Trois mois après la fusion Bourgogne Franche-Comté, l'extrême gauche dresse un premier bilan

Publié le 24/04/2016 - 11:08
Mis à jour le 24/04/2016 - 11:08

Suite aux premières décisions du conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté concernant notamment l'alignement des prix de la carte grise en Franche-Comté, l'augmentation des indemnités des élus régionaux..., le comité régional de Franche-Comté PCF-Front de gauche-Gauche européenne établit un bilan et déplore les difficultés financières dans lesquelles se débattent nombre de concitoyens dans un commmuniqué.

11311_crbtram_2.jpg
©Région Bourgogne-Franche-Comté
PUBLICITÉ

« La fusion des régions commence à produire ses effets hautement prévisibles : coûteuse en finances, coûteuse en temps consacré à la restructuration interne au lieu d’être consacré au service public, destructrice de cohérence territoriale, génératrice d’un processus de déclin pour Besançon », constate le comité régional de Franche-Comté.

Il dénonce « La hausse des indemnités des élus régionaux, au nom du temps de travail supplémentaire, l’alignement des taxes sur cartes grises sur le taux bourguignon au prix d’une  augmentation de 41,7% pour les Franc-Comtois n’en sont que les premiers exemples », en ajoutant que « Deux régions pauvres ne font pas une région riche, et il est vrai que les moyens manquent pour mener des politiques régionales ambitieuses. »

Pour le PCF, le Front de gauche et Gauche européenne, « il faut cesser de les rechercher en ponctionnant toujours les mêmes : les classes moyennes et populaires. C’est méconnaître gravement les difficultés financières dans lesquelles se débattent nombre de nos concitoyen-ne-s que de considérer qu’une hausse de 60 à 90 euros pour un achat de voitures, y compris d’occasion, serait indolore. Le gouvernement n’a pas mené la réforme fiscale qu’il avait promise. »

« Pire », ajoute le comité, « il a multiplié les cadeaux sans contrepartie aux grandes entreprises et fait payer la facture aux collectivités, par les baisses de dotations les plus fortes qu’elles aient jamais connues. La solution n’est ni de réduire les services publics comme le demande la droite, ni de pressurer  les citoyen-n-es avec un impôt injuste, mais d’exercer toutes les pressions nécessaires sur le gouvernement pour qu’il restitue à la région de Bourgogne-Franche-Comté les 20 millions d’euros de baisse de dotations qu’il a prévue pour l’année 2016. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21.51
légère pluie
le 20/06 à 15h00
Vent
2.78 m/s
Pression
1014.51 hPa
Humidité
80 %

Sondage