Statue de Victor Hugo vandalisée : l'un des auteurs explique que "la couleur de peau n'était pas respectée"

Publié le 25/11/2022 - 12:24
Mis à jour le 25/11/2022 - 17:16

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Étienne Manteaux, procureur de la République (à droite). © Alexane Alfaro
Étienne Manteaux, procureur de la République (à droite). © Alexane Alfaro

Les nuits du 20 au 21 et du 22 au 23 novembre, les deux statues d’Ousmane Sow, situées sur l’esplanade des droits de l’Homme et au parc des Glacis, ont été recouvertes de blanc. Dans la foulée, jeudi 24 novembre, deux hommes suspectés d’avoir commis ces dégradations ont été interpellés par la police, suite à l’exploitation de caméras.

L'un des mis en cause est le responsable de "La Cocarde"

Étienne Manteaux, procureur de la République, explique que le premier, âgé de 20 ans et en licence d’histoire à Besançon, a été placé en garde à vue jeudi matin. L'étudiant a avoué avoir vandalisé l'une des statues, celle de Victor Hugo, aux alentours de 23 h 30. Le jeune homme a également donné l’identité du deuxième individu, âgé de 22 ans. 

Ce dernier, qui effectue la même licence, est le responsable de "La Cocarde" à Besançon, une organisation étudiante d’extrême-droite. Lors de sa garde à vue, il a expliqué aux forces de l'ordre avoir quitté le Rassemblement national (RN) car il n’a pas été proposé à la députation. C’est également lui a apposé de la peinture blanche sur l’oeuvre, car "la couleur de peau n’était pas respectée". Pendant ce temps, son acolyte rédigeait un panneau.

L’un et l’autre, sans antécédents judiciaires, ont nié avoir commis un acte de racisme. Après inspection de leurs domiciles respectifs, aucun signe de radicalisation n’a été trouvé par les autorités.

Pas encore de suspect(s) pour la seconde statue

Les deux hommes seront déférés cet après-midi devant le parquet pour "faits de dégradation graves d’un bien d’utilité publique, aggravé par agissement en réunion et à finalité raciste". Ils encourent 10 ans de prison et seront convoqués devant le tribunal le 26 décembre prochain. D’ici cette date, ils ont interdiction de manifester et de posséder une arme.

Concernant la statue de "L’Homme et l’Enfant", si l’acte a bien été enregistrée par les caméras de surveillance à 0 h 03, le ou la mis en cause ne semble pas être la même personne que pour le premier méfait. Selon le procureur, il s’agirait d’une autre personne.

(Propos recueillis par Alexane Alfaro)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Besançon : Christine Bouquin réagit à l’interpellation de l’ex-directeur de l’Adat

Lundi 17 octobre, Daniel Benazeraf, ancien directeur de l'Agence départementale d’appui aux territoires (Adat), son ex-épouse et la secrétaire comptable de l’agence ont été interpellés après dix mois d’enquête par la police judiciaire de Besançon. 127.000 € de fonds publics ont été détournés. Deux jours après, ce mercredi, la présidente de l’Adat et du Département du Doubs Christine Bouquin a tenu a réagir par voie de communiqué de presse.

Besançon : 127.000 € de fonds publics détournés, l’ex-directeur de l’Adat encourt 7 ans de prison

Le procureur de la république de Besançon est revenu, lors d’une conférence de presse ce mardi 18 octobre, sur la récente arrestation de l’ancien directeur de l’Agence départementale d’appui aux territoires (Adat) dans le cadre d’une enquête préliminaire de détournement de fonds public et d’abus de confiance. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.66
nuageux
le 02/12 à 6h00
Vent
2.05 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
88 %