Sécu : après le Covid, la Cour des comptes veut serrer la vis sur la santé

Publié le 05/10/2021 - 16:22
Mis à jour le 05/10/2021 - 16:48

La crise sanitaire du Covid-19 a replongé la Sécurité sociale dans un déficit sans issue, à moins "d'engager des actions résolues" pour limiter "significativement" les dépenses, de retraites mais aussi de santé, estime la Cour des comptes dans un rapport publié mardi.

 ©
©

Pour sortir du "trou", il va falloir piocher. Après les pertes abyssales enregistrées en 2020 et 2021, la "Sécu" va un peu se rétablir, mais reste confrontée à "la perspective de déficits permanents dépassant 10 milliards d'euros à partir de 2024", selon la Cour des comptes.

Une situation "problématique", car "cela signifie que les dépenses de soins ou les pensions versées aujourd'hui devront être financées par nos enfants ou nos petits-enfants", a souligné son président, Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse.

La dégradation des comptes doit beaucoup au Covid-19 et ses conséquences: d'un côté, "une perte définitive de recettes" à cause de la récession, à hauteur de 8 milliards d'euros par an; de l'autre le "Ségur de la santé" et ses 10 milliards de "revalorisations salariales à caractère pérenne", précise le rapport.

La dérive est telle que la colossale reprise de dette votée l'an dernier "ne suffirait pas à couvrir le déficit 2023" comme prévu.

A moins d'un nouveau report du remboursement du "trou de la Sécu" au-delà de 2033, "des choix devront être faits", prévient la Cour, qui penche sans surprise pour "un effort de redressement axé sur les dépenses", en particulier "dans les domaines de l'assurance-maladie et des retraites".

Sur ces dernières, les magistrats financiers se contentent de renvoyer à leurs précédents rapports. En matière de santé, en revanche, ils développent plusieurs pistes "d'amélioration de l'efficience", à commencer par une "régulation pluriannuelle" afin de "réaliser des objectifs d'évolution potentiellement plus exigeants".

En clair, après avoir ouvert en grand les vannes du "quoi qu'il en coûte", le gouvernement est prié de fermer les robinets: fin de la prise en charge à 100% des téléconsultations, poursuite des baisses de tarifs pour les laboratoires d'analyse médicale, reprise "à plus large échelle" des contrôles visant aussi bien les assurés que les soignants.

"Il y a un enjeu fort, pour l'avenir de la Sécurité sociale, à reprendre en main l'évolution des dépenses d'assurance maladie", a souligné M. Moscovici, assurant toutefois que "la philosophie de la Cour n'est pas l'austérité, ni la réduction des droits".

Le rapport souhaite aussi que soient "menées à bien" les "réformes inabouties" du financement de la psychiatrie, ainsi que des soins de suite et de réadaptation. Il s'inquiète par ailleurs d'un "probable" retard concernant la généralisation de la prescription électronique: cette mesure est censée s'appliquer aux arrêts de travail à partir du 1er novembre, mais "une grande partie ne sera pas dématérialisée" à cette échéance.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Présidentielle 2022 : la Cour des comptes veut faire entendre sa voix avant la présidentielle

Inédites dans leur format - une quinzaine de pages - ces notes se veulent "synthétiques et pédagogiques", et s'inscrivent dans la stratégie de "modernisation" de la Cour, a défendu son premier président Pierre Moscovici, lors d'une présentation à la presse. La Cour veut ainsi se positionner "en amont des grands débats démocratiques", à six mois des élections présidentielle et législatives.

Rachat de Flowbird (ex-Parkeon) : la maire de Besançon à la rencontre des salariés bisontins

Pour la cinquième fois en moins de 20 ans, la société française Flowbird (ex-Parkeon) va être rachetée pour plusieurs millions d'euros. A Besançon, il s'agit du premier employeur privé. Les salariés, inquiets, ne savent pas encore les conditions de ce rachat. Ils se sont rassemblés une nouvelle fois devant l'entreprise ce jeudi matin. La maire Anne Vignot a rencontré les représentants syndicaux.

A Belfort, Montebourg juge les limitations de l’UE « incompatibles » avec son « Made in France XXL » 

Le candidat ex-PS à l'Elysée Arnaud Montebourg a estimé mercredi 20 octobre à Belfort que les limitations imposées par l'Union européenne (UE) étaient "incompatibles" avec les mesures qu'il souhaite mettre en place pour "reconstruire" l'industrie française et faire du "Made in France de taille XXL".

Montagne du Haut-Doubs : une stratégie pour affronter le changement climatique

Depuis 2015, le Syndicat Mixte du Mont d’Or est confronté à la problématique d’adaptation à la transition climatique. Lanceur d’alerte suite à la publication d’une étude météorologique démontrant un scénario peu propice à la poursuite du ski alpin dès 2035-40, le SMMO a décidé de faire front et de penser aujourd’hui la montagne de demain…
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.9
ciel dégagé
le 25/10 à 3h00
Vent
0.98 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
85 %

Sondage