Plus de 1.600 étudiants boursiers de plus à la rentrée en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 30/08/2023 - 17:20
Mis à jour le 31/08/2023 - 14:42

Le Crous Bourgogne-Franche-Comté a tenu un point presse ce mercredi 30 août 2023 à Besançon en vue de la prochaine rentrée étudiante. Il a tenu à rappeler les dispositifs d’accompagnement qu’il met en place pour soutenir la vie étudiante. Parmi ces dispositifs, le système des bourses a, cette année, été revalorisé par l’État et a de ce fait, permis à 1.661 étudiants supplémentaires de la région d’y prétendre.  

La revalorisation des bourses par l’État a eu pour action directe d’ouvrir les bourses à davantage d’étudiants dès cette rentrée 2023 et de revaloriser le montant des bourses de 37€ par mois à tous les échelons. À l’échelle de la Bourgogne-Franche-Comté, cela représente 16661 étudiants boursiers supplémentaires cette année "qui ne l’auraient pas été sans la réforme" précise la directrice générale du CROUS BFC Christine Le Noan. Soit une augmentation (établit fin août) d’environ 7% de plus que l’année précédente qui comptait déjà 22.000 étudiants boursiers. 

Sur l’ensemble des étudiants boursiers de la région, 25% sont situés sur des échelons entre 7 et 5 (= ceux qui bénéficient le plus d’aides) et 50% sont sur les échelons 0 et 1. Donc les étudiants les plus en difficultés "sont heureusement les moins nombreux" résume Christine Le Noan. 

La bourse, premier dispositif d'accompagnement étudiant

Au minimum, un étudiant boursier touchera cette année 1.450€ de bourse répartis sur 10 mois et jusqu’à 7.158€ pour un étudiant de dernier échelon (échelon 7). Côté logement, l’étudiant boursier bénéficie d’une attribution prioritaire dans les hébergements CROUS. Il est également exonéré des frais d’inscription universitaire et de la contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) et bénéficie du repas à 1€ deux fois par jour dans les restaurants universitaires. 

Les repas à 1€, 47% des repas servis à Besançon 

En plus des étudiants boursiers, le repas étudiant à 1€ est également accessible aux étudiants non boursiers mais "en situation de précarité" (évaluation sociale effectuée par le CROUS). Selon Christine Le Noan, le nombre de bénéficiaires du repas à 1€ "a été multiplié par trois en deux ans". Ce dispositif est conséquent puisqu’il représente; à Besançon, 46,8% des repas servis.

Le tarif standard du repas à 3€30 n’a lui aussi "pas bougé depuis quatre ans" précise la directrice générale.

Une offre de logement sur deux est acceptée

Sur environ 7.000 logements à l’échelle BFC (3.600 sur Dijon, 2.600 sur Besançon 775 Nord Franche-Comté, Auxerre et Le Creusot), 40% sont des renouvellements (demande d’étudiants pour les années suivantes), 20% sont réservés à des étudiants dans le cadre de conventions avec les établissements et 40% sont ouverts à la location. 

Sur ce taux de rotation de 40%, la première phase d’attribution a consacré 66% des logements à des étudiants d’échelon 5 à 7 contre 45% l’année dernière. Lors de la phase complémentaire, les hébergements sont ensuite ouverts à tous les étudiants. Pour la directrice générale, les résultats de l’attribution des logements viennent conforter le CROUS "dans notre rôle d’acteur social tout en conservant quand même une large place aux étudiants internationaux dans notre offre locative" résume Christine Le Noan. Pour ces étudiants, le CROUS facilite également leur intégration sur les territoires puisqu’il représentent environ 30% des étudiants logés au CROUS BFC. 

Enfin, le CROUS précise que le gel des loyers dans les résidences universitaires se poursuit cette année encore pour la quatrième année consécutive. Les APL, qui dépendent de la Caisse d’allocations familiales ont, elles aussi, été revalorisées pour cette année.  

Des mesures qui limitent les effets de la précarité étudiante

Ces mesures "conséquentes viennent limiter les effets de la précarité étudiante" selon Christine Le Noan mais ne permettent pas de l'éradiquer pour autant. Le CROUS n’est, par exemple, pas en capacité de répondre à l’intégralité des demandes, "à Besançon on répond à une demande sur deux" constate la directrice. 

C’est pourquoi le CROUS s’appuie sur ses partenaires et travaille sur de la prospective en partenariat notamment avec Grand Besançon Métropole pour identifier des espaces de construction. Le CROUS ouvre d’ailleurs cette année une nouvelle résidence, La Comtoise, qui permettra d’ajouter 105 logements supplémentaires à son parc. D’autres projets de construction (résidence Vauban) et de rénovation (résidence Rousseau) sont également en cours.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

UTBM : 50 heures pour créer un court-métrage lors du festival Film d’un jour

Organisé par les étudiants de l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, la 19e édition du festival Film d’un jour revient cette année dans l’Aire urbaine pour une 19e édition du 9 au 11 mai 2024. Durant ce festival, les étudiants sont réunis autour d’un même objectif commun, parvenir à créer un court métrage de A à Z en 50h maximum.  

Une équipe UTBM en finale nationale des Entrep’

L’équipe Modul’ de l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) a décroché la victoire au concours des Entrep’ de Franche-Comté face à 17 autres équipes de la région. En promouvant une nouvelle définition de la productivité axée non pas sur l'augmentation des heures de travail, mais sur leur optimisation, apprend-on mercredi 24 avril 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.83
légère pluie
le 22/05 à 21h00
Vent
1.63 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %