RFF à Dijon : Jean-Louis Fousseret «n’acceptera jamais pareille délocalisation»

Publié le 15/01/2011 - 08:35
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:46

Une semaine après l’article de maCommune.info consacré au probable transfert du siège de RFF (Réseau ferré de France) de Besançon à Dijon, le maire de Besançon s’est (enfin ?) attaqué au sujet en publiant une lettre ouverte dans laquelle il demande «rendez-vous immédiat» avec le patron de RFF. RFF compte une soixantaine de salariés à Besançon installés à La City depuis quelques mois.

 ©
©
La lettre ouverte de Jean-Louis Fousseret dans laquelle il retrace l’historique des liens entre RFF et Besançon :
« Des rumeurs insistantes font état du projet de transfert à Dijon de la Direction Régionale Bourgogne Franche-Comté de Réseau Ferré de France (RFF), installée à La City.
Le Maire-Président du Grand Besançon manifeste sa vive inquiétude et sa colère face à ce nouveau désengagement et prendra toutes les initiatives pour maintenir la Direction Régionale de RFF dans la capitale régionale.
Il rappelle toutes les démarches qu’il a effectuées depuis 1997, notamment des rencontres et des courriers avec les Présidents de la SNCF et de RFF pour préserver l’emploi ferroviaire à Besançon, juste contrepartie des sommes engagées par les collectivités territoriales, notamment dans le financement de la réalisation de la branche Est de la Ligne à Grande Vitesse Rhin-Rhône.
C’est grâce à ces démarches que de nombreuses activités ont été maintenues ou développées à Besançon, notamment :
-la création de la délégation régionale SNCF, devenue Délégation TER Franche-Comté,
-la création de l’Établissement de Traction de Bourgogne - Franche-Comté : agents de conduite, techniciens, encadrement du Dépôt SNCF rue Résal,
-la fixation d’une Unité de Police ferroviaire à Viotte ...
A noter que ces démarches ont été effectuées en étroite collaboration avec les organisations syndicales de cheminots.
Quand RFF a été créé en 1997, Jean-Louis Fousseret, alors député du Doubs, a obtenu que le choix de Besançon s’impose comme site de la première « Mission LGV », installée rue de la République, choix confirmé pour le siège de la Région Bourgogne-Franche-Comté à L’Ile aux Moineaux. Il s’agissait de compenser le départ de la Direction Régionale de la SNCF à Dijon et la fuite des emplois ferroviaires qui, depuis des décennies, ont été transférés de Besançon vers Dijon surtout, mais aussi vers Mulhouse, Nancy, voire Lyon. Sur demande de M. Svetchine, Directeur de RFF, le Maire-Président s’est attaché à rechercher des locaux plus spacieux que ceux du quartier de la Mouillère.
C’est ainsi que RFF et ses 60 collaborateurs (ingénieurs, techniciens qualifiés, personnels administratifs) se sont installés dans des locaux confortables à la City, cette installation étant précédée de travaux financés par RFF d’un montant d’environ 1 M€. Cet investissement lourd de RFF était bien, à l’époque, le signe de d’un enracinement en Franche-Comté. Sinon, pourquoi investir tant d’argent public qui serait inefficace quelques années après.
Il a en outre proposé son aide dans la recherche de foncier pour la construction d’un bâtiment personnalisant le siège régional, puisque telle était la volonté de RFF, dans la perspective des missions futures de la LGV Rhin-Rhône (2ème tranche branche Est, études et travaux branche Sud, études branche Ouest…).
La Ville de Besançon s’est par ailleurs engagée en faveur de la politique foncière de RFF, qu'elle accompagne notamment dans le processus de renouvellement urbain des terrains "Pomona", récemment initié par RFF.
Il est enfin rappelé que le Préfet de Région de la Franche Comté reste le Préfet coordonnateur de cette LGV Rhin Rhône.
Pour toutes ces raisons, Jean-Louis Fousseret n’acceptera jamais pareille délocalisation et se battra pour que la Direction Régionale de RFF reste à Besançon.
Il demande à cet effet, un rendez-vous immédiat au Président de RFF, auquel il convie les parlementaires de Franche-Comté qui voudront bien l’accompagner dans sa démarche de maintien de cette Direction Régionale en Franche-Comté ».
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.43
couvert
le 02/03 à 3h00
Vent
4.3 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
75 %