20% de la population mondiale concernée par l’urticaire au moins une fois dans sa vie

Publié le 03/10/2014 - 10:52
Mis à jour le 03/10/2014 - 15:29

À l'occasion de la journée mondiale de l'urticaire ce vendredi 3 octobre 2014, le Dr Martine Vigan, allergologue et dermatologue à Besançon, souhaite sensibiliser les Francs-Comtois à cette pathologie.

PUBLICITÉ

maCommune.info : Pourquoi vous mobilisez-vous en tant que dermatologue à cette journée mondiale de l’urticaire ?

Dr Martine Vigan : L’urticaire est une maladie fréquente qui a un impact sur la qualité de vie des patients lorsqu’elle est chronique spontanée.

  •  Qui peut avoir une cause à rechercher lorsqu’elle est aiguë, ou aiguë récidivante .cause à rechercher soit pour expliquer la poussée soit pour prévenir les poussées ultérieures.
  • Qui nécessite une consultation spécialisée et particulière pour que le patient sache se traiter et se prendre en charge en cas de récidive d UA ou d’Urticaire chronique.

Cette pathologie est mal connue du grand public elle a un caractère évolutif particulier par crises spontanément résolutives et le vécu du patient est difficile avec angoisse et fantasmes. 

Qu’est-ce que l’urticaire ? 

L’urticaire est définie par des plaques rouges qui apparaissent brutalement qui démangent et qui disparaissent spontanément sans laisser de trace. Souvent le patient n’a rien à montrer lors de la consultation ce qui le met souvent mal à l’aise. Les photos numériques sont une grande aide.

Il peut y avoir des formes cliniques à grandes plaques, ou à petits points. Parfois les lésions sont rondes, d’autres peuvent avoir des pointes et certains patients peuvent fantasmer sur des cornes de diable… sur les zones qui se distendent le rouge disparaît les démangeaisons sont peu intense, mais l’œdème gonflement est important : œdème d’une lèvre d’une ou 2 paupières très affichant… les plaques peuvent être généralisée.

Un terme, à proscrire, rend compte de l’angoisse véhiculée c’est celui d’urticaire géante comme si la maladie pouvait être plus grande que le patient! Il s’agit soit d’urticaire à grande plaque soit d’urticaire généralisée.  Il n y a pas de maladie géante. 

L’eczéma est totalement différent. Le seul point commun est les démangeaisons, car l’eczéma persiste et laisse la peau sèche en disparaissant. Le diagnostic différentiel doit être fait avec des poussées vasomotrices et les angioedemes à bradykinines. 

Constatez-vous une évolution du nombre de vos patients atteints par cette pathologie ? 

Depuis 30 ans je vois 100 nouveaux patients par an. Les femmes sont le plus souvent atteintes d’urticaire chronique spontanée. Le pic est entre 20 et 40 ans. Mais les enfants peuvent être atteints.

  • L’urticaire cholinergique atteint les sujets jeunes souvent les garçons
  • L’urticaire au froid peut être familiale et atteint les 2 sexes.
  • L’urticaire à la pression plutôt les hommes.

Quelle est la proportion de la population touchée ?

Toute personne peut faire une crise d’urticaire s il est exposé à une substance urticante par exemple la main dans les orties.

D’une manière générale on admet que :

  • 20% de la population mondiale fait de l’urticaire au moins une fois dans sa vie.
  • Et 2% a de l’urticaire chronique.

Je n’ai pas de statistique pour la région, mais mes 100 nouveaux patients par an sont du bassin de Besançon.

   Quels sont les symptômes et quelles sont les causes de cette pathologie ?

La cause de l’urticaire varie selon sa forme, mais la cellule dysfonctionnante est toujours le mastocyte. L’urticaire aiguë ou aiguë récidivante accompagnée de signes respiratoires ou digestifs ou cardiovasculaires ou de malaise peut être d’origine allergique.  Elle nécessite une consultation spécialisée qui déterminera la nécessité ou non de faire un bilan. Elle peut être aussi non allergique par histaminoliberation directe massive.

L’urticaire chronique peut être provoquée par des phénomènes physiques chaud-froid pression soleil dermographique effort transpiration et ces agents doivent être recherchés par l’interrogatoire et des tests adaptés

L’urticaire chronique peut être spontanée. L’urticaire chronique est une maladie inflammatoire chronique en lien avec un mastocyte devenu hyperexcitable. Ce mastocyte peut rester hyperexcitable 6 semaines ou plus quelques fois des années avec un fort impact sur la qualité de vie.

En résumé comment sait-on que l’on a de l’urticaire et non une allergie ?

Le mot allergie n’a aucun sens clinique. Il ne devrait jamais être employé pour décrire une pathologie. Il met le patient dans une mauvaise case et peut nuire à sa prise en charge. On a une pathologie par exemple une urticaire ou une rhinite ou un asthme par un mécanisme allergique à une substance précise déterminée par un bilan allergologique  on ne doit pas utiliser le mot  allergie pour décrire un symptôme. 

Quelles seront les actions menées (auprès des patients et du corps médical) en Franche-Comté le 3 octobre pour cette journée mondiale  

Pour la Journée Mondiale de l’urticaire, des actions sont mises en place :

  • L’association Asthme et Allergies propose un espace informatif autour de l’urticaire sur son site internet www.asthme-allergies.org et un quiz « Et si ce n’était pas une allergie ? » interpelle le public pour lever toute confusion autour de l’urticaire chronique -qui n’est pas une allergie.
  • Le site www.urticariaday.org a été créé afin d’informer sur l’urticaire. Il invite les patients, les proches, l’entourage, les médecins et le grand  public à se mobiliser autour de cette pathologie en partageant l’information du site via les réseaux sociaux.
  • Des médecins prennent la parole pour que les médias relayent l’information et sensibilise le grand public 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

La semaine européenne de la vaccination commence le 24 avril 2019 à Besançon

La Semaine européenne de la Vaccination (SEV) se déroule du 24 au 30 avril 2019. Cet évènement constitue un temps fort pour l’ARS Bourgogne-Franche-Comté qui rappelle que "la vaccination est la prévention la plus efficace contre de nombreuses maladies infectieuses". Deux villages Info Vaccination et les premiers seront installés à Besançon le 24 avril et Dijon le 26 avril.

Nouvelle blessure avec une seringue au centre de tri du Sybert à Besançon

L'agent s'est piqué accidentellement ce mardi 2 avril 2019 avec une seringue usagée jetée dans le bac de déchets recyclables. Il s'agit du cinquième incident de ce type depuis le début de l'année. La direction du Sybert, en charge de la gestion et de la valorisation des déchets, rappelle les consignes de tri des déchets de soin.

Danger sur votre brosse à dents : deux tiers des dentifrices contiennent du dioxyde de titane

Un composé chimique présent dans de très nombreux dentifrices pourraient mettre en danger votre santé. C'est ce que dénonce jeudi 28 mars 2019 l'association Agir pour l'environnement. Selon elle, le dioxyde de titane, controversé, car il contient des nanoparticules, est largement présent dans les dentifrices. Elle souhaite que ce produit ne soit plus utilisé dans les dentifrices et les médicaments.

Mars Bleu : comment éviter le cancer colorectal ?

La campagne Mars Bleu pour sensibiliser la population au cancer colorectal (maladie des cellules qui tapissent l’intérieur du côlon ou du rectum) se poursuit encore pendant quelques jours. Les plus récentes recherches démontrent que l’alimentation et l’activité physique jouent un rôle très important dans la prévention de ce cancer. Voici quelques conseils pour éviter le cancer colorectal…

Lutte contre le cancer à l’EFS de Besançon : un médicament « vivant » pour vaincre la leucémie

C'est une première mondiale. Après cinq années de recherche, les Dr Christophe Ferrand et Dr Marina Deschamps aidés de  leur équipe de l'établissement français du sang Bourgogne Franche-Comté à Besançon ont développé de nouvelles immunothérapies dans le traitement de la leucémie. La création d’une start-up est en réflexion afin de lever deux à quatre millions d’euros.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 9.16
couvert
le 21/04 à 21h00
Vent
0.51 m/s
Pression
1013.475 hPa
Humidité
80 %

Sondage