Suisse :de la prison plutôt que de simples amendes

Publié le 12/10/2011 - 15:23
Mis à jour le 12/10/2011 - 15:23

La Suisse veut durcir son code pénal pour mieux lutter contre la petite délinquance et réintroduire à cette fin les courtes peines de prison, à la place des amendes, selon un projet de loi présenté mercredi.

photo_macommune_1318425998.jpg
©archives carvy
PUBLICITÉ

Selon le nouveau code pénal suisse, entré en vigueur en 2007, les juges ont la possibilité de transformer toutes les peines de prison inférieures à 3 ans en amende avec sursis.

Ce système appelé « jour-amende » a été très critiqué, car il ne représente en fait pas de véritable sanction, ce qui fait grimper en flèche les chiffres de la petite délinquance en Suisse, où « c’est gratuit pour la première infraction », selon les mots d’un avocat genevois.

« Pour être efficace et crédible, le droit pénal doit impérativement être accepté par la population, qui doit croire dans l’efficacité de la sanction », indique le gouvernement suisse dans un communiqué.

« C’est pourquoi le Conseil fédéral (gouvernement) propose de supprimer les peines pécuniaires avec sursis et de revenir aux courtes peines privatives de liberté », ajoute-t-on de même source.

Les jours amendes resteront cependant encore possibles, d’après le projet de loi, mais seront ramenées de 360 à 180 jours-amende, ce qui accroîtra la portée de la peine de prison.

En outre, la valeur d’un jour-amende, fixée par le juge en fonction de la situation financière du prévenu, ne pourra être inférieure à 30 CHF/jour, soit 26 euros.

Actuellement, le droit ne prévoit aucune limite inférieure pour ce jour-amende.

(source: AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.29
pluie modérée
le 15/10 à 12h00
Vent
3.765 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
97 %

Sondage