Stellantis veut regrouper 8.200 salariés à Poissy

Publié le 18/02/2022 - 09:09
Mis à jour le 18/02/2022 - 17:42

Stellantis compte regrouper ses activités tertiaires et de recherche sur un seul site en région parisienne, avec à la clef le déménagement de 10.000 salariés dont une majorité à Poissy dans les Yvelines, selon un projet présenté mercredi lors d’un conseil social et économique central (CSEC).

 © Groupe PSA, Direction de la communication
© Groupe PSA, Direction de la communication

Le constructeur automobile vise à "favoriser les synergies et l’efficience de (ses) sites" tout en réduisant son "empreinte immobilière", a expliqué un porte-parole du groupe. L’objectif est de rassembler à Poissy, près de Saint-Germain-en-Laye, hub automobile, la majorité des activités tertiaire et recherche et développement qui jusqu’ici se partageaient avec le site de Vélizy, situé à une trentaine de kilomètres plus au sud.

"On a déjà vidé et on va fermer Trappes" où se situait le siège France de Fiat-Chrysler (FCA) avant la fusion avec PSA et la création de Stellantis, a souligné le porte-parole. Ensuite, l’immense majorité des salariés de Vélizy vont être transférés à Poissy à l’horizon 2024, où Stellantis a pour ambition de créer un "green campus". Ne resteront à Vélizy que les activités d’avant-projet, le style des marques Peugeot et Citroën, et Stellantis Motorsport, c’est à dire les activités de sport automobile du groupe qui jusqu’ici étaient à Satory, près de Versailles. "Pour nous, c’est un projet purement financier", a dénoncé Sébastien Vidoli, responsable de la section CFDT de Vélizy.

"Pour certains salariés, il pourrait y avoir jusqu’à 600 euros de surcoût de transport par an", s’inquiète Jean-Pierre Mercier, délégué syndical central CGT. Stellantis compte sur les ventes de ses surfaces à Vélizy, Satory ou Trappes pour financer ce projet "qui s’inscrit dans un contexte de mutation sans précédent", selon le groupe.

Dès le début 2023, 2.800 salariés de Vélizy seront amenés à déménager sur le site de Poissy, qui rassemblera 8.200 collaborateurs d’ici deux ans. Mais les bâtiments construits au bord de la Seine ne seront conçus que pour accueillir 3.400 salariés en raison du recours massif au télétravail.

Chez Stellantis, "les gens passent environ une journée et demie par semaine sur leur lieu de travail", précise un porte-parole. Avec ce projet, le constructeur souhaite mettre en avant "une vitrine du travail selon Stellantis entre maison et entreprise" avec "30% d’espaces communs" et des "zones de travail à taille humaine".

"Il va y avoir un investissement de pas loin de 300 millions d’euros donc c’est plutôt rassurant pour l’avenir de la R&D en France", a salué Franck Don, délégué syndical central CFTC dont le syndicat est favorable au projet.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.73
couvert
le 02/03 à 21h00
Vent
0.56 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
82 %