"Vous faites référence à quelle nuit ?": Nicolas Zepeda ne lâche rien

Publié le 07/04/2022 - 16:22
Mis à jour le 07/04/2022 - 16:22

Le Chilien Nicolas Zepeda a encore nié son implication jeudi à Besançon, lors des premiers instants de son ultime interrogatoire devant la cour d’assises du Doubs où il répond de l’assassinat de son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki en décembre 2016.

 ©
©

"Il est établi que vous avez passé la nuit du 4 au 5 décembre 2016 avec Narumi, qu'après ça, plus personne ne l'a revue vivante, contrairement à vous qu'on a revu", attaque d'emblée le président de la cour d'assises du Doubs, Matthieu Husson.

"Voulez vous nous dire ce qu'il s'est passé ?", l'interroge-t-il sans détours. "Vous faites référence à quelle nuit ?", réplique le Chilien de 31 ans, déclenchant des soupirs dans la salle d'audience. Depuis le début de son procès le 29 mars, Nicolas Zepeda répond volontiers aux questions par d'autres questions.

  • La date étant dûment précisée par le président de la cour, il lâche finalement: "j'ai déjà répondu à cette question, cette nuit-là je dormais".

Malgré d'intenses recherches à Besançon et dans une zone forestière du Jura, où Nicolas Zepeda a fait des arrêts suspects au volant de sa voiture de location, le corps de Narumi Kurosaki n'a jamais été retrouvé. Clamant son innocence depuis le début, le jeune homme a également contesté jeudi avoir fait traduire des messages en japonais et les avoir envoyés à la famille de Narumi Kurosaki, malgré les témoignage de deux Japonaises.

"Si ce n'est pas vous (qui avez envoyé ces messages), qui est-ce ?"

"Il s'agissait d'un message que Nicolas Zepeda voulait traduire dans un style féminin", s'est souvenu Megumi Sugisaki, 27 ans, témoignant en visioconférence depuis Tokyo. Il "disait que la personne qui parlait allait entreprendre un voyage et que pour cette raison elle ne pouvait pas répondre", a-t-elle précisé.

Des messages similaires ont été envoyés aux proches de Narumi via ses comptes, usurpés par Nicolas Zepeda selon les enquêteurs pour brouiller les pistes et retarder le lancement des recherches après sa disparition. Le 15 décembre, Nicolas Zepeda "m'a demandé de supprimer toute trace de correspondance avec moi et, sans m'en dévoiler la raison, il m'a demandé de faire une capture d'écran pour prouver que j'avais effacé", a-t-elle témoigné.

"Si ce n'est pas vous (qui avez envoyé ces messages), qui est-ce ?", demande le président à l'accusé. "Moi aussi, j'aimerais bien savoir", lui répond celui-ci.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.09
légère pluie
le 18/04 à 0h00
Vent
1.55 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %