Vesoul : un an avec sursis pour un prétendu réalisateur Netflix

Publié le 03/11/2023 - 14:48
Mis à jour le 03/11/2023 - 14:48

Un homme qui prétendait réaliser un court-métrage pour Netflix et se disait atteint d'un cancer incurable a été condamné à un an de prison avec sursis à Vesoul pour avoir escroqué six personnes qui lui réclament désormais plus de 200.000 euros.

 ©
©

Le tribunal correctionnel a également prononcé à son encontre une injonction de soins et une interdiction de réaliser et/ou de gérer une société de production pendant cinq ans, a indiqué vendredi à l'AFP le greffe correctionnel du tribunal judiciaire. "Il n'y a pas eu encore de recours dans cette affaire": absent à l'audience le 19 octobre, ce prévenu de 36 ans, condamné pour abus de confiance, doit se voir notifier le jugement "par voie de commissaire de justice". Après signification de sa condamnation, il a 10 jours pour faire appel, a-t-on ajouté.

Les six victimes, quatre hommes et deux femmes, lui réclament par ailleurs 201.000 euros de préjudice qui feront l'objet d'une audience civile le 23 novembre.

Les faits se sont produits entre juin et septembre 2021 à Vesoul, où le prévenu avait un bureau. Il a fait signer aux victimes de faux contrats de travail en leur faisant miroiter une participation à un court-métrage pour Netflix.

L'argent des victimes pour assurer son train de vie

Se disant atteint d'un cancer en phase terminale, il leur affirmait qu'il s'agissait de son dernier projet pour lequel la plateforme de streaming devait lui verser 70.000 euros. Il invitait en attendant ses victimes à lui verser de l'argent qui en réalité servait à assurer le train de vie du supposé réalisateur, selon les propos à la barre de la seule victime présente à l'audience.

Cette dernière a évoqué le "côté emprise" qu'excerçait le prévenu sur eux, selon le quotidien régional L'Est Républicain. "Il y avait tout ce bagage affectif, avec un attachement personnel et professionnel, qui mettait une certaine pression. On ne pouvait qu'accepter ses demandes", selon ses propos rapportés par le journal.

Aux enquêteurs, le prévenu, qui évolue toutefois dans le milieu du cinéma et dispose d'une fiche biographique sur AlloCiné, a confié être "mythomane", rapporte le journal. Au bout d'un moment, les victimes, qui n'étaient jamais remboursées et avaient fini par aller frapper à la porte de Netflix, ont réalisé que leurs contrats de travail étaient faux.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.12
peu nuageux
le 23/04 à 0h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
93 %