Vidéo-protection : souriez, vous allez être filmés à Besançon

Publié le 23/02/2012 - 18:54
Mis à jour le 24/02/2012 - 10:14

39 voix pour, 16 contre. Le projet de vidéosurveillance a été adopté mercredi soir au conseil municipal de Besançon. 24 caméras seront installées dans la capitale comtoise à la fin de l’année dans des secteurs «sensibles».

cameras_de_surveillance.jpg
Les actes de malveillance envers les caméras de vidéo-surveillance se multiplient crédit photos rédac
PUBLICITÉ

« C’est grâce à notre persévérance que ce dossier majeur avance pour les Bisontins ! » le conseiller UMP Michel Omouri se réjouit du « revirement historique du maire » sur ce dossier lancé il y a deux ans par l’opposition municipale. 

Quid de l’efficacité ? 

Pour être vraiment efficient, les caméras doivent être concentrées par secteur. «Un saupoudrage serait inopérant» explique Eric Chalumeau du Cabinet ICADE SURETIS en charge d’accompagner le déploiement de la vidéo-surveillance à Besançon. Sept caméras seront donc installés sur le secteur Battant-Marulaz, sept sur l’hypercentre et Chamars, cinq à la Grette et cinq autres à Planoise (Ile de France, Epoisses, Cassin, avenue du parc). Plus de détails dans notre précèdent article

Avec l’installation de 24 premières caméras pour un coût d’investissement de 850 000 euros, pris en charge à 40% par l’Etat, le Modem Philippe Gonon préfère parlé d’expérimentation et insiste sur le rôle du comité d’éthique et de l’importance de la charte bisontine pour le respect des libertés individuelles 

Benoit Cyriani est beaucoup plus circonspect. «J’ai peur que le fantasme de sécurité apportée par la vidéo-surveillance soit déçu. Aucune étude assez poussée ne prouve la véritable efficacité des caméras contre la délinquance » explique l’élu vert tout en invoquant l’importance des couts d’investissement et de fonctionnement

«La sécurité, cela n’a pas de prix ! » 

Le Maire avoue avoir évolué sur la question précisant au passage qu’il avait déjà voté en faveur de la présence de caméras dans les bus. Il estime que la piste de la vidéo-protection ne peut être écarté. «La sécurité des Bisontins, ça n’a pas de prix» répond-il. «Les caméras ne régleront pas tout, c’est un outil de plus pour apporter des réponses ciblées» en rappelant qu’une cinquantaine d’actions sont en cours dans le cadre du contrat local de prévention et de sécurité. 

Fait rare au conseil municipal de Besançon, l’opposition UMP a donc voté avec les élus PS pour la mise en place de la vidéo-protection. Les verts, et communistes, liés à la majorité ont voté contre.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.01
partiellement nuageux
le 19/06 à 0h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1012.44 hPa
Humidité
74 %

Sondage