25 et 30 ans de prison pour les assassins d’un homme retrouvé dans une rivière

Publié le 25/02/2012 - 09:07
Mis à jour le 25/02/2012 - 09:14

La Cour d’assise du Jura a prononcé une peine de 30 et 25 ans de prison à l’encontre des deux hommes responsables de l’assassinat de Maxime Rigaud dans le Jura en 2009.

Condamnation

L’avocate générale, Virginie Deneux, avait requis la perpétuité pour l’un des coupables âgé de 27 ans, Fabien Gence, dont le profil psychiatrique laisse craindre des risques de récidive, et 30 ans de réclusion criminelle pour Jérémy De Souza, âgé de 22 ans.

La peine de 30 ans d’emprisonnement de Fabien Gence a été assortie d’une peine de sûreté de 20 ans. Les deux hommes ont reconnu leur culpabilité, mais ils se rejettent la responsabilité de ce crime resté sans mobile.

« On ne saura pas qui a eu l'idée initiale de cet assassinat, mais ce qui est certain, c'est qu'ils l'ont fait ensemble », a déclaré la magistrate.

Le corps de Maxime Rigaud, originaire de Damparis (Jura), avait été retrouvé le 28 mai 2009 à Brevans, poignet et cheville gauches liés avec une corde à linge et attachés à un parpaing, flottant à un mètre de la berge. Il avait disparu deux jours plus tôt.

La victime a été frappée et étranglée dans un appartement de Brevans. Les deux acolytes lui auraient aussi injecté un produit toxique avec une seringue, avant de l'attacher et de lester son corps avec un parpaing pour le faire disparaître dans le Doubs. Ils ont ensuite nettoyé l'appartement et brûlé les affaires de la victime dans une forêt voisine, afin de détruire les éléments compromettants.

La défense a demandé la requalification de l'assassinat en meurtre. « Gence n'aurait pas tué seul, c'est la formation du duo avec De Souza qui a débouché sur le crime », a-t-elle plaidé.

Les avocats de la famille, Mr Patrick Uzan et Marjorie Weiermann, ont mis en avant la « douleur » de cette « famille sans histoire », « condamnée à ne plus voir pour l'éternité son fils », décrit comme « gentil et serviable ».

Source : AFP

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.39
peu nuageux
le 18/05 à 6h00
Vent
0.45 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
93 %