Info traffic à Besançon

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

Mon compte

Le Budget 2015 de l’enseignement supérieur et de la recherche ne passe pas chez les sénateurs…

Jacques Grosperrin ©Alexane - cliquez sur l'image pour agrandir

Sans surprise, la commission du Sénat en charge de l’éducation, de la culture et de la communication a émis ce jeudi 27 novembre 2014 un avis défavorable à l’adoption des crédits de l’enseignement supérieur. Jacques Grosperrin, sénateur UMP du Doubs et rapporteur de la commission, s'insurge contre un amendement qui vise à baisser en 2015 ce budget de 70 millions d'euros et regrette que "l’ardoise résultant d’une mauvaise gestion des comptes de la Nation (…) soit réglée en sacrifiant l’avenir de la nation".

Publicité

Jacques Grosperrin explique que les crédits alloués à l’enseignement supérieur en 2015 devaient rester stables à 12,79 milliards d’euros, mais que le gouvernement a présenté devant l'Assemblée nationale un amendement qui conduit à retirer 70 millions d'euros aux opérateurs. "C'est à dire aux Universités !" traduit le sénateur du Doubs. "Le Président de la République, dont il ne faudra jamais oublier qu’il entend être jugé, à la fin de son mandat, sur deux critères : l’emploi et la jeunesse, avait pourtant déclaré que le budget de l’éducation nationale serait "sanctuarisé".À la tête de cet important ministère, Mme Najat Vallaud-Belkacem, se contente, pour justifier cette saignée de déclarer que "les diminutions ciblées de budget des établissements d’enseignement supérieur sont inévitables"

Le rapporteur pour avis de la commission de l’éducation, de la culture et de la communication estime en outre qu'il serait "irresponsable" que les universités sacrifient leurs investissements à la poursuite de leurs contrats de recherche tout en leur demandant des efforts ans le cadre de la structuration de leur recherche sur le long terme. "Il a fallu une vive réaction de la CPU, la conférence des présidents d’Universités, pour que Bercy consente à débloquer le dernier versement par l’État aux universités de leur subvention pour charges de service public et leur permette – c’est bien le moins – d’honorer la paie des personnels de décembre. Il serait temps, désormais, que le Gouvernement respecte le principe de « décideur-payeur » vis-à-vis des universités et compense, à due concurrence les conséquences de décisions prises au niveau national ayant un impact sur les finances des universités". 

Les sénateurs Jacques Grosperrin et Dominique Gillot ont proposé un amendement adopté à l’unanimité visant à rétablir les crédits de la mission interministérielle "Recherche et Enseignement supérieur" dans leur montant initialement prévu par le projet de loi de finances (PLF) pour 2015.

Damien

Votre météo avec

Evénements de paris