80 km/h: Philippe prêt à laisser les présidents de conseils départementaux assouplir la mesure

Publié le 16/05/2019 - 09:53
Mis à jour le 16/05/2019 - 09:53

Edouard Philippe s'est dit prêt ce jeudi 16 mai 2019 à laisser aux présidents de conseil départementaux la capacité de déroger aux 80 km/h sur les routes secondaires, comme le prévoit un amendement porté par le groupe LREM à l'Assemblée nationale.

01EdouardPhilippe.JPG
Edouard Philippe ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

« Si les présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs responsabilités, je n’y vois aucun inconvénient », a déclaré le Premier ministre sur franceinfo, fixant toutefois la condition que cette capacité soit « systématiquement assortie de mesures » garantissant « le plus haut niveau de sécurité routière possible ».

Des assouplissements ?

En vigueur depuis juillet 2018, la limitation à 80 km/h sur la plupart des routes secondaires est largement impopulaire, notamment en zone rurale ou périurbaine. Lors du grand débat national suivant la crise des « gilets jaunes », Emmanuel Macron avait ouvert la porte à des assouplissements.

Le débat doit être tranché par le projet de loi d’orientation sur les mobilités, qui vient de revenir à l’Assemblée après un passage au Sénat, contrôlé par l’opposition de droite défavorable à la mesure.

Le Sénat a donné compétence aux présidents de département et aux préfets pour relever la vitesse maximale autorisée. Un amendement des députés LREM prévoit lui de laisser cette compétence, mais pour les seuls présidents de conseils départementaux.

La solution qui se dessine à l’Assemblée se traduirait donc par un recul partiel d’Edouard Philippe, initiateur de la mesure controversée. Mais elle augmenterait fortement la responsabilité politique des présidents de conseils départementaux, qui pourraient être tenus pour responsables en cas d’accident grave sur un tronçon à la vitesse relevée.

Le Premier ministre s’est dit « attaché » jeudi au « plus haut niveau de sécurité routière possible ». « Je suis convaincu que les présidents de conseils départementaux le sont aussi, mais ce sont des décisions qui sont lourdes et qu’il faut assumer en conscience », a souligné l’ancien maire du Havre, en rappelant les bons chiffres de la sécurité routière en France en 2018.

(Source AFP)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.34
légère pluie
le 20/05 à 18h00
Vent
2.56 m/s
Pression
1010.5 hPa
Humidité
93 %

Sondage