Alerte Témoin

228 millions empruntés par 16 CHU dont Besançon

Publié le 26/02/2013 - 18:38
Mis à jour le 27/02/2013 - 08:47

Le CHRU  de Besançon et 15 autres centres hospitaliers universitaires ont emprunté vendredi 22 février dernier 228 millions d'euros sur les marchés obligataires. Un bouffée d'oxygène dans un contexte de difficultés financières pour les hôpitaux.

1301327396.jpg
archives ©roman

hôpitaux

"L'emprunt a été couvert en quelques minutes, avec une offre très importante et avec un taux compétitif de 3,65%", a indiqué Philippe Domy, le nouveau président de la Conférence des directeurs dénéraux de CHU. L'émission obligataire a été un succès bien que l'agence Moody's ait abaissé l'été dernier la note des Centres hospitaliers régionaux universitaires (CHRU). Pour justifier cette dégradation, l'agence financière avait mis en avant les difficultés financières de certains établissements, notamment en Outre-mer.

L'émission obligataire de vendredi, qui a été créditée de la note AA par l'agence Fitch ratings, ne concernait que des établissements de la métropole : Besançon, Bordeaux, Clermont, Dijon, Grenoble, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Nancy, Nice, Nîmes, Poitiers, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse. Les marchés sont attentifs notamment à la certification des comptes des établissements et à leur niveau d'endettement. Le panel d'établissements emprunteurs doit avoir une situation financière homogène.

Ces établissements n'étaient pas allés sur les marchés en 2012. "C'était important qu'on réussisse cette relance au tout début de 2013", a estimé M. Domy, soulignant qu'il y avait eu des "tensions" l'an dernier pour le financement des investissements hospitaliers. Le taux facial d'emprunt des CHU avait été de 3,69% en 2011 et de 4,43% en 2009, selon M. Domy.

Il y a 32 CHU en France. Le plus gros CHU, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP, 37 établissements), effectue ses opérations financières de façon autonome. Si les grands hôpitaux peuvent aller sur les marchés pour financer leurs investissements, tel n'est pas le cas des petits établissements qui doivent recourir aux prêts bancaires. Or ceux-ci se sont taris depuis que la banque Dexia qui était leur financeur habituel a abandonné ce marché après sa restructuration. La Banque Postale doit prendre le relais, mais n'est pas encore prête. "Nous n'avons pas de solution substitutive fiable et viable aujourd'hui depuis le départ de Dexia", a souligné M. Domy.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Essayage, nombre de clients, masques… : quelles sont les mesures prises par les grands magasins de prêt-à-porter ?

Depuis lundi 11 mai, les Franc-Comtoises et les Francs-Comtois peuvent circuler librement dans leur département respectif et à moins de 100 km sans attestation. Ils peuvent donc faire du shopping tout en respectant les règles sanitaires indispensables à la lutte contre la propagation du covid-19. Quelles sont les mesures prises par les grands magasins de vêtements ? Nous nous sommes procurés un document distribué dans tous les magasins d'une grande chaîne française de prêt-à-porter pour homme.

Covid-19 : l’application StopCovid pourrait être disponible à partir de ce week-end

StopCovid est une application de traçage de contacts pour smartphones voulue par le gouvernement dans le plan global de déconfinement dans le contexte de l’épidémie de Covid-19. L’utilisation de l’application fera l’objet d’un débat et d’un vote au Parlement ce mardi 26 mai. À l’issue, le gouvernement pourra décider du lancement de l’application qui pourrait être ce week-end des 30 et 31 mai.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.86
ciel dégagé
le 27/05 à 21h00
Vent
1.84 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
57 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune