Au lendemain de l'annonce choc d'un couvre-feu par Emmanuel Macron, le gouvernement a détaillé le tour de vis des nouvelles mesures prises pour lutter contre l'épidémie.

Jusqu’à 1000 euros de primes Covid attribuées par le conseil départemental du Territoire de Belfort

Le Département du Territoire de Belfort a connu, en cette année 2020, une crise sanitaire inédite et inattendue. Le président du conseil départemental du Territoire de Belfort, Florian Bouquet, a choisi d’attribuer des primes exceptionnelles aux agents ayant œuvré pendant le confinement. L’attribution de ces primes a été votée à l’unanimité à l’occasion de la séance publique du conseil départemental de mercredi 14 septembre 2020.

Report des régionales ? B. Retailleau réclame une décision fin 2020, A. Genevard invite à être « imaginatif »

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, attaché au "respect du calendrier électoral", a demandé mercredi 14 octobre 2020 qu'une décision soit arrêtée en "fin d'année" ou "tout début" 2021 sur un éventuel report des élections régionales et départementales à cause de la crise du Covid-19. De son côté, la députée du Doubs et vice-présidente LR de l'Assemblée nationale Annie Genevard déclare qu'il est encore trop tôt et met en garde contre de "possibles calculs politiciens" de la majorité présidentielle derrière un éventuel report.

« La lutte contre le capital et le patronat va continuer » : la phrase qui met en émoi la classe économique et politique de Besançon….

Polémique • Tout est parti de la conférence de presse donnée pour l'inauguration de la banderole "À bientôt j'espère" le 9 octobre 2020. Aline Chassagne a été épinglée pour une de ses citations, créant ainsi la polémique au sein de la classe politique et économique. L'adjointe à la culture de Besançon s'est expliqué lors du dernier conseil municipal...

Bourgogne Franche-Comté : l’équipe de campagne France insoumise prend la résolution de lutter « par tous les moyens possibles » contre les néonicotinoïdes

L’équipe régionale de campagne de la France insoumise pour les élections départementales et régionales s’est réunie mercredi 7 octobre 2020. Dans un communiqué du 10 octobre, elle annonce prendre acte du vote du 6 octobre 2020 à l’Assemblée nationale autorisant l’utilisation des néonicotinoïdes. Dans le même temps, l'équipe de campagne a adopté une résolution et propose à chaque citoyen de Bourgogne Franche-Comté de la signer.

Annie Genevard (LR) réélue première vice-présidente de l’Assemblée nationale

Jeudi 1er octobre 2020, à l’occasion de l’ouverture de la session ordinaire de ses travaux, l’Assemblée nationale a procédé au renouvellement annuel de son Bureau. Ainsi, hormis le président élu pour la législature, les postes des six vice-présidents, des trois questeurs et des douze secrétaires étaient à renouveler.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.17
couvert
le 20/10 à 18h00
Vent
1.59 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
70 %

Sondage