Alerte Témoin

25 et 30 ans de prison pour les assassins d’un homme retrouvé dans une rivière

Publié le 25/02/2012 - 09:07
Mis à jour le 25/02/2012 - 09:14

La Cour d’assise du Jura a prononcé une peine de 30 et 25 ans de prison à l’encontre des deux hommes responsables de l’assassinat de Maxime Rigaud dans le Jura en 2009.

Condamnation

L’avocate générale, Virginie Deneux, avait requis la perpétuité pour l’un des coupables âgé de 27 ans, Fabien Gence, dont le profil psychiatrique laisse craindre des risques de récidive, et 30 ans de réclusion criminelle pour Jérémy De Souza, âgé de 22 ans.

La peine de 30 ans d’emprisonnement de Fabien Gence a été assortie d’une peine de sûreté de 20 ans. Les deux hommes ont reconnu leur culpabilité, mais ils se rejettent la responsabilité de ce crime resté sans mobile.

« On ne saura pas qui a eu l'idée initiale de cet assassinat, mais ce qui est certain, c'est qu'ils l'ont fait ensemble », a déclaré la magistrate.

Le corps de Maxime Rigaud, originaire de Damparis (Jura), avait été retrouvé le 28 mai 2009 à Brevans, poignet et cheville gauches liés avec une corde à linge et attachés à un parpaing, flottant à un mètre de la berge. Il avait disparu deux jours plus tôt.

La victime a été frappée et étranglée dans un appartement de Brevans. Les deux acolytes lui auraient aussi injecté un produit toxique avec une seringue, avant de l'attacher et de lester son corps avec un parpaing pour le faire disparaître dans le Doubs. Ils ont ensuite nettoyé l'appartement et brûlé les affaires de la victime dans une forêt voisine, afin de détruire les éléments compromettants.

La défense a demandé la requalification de l'assassinat en meurtre. « Gence n'aurait pas tué seul, c'est la formation du duo avec De Souza qui a débouché sur le crime », a-t-elle plaidé.

Les avocats de la famille, Mr Patrick Uzan et Marjorie Weiermann, ont mis en avant la « douleur » de cette « famille sans histoire », « condamnée à ne plus voir pour l'éternité son fils », décrit comme « gentil et serviable ».

Source : AFP

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Dénonciations de « violences sexuelles » à l’ISBA :  victimes ou témoins appelés à se rendre au commissariat

Une enquête a été ouverte après que des élèves de l'école des Beaux-Arts de Besançon ont dénoncé des "violences sexuelles" sur une page Facebook intitulée "Balancetonecoledart". Etienne Manteaux, le procureur de Besançon invite "toute personnes qui aurait subi ou été témoin de faits de cette nature à venir en faire une déposition au commissariat."

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     7.61
    légère pluie
    le 26/09 à 9h00
    Vent
    5.71 m/s
    Pression
    1009 hPa
    Humidité
    95 %

    Sondage