Sursis pour un néonazi et un militant antifasciste après une rixe à Poligny

Publié le 03/09/2013 - 21:10
Mis à jour le 03/09/2013 - 21:11

Un activiste néonazi a été condamné à huit mois de prison avec sursis, mardi par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, après une altercation avec un militant antifasciste, condamné pour sa part à deux mois avec sursis. Ce dernier était accompagné par le Bisontin "Toufik de Planoise" qui avait pris la fuite

PUBLICITÉ

La condamnation du sympathisant d’extrême droite, conforme aux réquisitions du procureur Guillaume Michel, a été assortie d’une mise à l’épreuve avec obligation de soins et de travail.  Âgé de 20 ans, il a reconnu avoir tiré dans la nuit du 28 au 29 juin des coups de fusil en l’air à l’issue d’une altercation à Poligny (Jura) avec des militants d’extrême gauche, venus de Besançon pour coller des affiches antifascistes. L’arme n’a pas été retrouvée.

 Il avait déjà été condamné en mars dernier à quatre mois de prison ferme pour avoir fait le salut hitlérien et chanté un chant néonazi pendant que la Marseillaise retentissait au bal des pompiers de Voiteur (Jura) le 14 juillet 2012.

Également renvoyé devant le tribunal mardi, l’un des  antifascistes a été condamné à deux mois de prison avec sursis pour « violences volontaires avec arme », ayant utilisé une bombe de gaz lacrymogène contre les militants d’extrême droite.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.11
partiellement nuageux
le 24/05 à 15h00
Vent
2.35 m/s
Pression
1013.1 hPa
Humidité
57 %

Sondage