Un projet de nouveau pont sur la Saône annulé par la justice

Publié le 12/03/2022 - 11:46
Mis à jour le 12/03/2022 - 08:16

Le tribunal administratif de Lyon a annulé jeudi 10 mars les arrêtés préfectoraux autorisant la construction sur la Saône d'un nouveau pont assurant la liaison entre l'Ain et la Saône-et-Loire.

Ce projet, portés par les deux départements, visait à construire un nouvel ouvrage pour un coût d'environ 20 millions d'euros, afin de remplacer l'actuel pont de Fleurville reliant les communes de Pont-de-Vaux (Ain) et de Montbellet (Saône-et-Loire). Celui-ci a été construit à la fin du 19e siècle et présente des fragilités, alors qu'il est emprunté par 6.700 véhicules par jour.

"Le tribunal juge que la reconstruction du pont actuellement en place sur les appuis existants constituait, au sens de l'article L. 411-2 du code de l'environnement, une solution alternative satisfaisante de nature à faire échec au projet de nouveau pont", précise la juridiction administrative dans un communiqué.

Les juges ont notamment estimé que cette solution était "techniquement réalisable", qu'elle limitait les atteintes "pour les espèces protégées et leurs habitat ainsi que la ressource en eau" tout en ayant des coûts "globalement moindres que ceux générés par la réalisation d'un nouvel ouvrage".

Dans son jugement, disponible sur son site internet, le tribunal administratif a également relevé que durant la durée des travaux, en cas de fermeture totale à la circulation du pont de Fleurville, les usagers pouvaient emprunter d'autres itinéraires comme le pont d'Uchizy, à une dizaine de kilomètres, ou encore celui de Tournus, à une vingtaine de kilomètres.

En 2019, les présidents des départements de l'Ain et de Saône-et-Loire, Jean Deguerry et André Accary, avaient annoncé leur intention de baptiser le futur pont du nom de l'ancien président de la République Jacques Chirac, décédé en septembre de cette même année.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Haut-Doubs : il achetait et revendait des biens immobiliers illégalement et menait la grande vie

"C’est une enquête tout à fait atypique" a déclaré d’emblée le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux ce jeudi 19 mai en introduction de sa conférence de presse. Un homme de 32 ans a été interpellé en début de semaine dans la communes Les Fontenelles dans le Haut-Doubs pour travail dissimulé et blanchiment d’argent après voir acheter et vendu plusieurs biens immobiliers sans aucune déclaration.

A Besançon, un corps retrouvé, possiblement celui d’un Serbe disparu en décembre dernier

Son identité devrait rapidement être déterminée. Le corps d’un ressortissant serbe disparu depuis fin décembre à Besançon a vraisemblablement été découvert mercredi dernier dans un bâtiment désaffecté sur les rives du Doubs, une autopsie confirmant la thèse d’un homicide, a-t-on appris ce mardi 26 avril auprès du parquet.

Mosquées taguées à Besançon : un ex-candidat du RN condamné à 18 mois de prison avec sursis…

Au mois de novembre 2021, plusieurs mosquées avaient été vandalisées dans le Doubs (Besançon, Pontarlier et Montlebon). Un ancien candidat aux élections départementales pour le parti du Rassemblement National avait reconnu les faits en janvier dernier. Il devait répondre de ses actes devant le tribunal correctionnel de Besançon ce lundi 25 avril 2022.

Procès de Nicolas Zepeda : vers un procès en appel à Besançon ?

Le procureur de la République de Besançon et avocat général au procès de Nicolas Zepeda Etienne Manteaux est revenu ce vendredi 15 avril sur la demande d’appel de Nicolas Zepeda, condamné le 12 avril dernier pour le meurtre de Narumi Kurusaki. Même si la loi interdit qu’un procès en appel se déroule dans le tribunal où le premier jugement a été rendu, il pourrait peut-être y avoir une exception...
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.11
ciel dégagé
le 26/05 à 21h00
Vent
0.89 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
100 %

Sondage