Alerte Témoin

Santé : des infirmiers anesthésistes de Franche-Comté montent à Paris pour manifester

Publié le 23/11/2016 - 17:24
Mis à jour le 24/11/2016 - 11:45

Une vingtaine d’infirmiers anesthésistes vont monter le jeudi 24 novembre 2016 à Paris pour rejoindre une partie de la profession. Ensemble ils vont manifester devant le ministère de la fonction publique pour exiger une revalorisation salariale.

Une bataille qui dure depuis 10 ans

Ils seront 18 de Franche-Comté à monter le jeudi 24 novembre 2016 à Paris : 10 infirmiers anesthésistes du CHU de Besançon, 4 de Vesoul et 4 étudiants. Ils se rendront à 10 heures devant le ministère de la fonction publique pour demander une revalorisation salariale. 

"Depuis 2010, avec les Accords de Bologne et les équivalences de formation en Europe (licence et master), l’état a placé les grilles de salaires des infirmiers anesthésistes en bac + 3 alors que nous sommes titulaires d’un bac + 5" comme nous l’explique Stéphanie Moreau, membre du syndicat national des infirmiers anesthésistes.

De plus, le protocole Bachelot, lui aussi validé en 2010, a fais perdre la notion de pénibilité à la profession ce qui permettait de garantir un an de travail en moins avant la retraite tous les 10 ans.

Ensuite c’était au tour de la loi de santé de la ministre Marisol Touraine de proposer une nouveauté, celles des catégories d’infirmiers en pratiques avancées. "Ces derniers", précise Stéphanie Moreau, "ont fait moins d’études mais sont mieux payer que nous. On exige une revalorisation salariale à la hauteur de notre formation". Le ministère de la santé a fais plusieurs promesses mais à chaque fois il a fais machine arrière.

Si les infirmiers anesthésistes étaient payé à hauteur de leur qualification, ils devraient avoir un salaire auquel s’ajoute plus de 600 par mois en fin de carrière. "Aujourd’hui, le gouvernement nous en propose 50", conclue Stéphanie Moreau, infirmière anesthésiste.

En France il y a 9 700 infirmiers anesthésistes et 250 en Franche-Comté. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Agressions au couteau : « Nous refusons que Besançon devienne une ville coupe-gorge

Suite à trois agressions au couteau dans la nuit de samedi à dimanche au centre-ville de Besançon, les élus Les Républicains au conseil municipale de Besançon ont publié un communiqué dans lequel ils appellent la maire Anne Vignot et son équipe à "sortir de sa léthargie, soutenir plus activement notre police municipale et, surtout, enfin garantir la sécurité à Besançon."

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

OP Véolia – Suez : le sénateur Longeot s’oppose à la fusion

Le sénateur du Doubs attire l'attention du Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur l'annonce d'une offre publique d'achat (OPA) de Veolia sur la totalité du capital de Suez. Jean-François Longeot met l’accent sur "la principale crainte qui reste bien le haut risque de casse sociale avec un plan social massif qui menacerait les 30 000 salariés du groupe en France".

General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d'emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit "consterné" par des décisions "inadmissibles".

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     16.34
    couvert
    le 20/09 à 21h00
    Vent
    0.32 m/s
    Pression
    1015 hPa
    Humidité
    91 %

    Sondage