Sciences Po Nancy : la gauche l’emporte… devant le Modem

Publié le 07/04/2012 - 09:27
Mis à jour le 07/04/2012 - 09:28

Les étudiants de Sciences Po à Nancy ont élu la gauche, vendredi, lors d'une simulation de l'élection présidentielle française qui mettait aux prises non des candidats mais trois listes, de gauche, du centre et de droite, cette dernière rassemblant l'UMP et l'extrême-droite.

simulation

PUBLICITÉ

La coalition PS, Front de gauche et Europe Ecologie Les Verts a recueilli plus de 47% des suffrages face au MoDem (40%), alors que les bulletins nuls étaient comptabilisés.

« L’alliance pour la droite nationale ADN« , qui réunissait l’UMP, le Front national et divers autres partis d’extrême droite s’était inclinée dès le premier tour, il y a quinze jours.

« C’est une manière d’apprendre plus ludique et participative qu’un cours traditionnel. La campagne a commencé il y a trois mois, cela a permis d’intéresser tous les étudiants à la politique, davantage que lors de cours magistraux« , a expliqué le directeur, François Laval.

Les listes candidates devaient recueillir vingt parrainages du personnel de l’établissement, avant de s’affronter lors de débats sur l’Europe, la réforme de l’Etat, la légalisation du cannabis ou l’ouverture du mariage aux homosexuels.

« La campagne de la vraie présidentielle n’est pas aussi bonne que la nôtre: nous, on a parlé des vrais sujets importants », affirme Cécile Thévenin, étudiante en deuxième année, qui ne cache pas sa préférence pour le MoDem.

De nombreuses vidéos ont également été réalisées durant les dernières semaines, certaines connaissant un tel succès sur YouTube que les véritables partis politiques ont contacté les étudiants.

« Le MoDem nous a appelé pour qu’on retire le logo de la vidéo: on leur a expliqué et ils ont fini par comprendre », sourit Quentin Garnier, l’un des trois membres de la « Haute autorité » qui organisait l’élection.

Les vainqueurs de la liste de gauche se sont en outre autorisés à donner des conseils à François Hollande. « Il faut qu’il continue sur cette voie, qu’il parle de Justice et d’égalité », dit Marthe Nagels.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 17.24
légère pluie
le 18/07 à 18h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1014.34 hPa
Humidité
84 %

Sondage