Vignoble : après trois nuits de gel, le Chablisien fait l'inventaire des dégâts

Publié le 21/04/2017 - 11:38
Mis à jour le 21/04/2017 - 14:49

Après trois nuits de gel, qui pourrait avoir touché 20% du vignoble, les viticulteurs du Chablisien faisaient, ce vendredi 21 avril 2017, l'inventaire des dégâts, dans une région déjà durement frappée l'andernier par les températures négatives et la grêle.

PUBLICITÉ

« Il y aurait à peu près 1.000 hectares de touchés » sur 5.453, « mais on ne sait pas encore dans quelle proportion », a précisé une porte-parole du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB). « C’est un problème pour certains secteurs qui ont déjà gelé l’an dernier », même si « c’est à priori moins grave », a ajouté le BIVB.

La nuit de mercredi 19 à jeudi 20 avril 2017 a été la plus froide, les températures descendant à -7 degrés par endroits.

Daniel Seguinot, viticulteur à Maligny, l’un des secteurs qui ont le plus souffert, a passé une bonne partie des trois dernières nuits dans les vignes à
protéger avec ses filles ce qu’il pouvait de ses 25 hectares. « On estime qu’on pourrait avoir 70% de perte », se désole le viticulteur. « On a commencé, déjà hier, à avertir nos clients, surtout à l’export », ajoute le vigneron, qui envoie du prestigieux vin de Chablis jusqu’aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande ou au Japon.

‘L’an dernier la grêle avait totalement détruit la récolte »

Une partie du domaine a pu être protégée grâce à un dispositif d’aspersion, projetant de l’eau sur la vigne et formant une fine coque de glace sur les feuilles et les tiges, une autre partie par un système traditionnel de bougies pour réchauffer l’air autour des ceps de vigne.
« Déjà l’an dernier, la grêle avait détruit totalement la récolte », raconte M. Seguinot. Mais si « de mémoire d’ancien, la grêle on n’avait jamais vu ça »,
ce n’est pas le cas du gel. « Mes parents, dans les années 50, n’ont pas fait de vin pendant 12 ans à cause des gelées. Mais, à l’époque, tout le monde avait un peu d’élevage et de céréales » à côté de la vigne.

La quasi-totalité du Châtillonnais, petit vignoble de 300 hectares dans le nord de la Côte-d’Or, a aussi été fortement touchée. « Mais ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de récolte », précise Thomas Nicolet, directeur de la Confédération des appellations et des vignerons de Bourgogne (CAVB).

Selon les professionnels du secteur, le reste du vignoble bourguignon a été touché de manière très localisée, plutôt au niveau des bas de coteaux et des fonds de vallées, qui sont les zones les plus susceptibles de geler.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Bourgogne-Franche-Comté toujours en alerte orange canicule : jusqu’à 42 °C cet après-midi

La Bourgogne-Franche-Comté toujours en alerte orange canicule : jusqu’à 42 °C cet après-midi

mise à jour • L'épisode de canicule va se poursuivre ces prochains jours, sans aucune pluie attendue. 78 départements sont en alerte orange à la canicule. En Bourgogne-Franche-Comté, les maximales attendues en fin d'après-midi vont osciller entre 35 et 40 °C... et  jusque 42°C dans l'Yonne ou la Nièvre. L' épisode de pollution à l'ozone est toujours en cours.  

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

Canicule : les températures continuent de grimper, ce week-end devrait être tout aussi chaud

La Franche-Comté est toujours en alerte orange canicule ce mercredi 26 juin 2019. Les prévisions se confirment : il fait déjà 37°C à l'ombre (et plus chaud encore dans les grandes villes, jusqu'à 40°C) et la température n'est toujours pas à son maximal, atteint vers 17h cet après-midi. La chaleur devrait continuer au moins jusqu'à dimanche.

Alerte canicule dans le Doubs

Alerte canicule dans le Doubs

Météo-France a classé ce jour, dimanche 23 juin 2019 à 16h, le département en VIGILANCE JAUNE CANICULE DE TYPE 3 ; il devrait faire plus de 37°C mardi et presque 40 mercredi. Les autres départements de Franche-Comté sont aussi touchés.

Un lac et un hôtel spa de 16 suites : vous êtes aux « Rives Sauvages » à Malbuisson

Un lac et un hôtel spa de 16 suites : vous êtes aux « Rives Sauvages » à Malbuisson

publi-info • Un lac majestueux sous vos fenêtres, d’innombrables balades en pleine nature à proximité et puis un  "Hôtel Spa" doté d’une piscine intérieure chauffée, d’un hammam d’un sauna, et d’un centre de soins Cinq Mondes ne vous posez plus de questions : vous êtes à Malbuisson dans l’Hôtel Spa « Les Rives Sauvages ».

Préservation de la source d’Arcier : pour les jardiniers aussi, c’est zéro Phyto

Préservation de la source d’Arcier : pour les jardiniers aussi, c’est zéro Phyto

jardiner au naturel • Depuis 15 ans, les agriculteurs, collectivités, grandes entreprises, et gestionnaires d'infrastructures de transports (SNCF, départements et Drire pour les routes) ont été sensibilisés à la diminution de l'utilisation de produits phytosanitaires dans bassin de la source d'Arcier  qui couvre 45% des besoins en eau. Avec l'interdiction à la vente des produits phytosanitaires de synthèse et notamment le glyphosate depuis le début de l'année, les particuliers peuvent également jouer un rôle dans la protection de la ressource en eau de Besançon. Mercredi 26 juin 2019, une opération de sensibilisation et de collecte de bidons de produits pesticides se déroulera toute la journée à la déchetterie de Saône.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 33.82
ciel dégagé
le 27/06 à 12h00
Vent
3.12 m/s
Pression
1021.8 hPa
Humidité
55 %

Sondage