Affichage sauvage : la Ville de Besançon porte plainte contre "Toufik de Planoise"

Publié le 28/06/2013 - 09:51
Mis à jour le 28/06/2013 - 16:34

La mairie a une nouvelle fois porté plainte pour affichage sauvage. Parmi les colleurs incriminés : Toufik, un blogueur bisontin libertaire. S'il reconnait les faits, il estime que d'autres colleurs, eux, ne sont pas inquiétés. Toufik a reçu le soutien d'un certain nombre d'internautes sur les réseaux sociaux (#toufikgate). Aujourd'hui c'est le Front de Gauche et certains élus socialistes qui s'en mêlent.... 

 ©
©

#toufikgate

"Nous ne portons pas plainte systématiquement, mais lorsque le phénomène perdure et s'accentue, c'est de notre devoir de réagir. Nous prenons des photos et portons plainte au commissariat". Daniel Mourot, directeur du service voirie et déplacements, explique que la Ville de Besançon, lasse de voir le nombre d'affichages sauvages et de tag se multiplier depuis quatre ans environ, porte régulièrement plainte.  "Nous avons en charge la propreté de la ville. Je pense que la plupart des Bisontins souhaitent conserver l'image d'une ville où ne pullulent pas les tags et les affichages sauvages surtout sur des panneaux de signalisation. C'est la sécurité qui est en jeu. Au total, 49 plaintes ont été déposées depuis le début de l'année par la municipalité. La justice fait ensuite son travail...".  

Concernant l'affaire "Toufik de Planoise" le décollage de douze affichettes a nécessité 16 heures de travail soit l'équivalent de 520 euros. Le jeune blogueur antifasciste bisontin, qui s'est illustré pour ses dossiers sur l'extrême droite, reconnait les faits. "J'ai été convoqué il y a une semaine environ au commissariat. On m'a demandé si j'étais l'auteur de ces affichages. J'ai répondu que oui. Autant je comprends que l'on me sanctionne pour l'affichage sur des panneaux de signalisation, autant sur des gouttières, je trouve que ce n'est pas justifié. 520 euros c'est la moitié du budget mensuel de ma famille ! ". Toufik, en colère, estime en filigrane qu'il y a deux poids, deux mesures. Selon lui, on ne s'en prend pas aux partis politiques en période électorale ni aux organisateurs de manifestations, de concerts qui peuvent coller çi et là en toute impunité.  

Front de Gauche : "Toufik ne doit pas servir de bouc émissaire..."

Dans son article "affichage sauvage : les « petits » arrangements de la ville de Besançon avec la réalité", il pointe en outre le manque de solutions d'affichage à Besançon.  "Si la loi minimale semble respectée (72m² pour toute la ville), l’activisme de tous bords particulièrement présent à Besançon a des besoins hélas bien au-delà de l’offre".

Un argument repris par le Front de Gauche. Dans un communiqué, le parti demande à la ville de Besançon de retirer sa plainte à l'encontre de Toufik de Planoise. "Peu de panneaux d’affichage sont disponibles dans la Boucle et ils sont régulièrement recouverts par de l’affichage commercial. Comment s’étonner, dans ces conditions, que des affiches et des autocollants soient placardés un peu partout dans les rues ? Le Front de Gauche exprime son incompréhension face à cette amende contre le blogueur « Toufik de Planoise », qui ne peut décemment pas servir de bouc émissaire à l’ensemble des collages sauvages effectués dans Besançon..."

Après le Front de Gauche, certains élus socialistes auraient également décidé de soutenir "Toufik de Planoise" et même de le rencontrer pourfaire le point. Reste à savoir si la Ville de Besançon retirera ou non sa plainte...

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

27 septembre 1944 : Étobon, massacre oublié de la Seconde Guerre mondiale

Il y a 77 ans, le 27 septembre 1944, 39 hommes, âgés de 17 à 58 ans,  ont été fusillés en Haute-Saône par les soldats de la Wehrmacht, qui entendaient ainsi se venger des attaques des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dans les maquis alentours. Trois autres ont été exécutés un peu plus tard, et sept hommes sont morts en déportation.

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.

Réduire ses déchets : et si on passait à l’action en Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • La Bourgogne Franche-Comté regorge d’initiatives citoyennes inspirantes... C’est ce que révèle une web-série portée et conçue conjointement par sept structures locales* dont le SYBERT qui œuvrent pour la gestion des déchets. L’objectif de cette démarche est d’amener le public à se questionner sur ses pratiques et de proposer des solutions concrètes pour adopter des comportements plus vertueux.

Découvrez le nouveau projet des Vaites de la Ville de Besançon

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l'écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l'origine du projet.

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.83
ciel dégagé
le 24/09 à 21h00
Vent
1.31 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
97 %

Sondage