Sénatoriales : seuls le Jura et la Nièvre concernés en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 24/09/2017 - 10:00
Mis à jour le 24/09/2017 - 13:22

Le dimanche 24 septembre 2017, les grands électeurs vont renouveler la moitié des sièges de sénateurs du palais du Luxembourg. En France, quelque 1.971 candidats vont se présenter aux 171 sièges de sénateurs : un record. Ils sont dix dans le Jura dont cinq de la droite et du centre…

 ©
©

Le Sénat est renouvelable par moitié tous les trois ans. Cette année, sur un total de 348 sénateurs, 171 sièges sont concernés.

  • 38 départements métropolitains (du 33 Indre-et-Loire au 66 Pyrénées-Orientales + département de l'île de France)  pour 150 sièges
  • 6 départements et collectivités d'outre-mer (14 sièges)
  • 6 sièges des Français hors de France et un siège vacant.

En 2014, lors du précédent renouvellement sénatorial, quelque 1.733 candidats s'étaient disputé les 178 sièges qui étaient alors renouvelés.

  • Pour l'anecdote, C'est la première fois dans l'histoire de la Ve République que la présidentielle, les législatives et les sénatoriales se déroulent la même année.

 Deux types de scrutin selon les départements

 Il s'agit d'un scrutin au suffrage indirect. Dans les départements élisant deux sénateurs ou moins (c'est le cas du Jura et de la Nièvre), l'élection a lieu au scrutin majoritaire à deux tours. Dans ceux élisant plus de deux sénateurs, l'élection a lieu à la proportionnelle à la plus forte moyenne.

76 359 grands électeurs sont appelés à voter le dimanche 24 septembre 2017.  Ce collège électoral est composé d’élus locaux, (+ de 95% de conseillers municipaux), dont les ressorts sont très différents de ceux des élections législatives.

Le renouvellement le 24 septembre de la moitié du Sénat, qui clôt la séquence électorale 2017, constitue un premier test pour le parti Emmanuel Macron, qui a révisé à la baisse son ambition de peser à la haute assemblée. Si la République en Marche présente des candidats dans toute la France métropolitaine, ses dirigeants font preuve de prudence, la composition du collège électoral qui élit les sénateurs, essentiellement des représentants des petites communes, ne lui étant pas favorable.

Les enjeux

Pas de basculement attendu. À droite depuis 2014, le Sénat devrait le rester. "Le climat est profondément différent de celui de juin. La France est en train de sortir de l'hypnose macronienne", analyse Bruno Retailleau, qui préside le groupe Les Républicains au Sénat.

Considéré comme le représentant des collectivités, le Sénat attache une importance particulière à ce qui les concerne. "Elles sont ulcérées de cette manie du pouvoir parisien de se défausser sur elles", affirme l'élu LR de Vendée. Un mécontentement qui pourrait s'exprimer le 24 septembre. "La réduction des emplois aidés crée des difficultés immédiates pour les collectivités et associations", avait mis en garde au mois d'août le président du Sénat, Gérard Larcher (LR), sur Twitter.

Argument écarté par François Patriat, l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron au Sénat, pour qui ces décisions "parfois courageuses" du gouvernement "suscitent à tort l'inquiétude des élus locaux". "Nous avons de bons candidats, implantés dans la vie active. Mon objectif est que nous soyons le deuxième groupe du Sénat", soutient le sénateur de Côte-d'Or. "Si on est 50 au groupe ce sera bien", concède le président du groupe REM, qui compte aujourd'hui 29 membres, dont les deux tiers sont renouvelables ou ne se représentent pas. 

Autre enjeu du scrutin : Emmanuel Macron obtiendra-t-il la majorité des 3/5e des parlementaires (555 élus à l'Assemblée et au Sénat, sur un total de 925) nécessaires pour faire adopter des réformes constitutionnelles ? C'est peu probable au vu des ambitions mesurées de la République en Marche au Sénat. Mais les lignes peuvent bouger après le vote.  L'exécutif devrait alors tenter de rassembler ces différentes sensibilités pour disposer des 3/5e nécessaires pour réformer la Constitution. L'autre solution étant l'usage du référendum.

Deux ministres sont candidats cette année, Jacqueline Gourault (Intérieur) à sa propre succession dans le Loir-et-Cher, et Gérald Darmanin (Comptes publics) en position non éligible dans le Nord.

Les candidats inscrits aux élections sénatoriales dans le Jura

10 candidats se présentent dans le Jura. Le président du conseil départemental qui avait pourtant l'investiture LR a préféré renoncer en dénonçant les "ambitions individuelles" : pas moins de cinq candidats "de droite" sont sur les rangs.

  •  Deux sièges sont à pourvoir 

Candidat

Suppléant

Philippe ANTOINE (LREM)

Martine VUILLEMIN

Dominique CHALUMEAUX (LR)

Françoise VESPA

Marie-Christine CHAUVIN (DVD)

Christian BUCHOT

Claude FAIVRE (DVD)

Virginie BIZET

Jean-Pascal FICHÈRE (DVD)

Virginie PÂTE

François GODIN (LREM)

Nathalie RUDE

Brigitte MONNET (EELV)

Laurent MENETRIER

Stéphane MONTRELAY

Ghislaine FRAISSE

Sylvie VERMEILLET (UDI)

Serge LACROIX

Jean-Claude WAMBST (PS)

Anne-Christine DONZE


  • Sortants : Gérard Bailly (LR) – Gilbert Barbier (RDSE)

 

 

 

Source infographie  : public sénat

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Tarification des transports dans le Grand Besançon : « trop de catégories sociales ont été oubliées » (N. Bodin)

Soumis au vote lors de la dernière assemblée communautaire de Grand Besançon, la question de la nouvelle tarification des transports a fait débat… Accordée pour les demandeurs d’emploi inscrits à pôle emploi, la gratuité totale n’a pas été approuvée pour les collégiens. Nicolas Bodin, à la tête du groupe PS au conseil municipal de Besançon au sein de la majorité de la maire EELV d’Anne vignot, estime que certaines catégories sociales n’ont pas été prises en compte. Il revient sur le sujet dans nos colonnes…

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de former un « gouvernement d’action »

Dans un entretien à l’AFP ce dimanche 26 juin, Emmanuel Macron assure avoir demandé à la Première ministre, Elisabeth Borne, de lui présenter en fin de semaine prochaine des "propositions" pour "un nouveau gouvernement d’action" qui sera nommé "dans les premiers jours du mois de juillet". Soit, a priori, avant le discours de politique générale de la cheffe du gouvernement devant le Parlement annoncé pour le 5 juillet et l’adoption, le lendemain, du "paquet pouvoir d’achat" en Conseil des ministres.

Emmanuel Macron enjoint les oppositions réticentes à s’inscrire dans la voie de « compromis »

Les oppositions ont fraîchement accueilli l'allocution d'Emmanuel Macron ce mercredi 22 juin 2022 qui, avant d'entamer ce jeudi un marathon international, les a enjointes à "clarifier" dans les 48 heures la manière de "bâtir des compromis" pour résoudre la crise politique née des élections législatives.

Un groupe Nupes à l’Assemblée ? le PS, EELV et le PCF refusent la proposition de J-L Mélenchon

Mise à jour • "La Nouvelle union populaire écologique et sociale devrait se constituer comme un seul groupe" à l'Assemblée nationale, a "proposé" ce lundi 20 juin 2022 Jean-Luc Mélenchon, inquiet que l'obtention de 89 députés par le RN remette en cause son "statut" de première opposition à Emmanuel Macron. La proposition a été déclinée par le PS, EELV et le PCF...

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.07
légère pluie
le 28/06 à 18h00
Vent
1.65 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
18 %

Sondage