L214 révèle des images choquantes de l'abattoir "Viande Nature Jura" spécialisé dans l'abattage des chevaux

Publié le 20/12/2018 - 09:32
Mis à jour le 20/12/2018 - 09:32

L'association de protection animale L214 a révélé mercredi 19 décembre 2018 une nouvelle enquête menée à l'abattoir "Viande Nature Jura", spécialisé dans l'abattage des chevaux. Cet abattoir est situé à Équevillon, dans le département du Jura. L'enquête montre des pratiques routinières mettant à mort des chevaux de course à la retraite…

L214
©Association L214

Ces 3 dernières années, L214 a diffusé 10 enquêtes réalisées dans 10 abattoirs français. Ces enquêtes ont dévoilé les pratiques routinières d'abattoirs de toutes tailles, et mettant à mort différentes espèces d'animaux : chevaux, vaches, veaux, cochons, moutons, poulets, chevreaux, agneaux, etc. À chaque diffusion, les réactions ont été extrêmement vives. "Les vidéos d'enquête rendent concret le meurtre alimentaire qu'on évite habituellement de regarder en face" indique l'association.

L'abattoir d'Equivillon dans le Jura est le 11e abattoir dans lequel L214 pose ses caméras.

"C'est la question même de tuer les animaux et la violence qui en découle qui est choquante"

Pour l'association, cet abattoir "montre que la question de la conformité à la réglementation (que les citoyens ignorent le plus souvent) n'est pas le cœur du problème". Elle explique que "C'est la question même de tuer les animaux et la violence qui en découle qui est choquante". L214 liste d'ailleurs quelques méthodes d'« étourdissement » et de mise à mort autorisées par la réglementation "pour rendre compte de cette violence inhérente aux abattoirs" :

  • Les méthodes mécaniques : percussion de la boîte crânienne (lésions graves et irréversibles au cerveau provoquées par la pénétration d'une tige perforante dans le crâne), broyage à vif, ou encore dislocation du cou.
  • Les méthodes électriques : électrocution par pinces électriques ou par bain d'eau électrifié.
  • Les méthodes de gazage : dioxyde de carbone, gaz inertes, monoxyde de carbone.

L214 demande au président de la République Emmanuel Macron "la mise en œuvre d'une politique volontariste et ambitieuse afin de réduire d'au moins 25 % d'ici 2025 le nombre d'animaux tués dans les abattoirs français". Elle précise que "cet objectif va dans le sens d'un consensus autour de la nécessaire baisse de consommation de produits animaux, que ce soit du point de vue de la santé publique, de la lutte contre le réchauffement climatique ou du partage des ressources."

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Sondage – Pensez-vous qu’un couvre-feu dans le département du Doubs soit nécessaire pour limiter la propagation de la Covid-19 ?

De plus en plus de villes françaises doivent respecter un couvre-feu chaque soir de 21 heures à 6 heures pour limiter la propagation du virus et ainsi ne pas submerger les hôpitaux. Le département du Doubs pourrait subir cette mesure à partir de ce week-end : pensez-vous qu'il serait nécessaire pour limiter la transmission du virus ? C'est le sondage de la semaine...

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.11
légère pluie
le 27/10 à 12h00
Vent
4.62 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
39 %

Sondage