Sciences Po Nancy : la gauche l’emporte… devant le Modem

Publié le 07/04/2012 - 09:27
Mis à jour le 07/04/2012 - 09:28

Les étudiants de Sciences Po à Nancy ont élu la gauche, vendredi, lors d'une simulation de l'élection présidentielle française qui mettait aux prises non des candidats mais trois listes, de gauche, du centre et de droite, cette dernière rassemblant l'UMP et l'extrême-droite.

simulation

PUBLICITÉ

La coalition PS, Front de gauche et Europe Ecologie Les Verts a recueilli plus de 47% des suffrages face au MoDem (40%), alors que les bulletins nuls étaient comptabilisés.

"L'alliance pour la droite nationale ADN", qui réunissait l'UMP, le Front national et divers autres partis d'extrême droite s'était inclinée dès le premier tour, il y a quinze jours.

"C'est une manière d'apprendre plus ludique et participative qu'un cours traditionnel. La campagne a commencé il y a trois mois, cela a permis d'intéresser tous les étudiants à la politique, davantage que lors de cours magistraux", a expliqué le directeur, François Laval.

Les listes candidates devaient recueillir vingt parrainages du personnel de l'établissement, avant de s'affronter lors de débats sur l'Europe, la réforme de l'Etat, la légalisation du cannabis ou l'ouverture du mariage aux homosexuels.

"La campagne de la vraie présidentielle n'est pas aussi bonne que la nôtre: nous, on a parlé des vrais sujets importants", affirme Cécile Thévenin, étudiante en deuxième année, qui ne cache pas sa préférence pour le MoDem.

De nombreuses vidéos ont également été réalisées durant les dernières semaines, certaines connaissant un tel succès sur YouTube que les véritables partis politiques ont contacté les étudiants.

"Le MoDem nous a appelé pour qu'on retire le logo de la vidéo: on leur a expliqué et ils ont fini par comprendre", sourit Quentin Garnier, l'un des trois membres de la "Haute autorité" qui organisait l'élection.

Les vainqueurs de la liste de gauche se sont en outre autorisés à donner des conseils à François Hollande. "Il faut qu'il continue sur cette voie, qu'il parle de Justice et d'égalité", dit Marthe Nagels.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : Jacques Ricciardetti est le candidat du Rassemblement national à Besançon

MISE A JOUR A 17h35 • Le Rassemblement national a dévoilé son candidat à l'élection municipale de Besançon en 2020 : il s'agit de Jacques Ricciardetti, ancien maire de Tressandans (Doubs). Le programme se positionnera sur trois axes : "proximité", "sobriété" et "bon sens" avec le slogan : "Changeons Besançon".

Gratuité des transports collectifs : J. Grosperrin prend l’exemple de Besançon devant le Sénat

Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs, est intervenu mercredi 20 novembre 2019 en séance publique au Sénat à l'occasion d'un débat suite au rapport "Gratuité totale des transports collectifs : fausse bonne idée ou révolution écologique et sociale des mobilités ?" Au cours de son intervention, l'élu bisontin cite le cas de la ville de Besançon et de sa métropole.

Un revenu universel d’activité pour « remettre le modèle social français sur pied » selon O. Noblecourt

Le délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté en charge de la concertation sur le revenu universel d'activité Olivier Noblecourt était à Besançon mardi 20 novembre 2019 dans le cadre d'un des six ateliers citoyens sur la réforme du revenu universel d'activité…

Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, en visite à Besançon ce mardi

Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, en charge de la concertation sur le revenu universel d’activité, sera en visite officielle mardi 19 novembre 2019 à Besançon dans le cadre de la consultation citoyenne sur le Revenu universel d'activité.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.98
couvert
le 22/11 à 21h00
Vent
2.11 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
87 %

Sondage