Tramway: la majorité municipale n'a plus le même tracé

Publié le 19/05/2010 - 23:06
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:58

C’est un débat de bonne tenue qui s’est déroulé mercredi soir salle Battant où les écologistes ont défendu le tracé d’un tramway sans fil par la Boucle et non par les quais comme celui actuellement mis à l’étude par Jean-Louis Fousseret. En fait, la réunion ressemblait à un conseil municipal élargi avec l’écologiste Eric Alauzet aux commandes.

Aux premiers rangs, les défenseurs irréductibles du tracé par la Boucle, plus au fond tous les envoyés spéciaux de la mairie chargés de dresser les oreilles et de défendre le choix du maire d'un tracé par les quais imaginé par défaut à la suite de l'avis défavorable donné par le préfet sur le passage dans l'hyper centre.

En effet, à la suite de ce veto préfectoral de dernière minute (décembre 2009) qui repose essentiellement sur la présence de lignes aériennes de contact qui auraient, selon l'Etat, défiguré la Boucle, Jean-Louis Fousseret a annoncé en début d'année la relance du tracé par les quais.

Le débat de mercredi soir était essentiellement consacré au choix du tracé plutôt que sur l'opportunité de construire un tram. D'ailleurs, écologistes et les socialistes restent d'accord sur le principe du tram. C'est après que celà se gâte !

"Nous croyons toujours que le coeur de la Boucle est le meilleur tracé", ont en effet confirmé les Verts et les Alternatifs, organisateurs de la soirée, qui ont fait savoir que celui de la mairie par les quais entrainerait un surcoût de 17 M€ et de toute façon passerait également par un secteur sauvegardé. Quant au surcoût lié à un tram sans fil passant dans la Boucle, il ne serait que de 10 M€.

Les écologistes qui, faut-il le rappeler, font partie de la majorité municipale, ont évoqué plusieurs arguments en faveur d'un tram dans l'hyper-centre: plus aucun bus en ville, pas d'arrachage d'arbres, un meilleur bilan carbone, la rue des Granges renue aux piétons, tram moins large que les bus, espace plus important pour les piétons...

Des arguments auxquels les représentants de la mairie ont répondu par des généralités. Difficile de faire autrement puisqu'au départ, ils défendaient cet itinéraire et qu'ils ont changé leur fusil d'épaule pour se plier au "diktat" préfectoral. Jean-Claude Roy, adjoint chargé de ce dossier, a eu du mal à exprimer clairement la position officielle. Il a tout de même reconnue que "c'est une bonne réunion publique".

Philippe Gonon (Modem) a réussi à évoquer le fait qu'il y aura un surcoût inévitable en précisant qu'un tram à 15 M€ le kilomètre n'est pas possible, Jean-Philippe Allenbach (Mouvement Franche-Comté) a placé son référendum en estimant qu'il fallait "rendre la parole au peuple". Quant à l'adjoint à l'urbanisme, Michel Loyat, il a défendu l'idée que le centre ville ne se limitait pas à la Boucle et que "les deux tracés sont des tracés par le centre".

Le débat a été quelque peu occulté par les politiques, mais on a vraiment senti que sur le principe même de la rencontre tout le monde était d'accord. Peut-être une preuve supplémentaire que la communication officielle sur ce dossier, pourtant capital pour l'avenir de Besançon, a été défaillante.

Les élus du Grand Besançon doivent se prononcer le 30 juin prochain.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.02
couvert
le 03/03 à 0h00
Vent
1.15 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
89 %