Alerte Témoin

Sauvadet : "Hollande en campagne sur la terre de ses mensonges…"

Publié le 08/10/2016 - 08:45
Mis à jour le 08/10/2016 - 09:28

Dans un communiqué le président UDI du Département de la Côte d'Or fustige la politique du gouvernement vis-à-vis des collectivités territoriales et notamment sur le niveau des dotations allouées aux départements.

05FrancoisSauvadet004.JPG
François Sauvadet ©Alexane Alfaro

"Alors que se clôturait à Poitiers, vendredi 7 octobre, le 86e congrès de l’Assemblée des Départements de France, François Hollande était en campagne à Dijon.

Pourtant, c’est le Chef de l’État en personne qui s’était adressé aux maires lors du congrès de l’AMF, le 2 juin dernier, et qui avait envoyé son Premier ministre à la réunion annuelle des présidents de régions, fin septembre. À chaque fois, pour s’attirer les bonnes grâces de son public, l’exécutif n’était pas arrivé les mains vides puisque maires et élus régionaux étaient repartis avec de substantielles aides, à hauteur de 1 milliard d’euros pour le bloc communal et de 450 millions d’euros pour les régions.

Comme les caisses de l’État sont désormais désespérément vides, il n’y avait plus d’argent à distribuer aux Départements. Ce qui explique sans doute l’absence de François Hollande devant les présidents de conseil départemental. Ce qui explique aussi pourquoi le Président a préféré envoyer au front Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du Territoire et des Collectivités territoriales. François Hollande escomptait peut-être que le passé de président de conseil général de Jean-Michel Baylet serait suffisant pour faire oublier aux collectivités départementales que l’État, non content de leur faire les poches depuis 2012, continue de charger la barque des dépenses. Au final, malgré l’optimisme indécent affiché lors de son discours de clôture, Jean-Michel Baylet n’a récolté que des sifflets. 

Et pendant ce temps, pendant que certains conseils départementaux ne parviennent plus à financer l’explosion des dépenses sociales, François Hollande était donc en visite à Dijon. Le Chef de l’État avait choisi de participer au congrès de l’Union syndicale de la magistrature, une organisation de magistrats marquée à gauche. Un déplacement sans aucun doute moins risqué que celui du soldat Baylet, à Poitiers, contraint d’affronter les questions embarrassantes d’élus qui se battent pour leurs territoires.

Surtout que, Dijon, François Hollande connaît bien. C’est la ville de son ami de toujours, François Rebsamen, ancien ministre du Chômage C’est également dans la capitale de Bourgogne-Franche-Comté, autrefois terre accueillante et hospitalière pour le Chef de l’État, désormais totalement barricadée pour préserver l’auguste visite présidentielle de tout désagrément, que le candidat Hollande avait plaidé, en mars 2012, pour un « pacte national de confiance » avec les collectivités locales. Le même candidat Hollande qui promettait dans son programme présidentiel que ce pacte garantirait « le niveau des dotations à leur niveau actuel ».

Quatre ans plus tard, entre provocation et légèreté, François Hollande était de retour à Dijon, sur la terre de ses mensonges…"

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Remaniement, « après-Covid » : Macron répond à la presse régionale et reçoit les présidents des 3 assemblées

Emmanuel Macron accorde ce jeudi 2 juillet 2020, avant un remaniement annoncé comme imminent, une interview aux quotidiens régionaux à paraître vendredi, et reçoit à 17h30 les présidents des trois assemblées (Sénat, Assemblée nationale, Cese) qui lui remettront leurs recommandations, a annoncé l'Elysée. Ce seront les deux dernières étapes avant le remaniement prévu dans les jours qui viennent.

110 km/h sur l’autoroute : « 40 millions d’automobilistes » se réjouit du rejet de cette proposition

Lundi 29 juin 2020, le président de la République Emmanuel Macron recevait au Palais de l'Élysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat, qu'il avait chargée de proposer des solutions "radicales" pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de -40 % d'ici 2040. Un rapport contenant 149 propositions lui a donc été remis le 19 juin dernier ; Emmanuel Macron s'était engagé à y "apporter une première réponse" aujourd’hui. Ainsi, toutes les propositions émises par la CCC feront l'objet d'un projet de loi d'ici la fin de l'été. Toutes, sauf trois, parmi lesquelles l'abaissement de 130 à 110 km/h de la vitesse maximale sur les autoroutes : une victoire pour l'association "40 millions d'automobilistes".

Municipales : le point en Bourgogne-Franche-Comté

La vague verte a englouti dimanche Besançon, grâce à une large union de la gauche (EELV -PS -PC -Génération.s – AGC), tandis que le PS conserve Dijon, exemple de la résilience du socialisme municipal, avec un quatrième mandat à l'ancien ministre de François Hollande, François Rebsamen. A Belfort, le LR  Damien Meslot est réélu tandis que Lons-le-Saunier bascule dans une alliance gauche-verts avec Jean-Yves ravier.

Besançon se réveille en vert : Anne Vignot l’emporte de 566 voix

Première écologiste et première femme maire de Besançon.  Anne Vignot a remporté d'une courte tête à 566 voix la mairie de Besançon avec 43,83% des suffrages, dimanche, devant le candidat LR Ludovic Fagaut (41,61% 10.579 voix) et le marcheur Eric Alauzet (14,55% 3.700 voix). L'abstention frôle les 61 %  
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     21.57
    légère pluie
    le 02/07 à 15h00
    Vent
    4.21 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    34 %

    Sondage