Top départ du dispositif de Force d'action républicaine à Planoise

Publié le 27/02/2024 - 18:12
Mis à jour le 28/02/2024 - 08:39

Aux côtés de Maubeuge et de Valence, Besançon fait partie des territoires retenus par le gouvernement pour expérimenter le nouveau dispositif Force d’action républicaine (FAR). Ce mardi 27 février 2024, à la préfecture du Doubs et en présence des représentants de l’État, le préfet Gilles Clavreul, coordonnateur de ce dispositif, a présenté les objectifs. 

Expérimenté à Besançon et dans le quartier de Planoise en particulier, le dispositif FAR s’inscrit dans une démarche "qui vient en complément d’un travail de fond engagé depuis plusieurs années sur les problématiques propres au quartier de Planoise" a annoncé en préambule le préfet du Doubs Rémi Bastille. Décidé par l’ex-première ministre Élisabeth Borne à la suite des émeutes autour de l’affaire Naël, cette force d’action républicaine déployée à Besançon aura pour objectif principal d’apporter une réponse globale qu’elle soit judiciaire, éducative ou sociale aux difficultés rencontrées par les habitants de Planoise. Sur le terrain, cela se traduit par le fait de concentrer dans un quartier tous les services de l’État durant six mois afin de tenter de "répondre à moyen terme aux difficultés du quartier" a expliqué le préfet du Doubs. 

Première priorité de ce dispositif, réaliser un diagnostic en concertation avec la population et les acteurs locaux pour analyser précisément les problématiques rencontrées dans le quartier de Planoise.

Un diagnostic "sur-mesure"

Pour le préfet coordonnateur de la FAR, Gilles Clavreul, le dispositif vient "conforter une démarche qui a du sens" et s’appuiera sur "un travail solide" déjà mené à Besançon grâce à de multiples actions déjà entreprises au sein du quartier notamment à destination de la jeunesse avec par exemple le Pacte pour l’émancipation des jeunes de Planoise. Un travail d’investigation approfondi en somme afin de poser un diagnostic "sur mesure" à la ville de Besançon tout "en bénéficiant du soutien des inspections générales interministérielles" a présenté monsieur Clavreul.

La FAR vise également à réduire la question de la sécurité à Planoise en s’attaquant aux problèmes de fond relevant bien souvent de sujets de précarité, éducatifs ou encore de mixité sociale. "C’est un continuum d’actions qu’il s’agit de mettre en place en rassemblant les services de l’État, de police, de justice, de gendarmerie mais aussi l’Éducation nationale, la santé, les partenaires sociaux et les maires qui sont toujours en première ligne dès lors qu’il s’agit de répondre aux attentes et aux besoins des populations" a résumé Gilles Clavreul.

Lutte contre les addictions, fraude et aide à la réinsertion

Le procureur de la République Étienne Manteaux a de son côté salué un dispositif "très souple" qui "sert vraiment à la population et aux habitants de Planoise" et s’est engagé à "continuer sans faiblir ce qui est fait dans le cadre du quartier de reconquête républicaine". Sur le volant judiciaire, pour atteindre  l’objectif de "zéro place de deal", la FAR va permettre d’être plus offensif sur la lutte contre les addictions. Mais également en matière de lutte contre la fraude, "on a trop de commerces qui sont des façades et qui servent uniquement à du blanchiment des produits du trafic de stupéfiants et là-dessus il faut absolument être plus offensif " a insisté le procureur. Autre pilier du dispositif, accompagner les mineurs "en décrochage scolaire et happés par les trafiquants de stupéfiants pour devenir ces petites mains qui font vivre au quotidien les places de deal". Enfin dernier projet auquel le procureur attache beaucoup d’importance : être beaucoup plus offensif sur l’aide à la réinsertion des détenus. "L’incarcération n’est pas une finalité en soi" a rappelé Étienne Manteaux qui souhaite une vision plus globale des "défis qui nous sont posés par la délinquance".

En termes de moyens alloués au dispositif, le préfet Gilles Clavreul est resté vague sans pour autant nier le contexte budgétaire difficile. "On est sur une démarche que l’on engage et derrière il y a un engagement de la part du gouvernement de faire en sorte que les décisions prises au niveau local soient suivies d’effet et accompagnées par le niveau national" a conclu le préfet.

Les associations espèrent plus de soutien

Des médiateurs d'associations ou de collectifs qui accompagnent des jeunes  publics estiment eux que la question des moyens se pose urgemment. Pascal Brousseaud, médiateur social dans l'association "Pari", qui accompagne les jeunes à la scolarité via des projets comme l'adaptation d'une pièce de théâtre de Molière au XXIe siècle dans le quartier, "attend des moyens
supplémentaires" pour mener à bien ces projets. "On espère que ce dispositif soutienne un peu plus l'action des associations", abonde Smaïn Djerbal, du collectif "Récidev", pour l'éducation à la citoyenneté.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Problèmes de stationnement du personnel du CHU : un syndicat ouvre le parking de la direction à tous

À 6 heures du matin mercredi 10 avril 2024, des membres du syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon ont ouvert les parkings de la direction entourant le bâtiment blanc à tous les personnels de l’établissement hospitalier. ”Se garer au CHU, c’est dur pout tout le monde, les privilèges, ça suffit !” selon le syndicat.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Recette du week-end : Brochettes de poulet à l’asiatique et au morbier

Pour ce week-end des 6 et 7 avril 2024, puisque la météo est au beau fixe, on vous propose de sortir dès à présent le barbecue ou presque ! On vous propose une recette de saison donc mais avec une touche locale bien sûr, pour cette recette de brochettes de poulet à l'asiatique et au morbier aop. 

Exploitation de l’aéroport Dole-Tavaux : une association dépose une requête au tribunal administratif

Serre Vivante, association de protection de la nature, a déposé, auprès du tribunal administratif de Besançon, une requête à l'encontre de la décision de la Direction de la sécurité de l'aviation civile Nord Est autorisant la société Edeis à exploiter l'aérodrome de Dole-Tavaux, a-t-on appris samedi 30 mars 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.73
légère pluie
le 15/04 à 6h00
Vent
3.73 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
94 %