Sarkozy n'annonce pas de rallonge pour le TGV Rhin-Rhône

Publié le 17/03/2009 - 12:56
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:30

En visite sur la ligne à grande vitesse à Chevroz, Nicolas Sarkozy n'a pas fait d'annonce budgétaire pour la deuxième tranche de la branche-est.

Marie-Guite Dufay, présidente du conseil régional, a tenu sa promesse de solliciter le président de la République sur le financement de la deuxième tranche de la LGV entre Villers-es-Pots et Dijon et entre Belfort et Mulhouse, évalué désormais à plus d'un milliard d'euros. L'Etat devrait verser environ 300 millions d'euros.

Mais Nicolas Sarkozy n'a pas fait d'annonce à ce sujet à l'occasion de la visite qui lui a donné l'occasion de se rendre compte de l'avancée du chantier de la première tranche et saluer quelques salariés.

"En m'affirmant que les socialistes ne soutiennent pas le plan de relance, il a politisé le dossier et c'est dommage. De plus, on n'est pas contre le plan. On estime que les investissements sont importants, mais qu'il faut aussi penser à la relance par la consommation".

"J'avance, je fais ce que je peux", lui aurait répondu le président de la République.

"Si nous ne lançons pas la deuxième tranche, le projet sera vidé d'une partie de son efficacité", a plaidé Marie-Guite Dufay.

La visite présidentielle s'est déroulée en présence de nombreux élus et de plusieurs ministres (Lagarde, Devedjan et Bussereau). Nicolas Sarkozy n'est resté que quelques minutes sur le chantier avant de se rendre à Ornans pour visiter Alstom et tenir une table ronde sur l'investissement durable à laquelle, après y avoir été évincée, Marie-Guite Dufay a été finalement conviée.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.49
ciel dégagé
le 26/11 à 12h00
Vent
0.58 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
76 %

Sondage