Alerte Témoin

Travaux des rues des Passages Pasteur : et la rue Pasteur ?

Publié le 05/06/2014 - 08:22
Mis à jour le 17/04/2019 - 09:10

Dévoilé le 3 juin 2014 aux commerçants riverains, le planning de réhabilitation des espaces publics concernés par le projet des Passages Pasteur à Besançon a surpris certains commerçants de la rue Pasteur, qui s’estiment oubliés. 

20140605ruePasteurmontages.png
La portition de la rue Pasteur qui ne sera pas refaite ©miss dom

incompréhension

Rue Pasteur à Besançon, ce mercredi 4 juin, l’un des sujets de conversation des commerçants était leur rue. Présents la veille à la réunion organisée par la SedD et la Ville de Besançon à propos de la réhabilitation des espaces publics dans le cadre du programme des Passages Pasteur (lire notre article ci-dessous), certains d’entre eux ont été surpris de découvrir que la rue Pasteur n’était pas concernée. 
 

Pourquoi la Placette Pasteur et pas la rue ?

L’incompréhension venait surtout du fait que les travaux ne se limitaient pas aux seules portions de rues encadrant l’îlot Pasteur, mais se poursuivaient sur toute la rue du Lycée et la placette Pasteur, située à son extrémité, devant la mairie. Il leur a alors été expliqué que cette extension n’était pas prévue au départ, et qu’il avait été nécessaire d’aller chercher un financement complémentaire pour sa réalisation. Mais pourquoi alors faire la placette Pasteur et pas les quelques dizaines de mètres, bordés de commerces, qui séparent celle-ci de la place Pasteur, estiment certains. 
  
"On a du mal à comprendre, confiait au lendemain de cette réunion Eddie Badache du pub Green Man, au 21 rue Pasteur. Depuis le parking de la Mairie, les gens vont passer par la rue Pasteur. Ca va être dépareillé. Ce n’est vraiment pas agréable pour nous. Je suis un peu déçu car j’ai refait ma façade pour avoir une belle façade parce qu’ils allaient refaire la rue. Je pensais que j’aurais une belle terrasse, mais on va garder nos trottoirs.
   

Ce n'était que des bruits

Si d’autres commerçants de la rue partagent cet avis, Jean  Richelandet, de la boutique Cleme au 16 rue Pasteur, qui n’est autre que le président de l’association Quartier Pasteur, explique qu’il savait très bien que la rue Pasteur n’était pas au programme des travaux. "Des bruits courraient depuis très longtemps sur le fait que la rue serait refaite et les gens le croyaient, mais ce n’était que des bruits. Il n’y a jamais eu aucun travaux programmés pour la rue Pasteur dans le cadre des Passages Pasteur", indique-t-il, ajoutant que cela n’est pas non plus prévu pour l’instant dans le cadre des travaux de voirie de la Ville. "Il faudrait alors refaire aussi la rue Zola, la rue Luc Breton…", souligne-t-il.
 

Les travaux, ça suffit

"C’est sûr que si la rue était refaite, elle serait plus jolie, mais on a suffisamment galéré avec les travaux, on ne va pas en rajouter, il faut que ça se stoppe, estime Jean Richelandet. C’est dommage pour la rue, mais je préfère que l’Ilot Pasteur soit terminé, plutôt que la rue soit refaite. Ce qu'il faut c'est que la vie revienne dans le quartier. Et ce qui m’a rassuré à la réunion, c’est que l’ensemble des Passages Pasteur ouvre en juin 2015 et pas seulement le Monoprix comme je le pensais au début. "
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Auriez-vous envie de tout casser pour vous détendre à Besançon ?

C'est l'idée de Clément Ducret, 24 ans, et Lucas Chartier, 25 ans, deux jeunes entrepreneurs bisontins : créer un lieu où tout le monde pourrait venir se défouler dans le but d'évacuer son stress… Ce concept de salle de défoulement existe aux États-Unis, au Canada, et dans des grandes villes de France . Avant de lancer le concept à Besançon, les deux entrepreneurs lancent un questionnaire à la population…

« La réussite de la prochaine rentrée de l’apprentissage dépendra de la capacité des entreprises à proposer des contrats aux jeunes alors qu’elles n’auront pas encore surmonté la crise »

Face à la crise du Coronavirus, le secteur de la métallurgie a subi un violent coup d’arrêt en Franche-Comté, région très industrielle dans laquelle l’interdépendance entre les différents secteurs d’activité est forte. Pour le président de l’UIMM Franche-Comté, Jean-Luc Quivogne, "la réussite de la reprise de l’activité dans cette nouvelle période de sortie progressive du confinement est donc vitale pour toutes nos entreprises et c’est par l’engrangement des commandes qu’elles pourront se relever. Le futur plan national de relance du Gouvernement sera déterminant".

EMCO à Dampierre : « C’est une véritable révolution technologique qui se dessine »

LA PAROLE AUX ENTREPRISES • La Communauté de commune de Jura Nord propose une série d’articles sur "l’après-crise" et donne la parole aux entrepreneurs et acteurs associatifs. Ce lundi 25 mai, la collectivité publie une interview du leader européen du tapis d’entrée dont le siège français est basé à Dampierre, la société EMCO France, dont nous nous faisons le relais. Cette entreprise a subi de plein fouet la crise sanitaire avec un arrêt brutal et total de son activité le 17 mars dernier. Son directeur général, Anselme Hoffmann, mise aujourd’hui sur la commande publique pour rebondir et retrouver au plus vite de la croissance. Pour lui, il faudra intégrer plus de télétravail dans les process d’entreprises, enseignement essentiel à tirer de ce marasme sans précédent.

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.

Pas de prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour les marchés publics et privés : « Les Travaux Publics voient rouge ! » (Vincent Martin)

coup de gueule • Le Président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté estime que l'ordonnance du 13 mai 2020, ne prenant pas en compte la prorogation de l’état d’urgence sanitaire dans le calcul des délais entourant les marchés publics et privés, est un nouveau coup dur pour les Travaux publics.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.98
ciel dégagé
le 26/05 à 9h00
Vent
6.04 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
62 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune