Ségolène Royal écrit au gouvernement pour le maintien des emplois d'Alstom Belfort

Publié le 01/09/2011 - 15:14
Mis à jour le 01/09/2011 - 15:14

La candidate à la primaire PS, a écrit ce jeudi au PDG d'Alstom et au gouvernement "pour exiger le maintien des emplois" sur le site du groupe à Belfort, faisant valoir que l'entreprise s'y était engagée en échange d'"un agrément fiscal exceptionnel".

photo_macommune_1314883330_0.jpg
©
PUBLICITÉ

Lors d’une rencontre mardi avec les délégués CGT d’Alstom à Belfort, Mme Royal avait promis de relayer leurs inquiétudes sur l’emploi dans leur usine.  La candidate à la primaire socialiste s’est adressée au PDG d’Alstom, Patrick Kron, au Premier ministre François Fillon et au ministre de l’Economie et des finances François Baroin.

Dans ce courrier, la candidate PS rappelle qu' »un agrément fiscal exceptionnel a été accordé (au groupe) lors de la fusion d’Alstom Power Turbomachines (APT) et d’Alstom Power Systems (APS) » en échange « du maintien de l’activité de la société absorbée sur le site de Belfort pendant au moins trois ans ». Cet agrément « a permis l’économie de 66 millions d’euros d’impôts au groupe »

  « Or six mois après cet accord, le 4 octobre 2010, Alstom annonçait la suppression de 4.000 emplois dans la branche énergie dont 100 à Belfort (…) Le 22 juillet, lors d’un comité central d’entreprises, les représentants du personnel apprenaient l’augmentation du nombre d’emplois supprimés (+251) dont 77 concernant la production et donc la branche énergie de Belfort », détaille la présidente de la région Poitou-Charentes. 

Selon elle, si Alstom ne tenait pas « son engagement », l’Etat « pourrait à bon droit revenir sur l’agrément fiscal concédé ». La branche énergie du groupe a programmé darrêter la production à Belfort de deux composants de centrales nucléaires, dont lun (ailettes de rotors de turbines) serait délocalisé.

La direction d’Alstom avait démenti mercredi les accusations de la CGT sur le non-respect par la société de son engagement de maintien de lemploi sur le site de Belfort en échange d’avantages fiscaux.

L’engagement d’Alstom de maintenir le niveau demploi de son activité Turbomachines est « intégralement et scrupuleusement respecté », avait affirmé à l’AFP Philippe Kasse, porte-parole parisien du groupe.  Cet engagement a été pris « à loccasion dun agrément fiscal avec le ministère des Finances intervenu en mars 2010 lors de labsorption juridique de lactivité Turbomachines par Alstom Power Systems » et « le niveau des effectifs est resté stable sur lensemble des activités apportées dans le nouvel ensemble », a-t-il précisé.

Source AFP  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.41
légère pluie
le 21/10 à 3h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1013.94 hPa
Humidité
96 %

Sondage