Santé : des infirmiers anesthésistes de Franche-Comté montent à Paris pour manifester

Publié le 23/11/2016 - 17:24
Mis à jour le 24/11/2016 - 11:45

Une vingtaine d’infirmiers anesthésistes vont monter le jeudi 24 novembre 2016 à Paris pour rejoindre une partie de la profession. Ensemble ils vont manifester devant le ministère de la fonction publique pour exiger une revalorisation salariale.

Une bataille qui dure depuis 10 ans

PUBLICITÉ

Ils seront 18 de Franche-Comté à monter le jeudi 24 novembre 2016 à Paris : 10 infirmiers anesthésistes du CHU de Besançon, 4 de Vesoul et 4 étudiants. Ils se rendront à 10 heures devant le ministère de la fonction publique pour demander une revalorisation salariale. 

« Depuis 2010, avec les Accords de Bologne et les équivalences de formation en Europe (licence et master), l’état a placé les grilles de salaires des infirmiers anesthésistes en bac + 3 alors que nous sommes titulaires d’un bac + 5 » comme nous l’explique Stéphanie Moreau, membre du syndicat national des infirmiers anesthésistes.

De plus, le protocole Bachelot, lui aussi validé en 2010, a fais perdre la notion de pénibilité à la profession ce qui permettait de garantir un an de travail en moins avant la retraite tous les 10 ans.

Ensuite c’était au tour de la loi de santé de la ministre Marisol Touraine de proposer une nouveauté, celles des catégories d’infirmiers en pratiques avancées. « Ces derniers« , précise Stéphanie Moreau, « ont fait moins d’études mais sont mieux payer que nous. On exige une revalorisation salariale à la hauteur de notre formation« . Le ministère de la santé a fais plusieurs promesses mais à chaque fois il a fais machine arrière.

Si les infirmiers anesthésistes étaient payé à hauteur de leur qualification, ils devraient avoir un salaire auquel s’ajoute plus de 600 par mois en fin de carrière. « Aujourd’hui, le gouvernement nous en propose 50« , conclue Stéphanie Moreau, infirmière anesthésiste.

 

En France il y a 9 700 infirmiers anesthésistes et 250 en Franche-Comté. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon étaient 86% à voter pour se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.17
légère pluie
le 18/10 à 6h00
Vent
3.84 m/s
Pression
1013.04 hPa
Humidité
95 %

Sondage