Vidéo-protection : souriez, vous allez être filmés à Besançon

Publié le 23/02/2012 - 18:54
Mis à jour le 24/02/2012 - 10:14

39 voix pour, 16 contre. Le projet de vidéosurveillance a été adopté mercredi soir au conseil municipal de Besançon. 24 caméras seront installées dans la capitale comtoise à la fin de l’année dans des secteurs «sensibles».

cameras_de_surveillance.jpg
Les actes de malveillance envers les caméras de vidéo-surveillance se multiplient crédit photos rédac
PUBLICITÉ

« C’est grâce à notre persévérance que ce dossier majeur avance pour les Bisontins ! » le conseiller UMP Michel Omouri se réjouit du « revirement historique du maire » sur ce dossier lancé il y a deux ans par l’opposition municipale. 

Quid de l’efficacité ? 

Pour être vraiment efficient, les caméras doivent être concentrées par secteur. «Un saupoudrage serait inopérant» explique Eric Chalumeau du Cabinet ICADE SURETIS en charge d’accompagner le déploiement de la vidéo-surveillance à Besançon. Sept caméras seront donc installés sur le secteur Battant-Marulaz, sept sur l’hypercentre et Chamars, cinq à la Grette et cinq autres à Planoise (Ile de France, Epoisses, Cassin, avenue du parc). Plus de détails dans notre précèdent article

Avec l’installation de 24 premières caméras pour un coût d’investissement de 850 000 euros, pris en charge à 40% par l’Etat, le Modem Philippe Gonon préfère parlé d’expérimentation et insiste sur le rôle du comité d’éthique et de l’importance de la charte bisontine pour le respect des libertés individuelles 

Benoit Cyriani est beaucoup plus circonspect. «J’ai peur que le fantasme de sécurité apportée par la vidéo-surveillance soit déçu. Aucune étude assez poussée ne prouve la véritable efficacité des caméras contre la délinquance » explique l’élu vert tout en invoquant l’importance des couts d’investissement et de fonctionnement

«La sécurité, cela n’a pas de prix ! » 

Le Maire avoue avoir évolué sur la question précisant au passage qu’il avait déjà voté en faveur de la présence de caméras dans les bus. Il estime que la piste de la vidéo-protection ne peut être écarté. «La sécurité des Bisontins, ça n’a pas de prix» répond-il. «Les caméras ne régleront pas tout, c’est un outil de plus pour apporter des réponses ciblées» en rappelant qu’une cinquantaine d’actions sont en cours dans le cadre du contrat local de prévention et de sécurité. 

Fait rare au conseil municipal de Besançon, l’opposition UMP a donc voté avec les élus PS pour la mise en place de la vidéo-protection. Les verts, et communistes, liés à la majorité ont voté contre.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Municipale 2020 : les grandes propositions pour le transport et la mobilité d’Eric Alauzet

Eric Alauzet, député du Doubs et candidat LREM à l'élection municipale à Besançon en 2020, annonce ce samedi 19 octobre 2019 ses premières "grandes propositions" dans le domaine des transports et de la mobilité. Il souhaite notamment réaliser un projet sur l'axe ferroviaire nord-sud de Mamirolle aux Auxons avec un transport inspiré du tramway. Il souhaite également rendre gratuit le stationnement entre midi et 14 heures au centre-ville...

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Nicolas Bodin (PS) : « Je suis heureux de soutenir Anne Vignot, une femme avec de vraies convictions… » 

Entretien • Officiellement candidat depuis le 31 janvier 2019 et investi fin mars par le parti socialiste, Nicolas Bodin rejoint finalement "l'Équipe" qui rassemble déjà EELV, le parti communiste, Génération(s) et À Gauche citoyen avec Anne Vignot en tête de liste...

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon ont voté "pour" se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.14
légère pluie
le 20/10 à 21h00
Vent
1.79 m/s
Pression
1008.31 hPa
Humidité
97 %

Sondage