Sollacoro, un « militant nationaliste engagé, y compris dans des actions clandestines » selon Chevènement

Publié le 17/10/2012 - 20:24
Mis à jour le 18/10/2012 - 11:23

 L'ancien ministre de l'intérieur et sénateur du Territoire-de-Belfort, Jean-Pierre Chevènement a accusé mercredi l'avocat Antoine Sollacaro, assassiné la veille à Ajaccio, d'avoir été un "militant nationaliste engagé, y compris dans des actions clandestines".C'est une île à la dérive où l'endoctrinement" nationaliste passe par les médias locaux a-t-il déclaré. 

PUBLICITÉ

« Me Antoine Sollacaro nétait pas seulement une figure du barreau. C’était une figure de l’indépendantisme. Un militant nationaliste engagé, y compris dans des actions clandestines« , a déclaré le président d’honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC) à Public Sénat.

« Je ne veux pas en dire plus pour ne pas manquer à ma déontologie d’ancien ministre de l’Intérieur », a-t-il ajouté. « Je crois que les liens entre le banditisme et le nationalisme corse sont établis depuis longtemps« , a poursuivi l’ancien ministre, jugeant qu' »il y a là une dérive mafieuse bien connue« . 

Pour que l’Etat intervienne davantage en France, il faudrait « déjà que les complicités dont bénéficient les indépendantistes corses cessent dans tous les milieux, y compris politiques, qu’il n’y ait plus de complaisances. Si cette attitude avait été tenue, il y a très longtemps qu’on ne parlerait plus de ce problème« , a dit M. Chevènement.

  « Je pense que (les indépendantistes) ont toujours trouvé des soutiens, y compris dans un journal comme Le Monde, et particulièrement au temps où M. Colombani en était le directeur, qui a toujours soutenu les thèses indépendantistes », a-t-il poursuivi.

Il considère aussi que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls « a raison » quand il dit qu’il va se rendre sur l’île et s’attaquer à la mafia corse. 

« Cela suppose que l’Etat soit ferme à tous les niveaux et que l’opposition ne donne pas du grain à moudre à tous ceux qui veulent déstabiliser l’actuel gouvernement et que ce dernier soit ferme et ne rouvre pas le dossier institutionnel« .

M. Chevènement avait démissionné du gouvernement Jospin en 2000 pour exprimer son désaccord avec les « accords de Matignon » qui reconnaissaient les mouvements nationalistes corses sans que ceux-ci n’aient préalablement renoncé à l’utilisation de la violence.

« l’endoctrinement » nationaliste passe par les médias locaux »

Le sénateur  a estimé jeudi sur Europe 1 que la jeunesse corse était « abandonnée à un endoctrinement » nationaliste nourri notamment par les antennes locales de France 3 et de Radio France.  « C’est une île à la dérive« , dont « la jeunesse est abandonnée à un endoctrinement qui passe par tous les canaux de communication : France 3, Radio France Frequenza Mora, je ne parle pas du rectorat, de l’université... », a déclaré le président d’honneur du MRC.  « D’une manière générale, la jeunesse corse, d’ailleurs victime de précarité comme toute la jeunesse française, est abandonnée à une propagande qui n’a rien à voir avec les idées républicaines« , a-t-il poursuivi.

Réitérant ses accusations de la veille à l’encontre de l’avocat Antoine Sollacaro, qu’il a accusé d’être un « militant nationaliste engagé », il a déclaré qu’avant son assassinat ce dernier « avait rendez-vous avec une documentariste de France 3″, ajoutant : « et pour quiconque regarde comment sont faits les programmes, on voit bien de quel côté penche France 3« .

« Les indépendantistes ont pignon sur rue » dans l’île, a insisté Jean-Pierre Chevènement, jugeant que « la politique de rétablissement de l’état de droit avec discernement » y était « bien entendu (…) toujours d’actualité« .

 

(source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.56
légère pluie
le 25/05 à 12h00
Vent
4 m/s
Pression
1016.39 hPa
Humidité
76 %

Sondage