Rachat d'Alstom : Emmanuel Macron veut clarifier les "zones d'ombres" soulevées par FO

Publié le 21/10/2015 - 17:27
Mis à jour le 22/10/2015 - 10:19

La fédération FO de la métallurgie a rencontré Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie le vendredi 16 octobre 2015 à Bercy au sujet du rachat d’une partie d’Alstom par General Electric. 

 ©
©

Les délégués FO Éric Keller, secrétaire fédéral, Philippe Pillot, du secteur Alstom transport, et Jean-

François Merlin, du secteur énergie, ont rencontré le ministre de l'Economie au sujet de la cession des activités énergie d’Alstom à General Electric. Ce "closing" devrait être scellé le 2 novembre 2015.

Les délégués et le ministre ont abordé les craintes des salariés et de leurs représentants face aux nouvelles conditions de travail engendrées par le "closing". Emmanuel Macron, entouré de ses conseillers, a "montré sa connaissance du dossier qu’il avait suivi aux côtés du Président de la République, en expliquant les garanties apportées et les points qui étaient verrouillés par les différents contrats signés entre les différents acteurs (Alstom, GE, Bouygues) et l’État".

De nombreuses "zones d'ombre"

Si certains sujets, surtout financiers, semblent "sous contrôle", FO réclame "d’autres éclaircissements de la part des directions des deux groupes et doivent faire l’objet de réponses précises tant au gouvernement qu’aux instances concernées".

Ces sujets visent le maintien de l'emploi, des sites, des activités et des technologies issus de l’ancien Alstom, des problèmes de recherche et développement ainsi que de propriété intellectuelle.

Le ministre s'est engagé à demander à GE et à Alstom leurs visions stratégiques en terme de business et leurs plans d’investissement car "convient d’éclairer les zones d'ombre dans les meilleurs délais". Il a également précisé les dossiers sur lesquels le gouvernement travaillait "pour apporter de la charge dans les domaines énergétiques et ferroviaires". 

FO entend "poursuivre ses efforts pour défendre l’intérêt des salariés du groupe".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Le stade Léo Lagrange bientôt équipé de 800 m2 de panneaux photovoltaïques

Le chiffre n’est pas négligeable. Si l’installation des panneaux photovoltaïques a un coût : 300.000 euros, elle permettra, à terme, d’économiser entre 30 à 35.000 euros par an, a précisé Anne Vignot, la maire de Besançon. Le projet sera soumis au vote des élus lors du Conseil municipal du 20 juin 2024.

La Région Bourgogne Franche-Comté lance une opération séduction pour attirer de nouveaux habitants

En ce premier semestre 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté préfigure une initiative inédite pour renforcer son attractivité résidentielle. Cette opération sans précédent vise concrètement à recruter dès le mois de septembre 2024 de futurs habitants. Prévu sur une première période de trois années, ce programme repose sur une dynamique collaborative initiée par la Région et de nombreux acteurs du territoire, et s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’attractivité globale initiée depuis 2017.

“Chambre d’hôtes référence” : six hôtes du Doubs récompensés

Le 4 juin 2024, certaines chambres d’hôtes du département du Doubs se sont vu remettre la qualification "Chambre d’hôtes référence". Cette action nationale a été déployée depuis 2023 par Doubs Tourisme dans le département permettant à l’époque de qualifier deux premières chambres d’hôtes.

Le sport au service de l’emploi pour recruter autrement à Montbéliard

Après le succès des précédentes éditions qui se sont déroulées sur plusieurs villes de la région, le Comité Olympique Paris 2024, l'Agence Nationale du Sport, la Fédération Française d’Athlétisme et France Travail, ont proposé l’opération "Du stade vers l’emploi" (DSVE) dans sa version "Athlétisme" ce jeudi 13 juin 2024 à Montbéliard. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.03
légère pluie
le 21/06 à 6h00
Vent
1.8 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
96 %