Tribunal administratif : la SMIBA va finalement pouvoir louer des skis

Publié le 11/01/2024 - 18:05
Mis à jour le 12/01/2024 - 08:42

La juge des référés du Tribunal adminsitratif de Besançon a rejeté le recours introduit par la SARL La Cabane contre la délibération du 19 décembre 2023 du syndicat mixte interdépartemental du Ballon d’Alsace (SMIBA) ayant décidé de la création d’un service de location de matériel de ski, a-t-on appris jeudi 11 janvier 2024. Explications.

Le tribunal administratif de Besançon © Alexane Alfaro
Le tribunal administratif de Besançon © Alexane Alfaro

Le massif du Ballon d’Alsace a pour particularité de comporter trois versants appartenant à trois départements différents : le Territoire-de-Belfort, le Haut-Rhin et les Vosges. De ce fait, sa mise en valeur touristique et le développement du ski alpin ont été confiés à un syndicat mixte interdépartemental : le SMIBA. 

 Estimant que l’offre de location de matériel de ski était insuffisante sur le massif en hiver, le SMIBA a d’abord acquis en avril 2023 du matériel de ski. Le 6 novembre 2023, il a adopté une délibération fixant les tarifs de la location de ce matériel. Enfin le 19 décembre 2023, il a adopté une délibération par laquelle il a décidé de mettre en place une activité de location de matériel de ski complémentaire à l’offre privée existante pour la saison 2023-2024.

 Le 6 janvier 2024, la SARL La Cabane, qui exerce une activité de restauration et de location de matériel de ski sur l’un des versants du massif du Ballon d’Alsace, a déposé un référé-liberté visant à obtenir, en urgence, la suspension de l’exécution de la délibération du 19 décembre 2023 ainsi que "toute action matérielle prise en exécution de cette décision et en particulier la délibération du 6 novembre 2023 ayant pour objet de proposer un service de location de skis sur la station du Ballon d’Alsace".

La SARL La Cabane fait notamment valoir que la création d’une activité de location de matériel de ski par le SMIBA, en face de son propre établissement, va conduire à une diminution de son chiffre d’affaires ce qui préjudicierait à une liberté fondamentale, en l’espèce la liberté d’entreprendre. 

La décision du tribunal :

En application de l’article L. 521-2 du Code de justice administrative, lorsqu’une personne morale de droit public a porté dans l’exercice de ses pouvoirs une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale, le juge des référés, saisi d’une demande en ce sens justifiée par l’urgence, peut ordonner toute mesure nécessaire à la sauvegarde de cette liberté fondamentale. 

Parce que le référé-liberté peut être introduit devant le tribunal administratif sans recours en annulation contre l’acte contesté, qu’il confère au juge les pouvoirs les plus étendus et l’oblige à se prononcer sous 48 heures, ce recours est subordonné à une condition d’urgence renforcée. Ainsi, il appartient à toute personne qui forme un référé-liberté de justifier des circonstances particulières caractérisant la nécessité pour elle de bénéficier à très bref délai d’une mesure de la nature de celles qui peuvent être ordonnées sur le fondement de l’article L.521-2 du code de justice administrative. 

Et le juge du référé apprécie, au vu des éléments que lui soumet le requérant comme de l’ensemble des circonstances de l’espèce, si la condition d’urgence particulière requise par l’article L. 521-2 est satisfaite, en prenant en compte la situation du requérant et les intérêts qu’il entend défendre mais aussi l’intérêt public qui s’attache à l’exécution des mesures prises par l’administration.

A l’issue de l’audience qui s’est tenue au tribunal le 10 janvier, la juge des référés a estimé que la condition d’urgence n’était "pas satisfaite dès lors, d’une part, que la location de matériel de ski ne représente qu’une partie du chiffre d’affaires de la SARL La Cabane et, d’autre part, qu’il existe bien un manque de matériel de ski à louer sur le massif et que cette carence conduit depuis deux saisons le SMIBA à refuser de vendre des forfaits de ski aux clients n’ayant pas réussi à louer du matériel."

Par conséquent, même si la SARL La Cabane dispose désormais d’un stock de skis à louer plus important que par le passé, "elle ne démontre pas pour autant être en mesure de répondre aux besoins susceptibles d’être exprimés par toute la clientèle se présentant sur le site sur lequel se trouve son établissement, ni surtout que l’existence du service complémentaire créé par le SMIBA ne lui permettra pas de maintenir sa propre activité".

La condition d’urgence n’étant pas satisfaite, le référé-liberté a été rejeté.  

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.62
couvert
le 26/02 à 9h00
Vent
1.2 m/s
Pression
998 hPa
Humidité
93 %