Transports sanitaires en taxi : les ambulances Courtot dénoncent une 'ubérisation' à Besançon

Publié le 25/07/2018 - 17:27
Mis à jour le 25/07/2018 - 17:27

Selon Les Echos, la CNAM souhaiterait mettre en place de nouvelles mesures sur les transports sanitaires des taxis, afin de ralentir des dépenses augmentant de 6% par an. A Besançon, les ambulances Courtot dénoncent une « ubérisation » de la pratique…

 ©
©

Pour rappel, un transport sanitaire est une course réalisée par une ambulance ou un taxi d’un patient qui se rend à l’hôpital (pour une chimio ou une séance de rééducation) et prise en charge (à 65 ou 100%) par l’Assurance Maladie.

Des dépenses en hausse

Ces dépenses représenteraient 4,6 milliards d’euros en 2017 , dont 1,86 milliards facturés par les taxis. Soit 6% d’augmentation par rapport à 2016.

D’où la volonté de la CNAM d’encadrer nationalement grâce à un protocole d’accord ces dépenses, via diverses mesures , dévoilées par Les Echos :

  • augmenter les « taux de remise » (les rabais de course, spécifiques à ce genre de transport) ; autrement dit, baisser le prix de la course.
  • supprimer les courses d’approche : la course ne commence que lorsque le patient monte dans le véhicule
  • limiter le tarif C (puisque la course se fait à vide, elle est facturée plus chère)
  • promouvoir le transport de plusieurs patients en même temps, le « transport partagé »
  • mieux encadrer l’accès au conventionnement des taxis (de 2 à 3 ans de délai après avoir débuté dans le métier)

De plus, la caisse suspecterait d’abus les taxis sur la facturation des courses d’approche et de l’application du tarif C, d’où cet encadrement renforcé.

Ambulances Courtot : "la demande de transports sanitaires augmente depuis deux ans"

M. Courtot, dirigeant des Ambulances Courtot, spécialisées dans le transport sanitaire, observe depuis environ deux ans une augmentation de ce type de prestation. « Avant, les patients se faisaient hospitaliser pour 24h. Aujourd’hui, les soins ambulatoires font qu’ils rentrent le matin et sortent le jour même. Sachant que le transport en commun n’est pas trop adapté, cela génère forcément une demande de transports sanitaires accrue. »

Vers une dégradation du service ?

Et s’il entend bien que cette nouvelle demande « élargi l’enveloppe budgétaire » de la CNAM, l’annonce de ces mesures le désole. « Cela va forcément dégrader la qualité du service. »

Par exemple, sur le transport partagé : « certains patients ne veulent pas forcément être vus en train d’aller à l’hôpital. Et certaines pathologies font que ce n’est pas forcément bon d’être mélangé avec d’autres patients » s’agace-t-il.

"Aucun abus n'a été constaté à Besançon"

Ou encore sur les soi-disant « abus » : « je n’ai jamais observé ça. Par exemple, sur les courses d’approche, qu’on n’a jamais facturées - et pour preuve, on a un dispositif GPS Michelin qui nous trace ! »

Il avoue cependant que si « à Besançon il n’y a rien à signaler, qui sait ce qu’il se passe ailleurs en France… Si certains abusaient moins du tarif C, on n’en serait peut-être pas là » acquiesce-t-il, pragmatique.

Ubériser le métier

Pour lui en tout cas, ces mesures restent « une volonté déguisée d’ubériser le transport sanitaire : moins de dépenses pour moins de qualité. » Et de conclure : « si les autorités avaient la même fermeté pour agir sur les tarifs des autoroutes et les prix du gasoil, ce serait formidable. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Salon Cap vers l’Emploi le 30 septembre à Besançon : plus de 1.000 postes à pourvoir !

PUBLI-INFO • Grand Besançon Métropole organise depuis plusieurs années, des évènements en faveur de l’emploi tels que les Rendez-vous de l’emploi au Palais des Sports. Cette année, l’événement change de nom et de lieu et se déroulera vendredi 30 septembre à Microplis : Cap vers l’emploi.  À cette occasion, les personnes en recherche d’emploi pourront rencontrer des entreprises qui recrutent sur le territoire. Plus de 1.000 offres d’emploi seront proposées.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.89
légère pluie
le 29/09 à 12h00
Vent
1.09 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
95 %

Sondage