Suppression de postes à General Electric : l’Etat peut «faire pression»

Publié le 29/05/2019 - 08:40
Mis à jour le 29/05/2019 - 09:53

Le gouvernement attend de General Electric (GE) qu’il soit « exemplaire » à Belfort après l’annonce de la suppression de plus de 1.000 emplois, a indiqué ce mercredi 29 mai 2019 la secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher.

 © GE Power
© GE Power

"On a imposé à GE de mettre en place un fonds de 50 millions d'euros de revitalisation industrielle" alimenté par le géant industriel américain pour ne pas avoir tenu son engagement de créer 1.000 emplois en France après son rachat de la branche énergie d'Alstom en 2015, a rappelé la secrétaire d'Etat sur la radio Franceinfo.

"Exemplaire" dans le plan social

"Ces 50 millions d'euros ne sont pas le seul effort que doit faire GE dans ce plan social. On attend d'eux d'aller beaucoup plus loin, d'être absolument exemplaire dans la façon de faire ce plan social", a-t-elle insisté.

L'Etat "a les moyens de faire pression"

Mme Pannier-Runacher a assuré que l'Etat avait la possibilité de "faire pression". "On a les moyens d'accompagner et de valider le plan social. Si le plan social est jugé insuffisant, on est capable de mettre une pression très forte", a-t-elle déclaré.

"Notre enjeu, c'est de préserver les capacités de Belfort et d'accompagner individuellement chaque salarié", a expliqué la secrétaire d'Etat. Selon elle, les négociations avec GE n'aboutiront pas avant "la fin de l'année".

Pas au courant du plan social

Elle a, en revanche, nié que l'Etat ait été mis au courant de ces suppressions d'emplois avant les élections européennes par le directeur général de la branche française de GE, Hugh Bailey, qui était conseiller du président Emmanuel Macron à Bercy lorsqu'il était ministre de l'Économie.  « On n'était pas plus au courant que les personnes concernées", a-t-elle affirmé.

"Une erreur" pour Sibeth Ndiaye

Et Sibeth Ndiaye a dit ne pas croire que le choix de céder la branche énergie d'Alstom à GE, lorsque Emmanuel Macron était ministre de l'Economie, ait été "une erreur": "à l'époque, il y avait une cohérence d'ensemble" et "on considérait que le marché mondial du gaz était encore suffisamment porteur pour avoir intérêt à réaliser cette vente".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Chez Tata Céline, la boutique où le temps semble s’être arrêté…

PUBLI-INFO • La table en formica de Mamie, les verres de la cantine, le mange-disque d’anciennes soirées endiablées… Tata Céline s’emploie à chiner essentiellement en Franche-Comté des objets du quotidien des années 50,60 et 70 à retrouver dans sa boutique, rue de la Madeleine à Besançon.

Le Groupe Chopard installe la marque BYD à Besançon

PUBLI-INFO • Le paysage automobile bisontin accueille depuis le 13 mai un nouvel acteur. Le Groupe Chopard distribue une nouvelle marque électrique en intégrant le constructeur chinois BYD, 1er constructeur mondial de véhicules 0 émission. Vous retrouvez au sein de ce nouveau showroom une gamme prête à se faire une place sur le segment des premiums avec de solides arguments : savoir-faire électrique, prestations innovantes et équipements haut de gamme.

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.03
ciel dégagé
le 25/06 à 0h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
92 %