A Dijon, Macron se défend de mener une politique de droite

Publié le 28/03/2022 - 17:44
Mis à jour le 07/04/2022 - 17:30

Emmanuel Macron s’est défendu lundi de mener une politique de droite, en promouvant « la cohérence » de son « engagement », au cours d’un déplacement de campagne à Dijon, où il a été interpellé sur le pouvoir d’achat et l’Ukraine. « Quand on marche, il faut deux jambes, la droite et la gauche, et il faut mettre l’une après l’autre pour pouvoir avancer », a expliqué le président candidat, une semaine après avoir présenté un programme qui a été considéré par certains comme penchant à droite.

Emmanuel Macron à Dijon lundi 28 mars 2022 ©
Emmanuel Macron à Dijon lundi 28 mars 2022 © "Emmanuel Macron avec vous"/Twitter

Selon lui, la France "a besoin" à la fois de "mesures de couleur de droite" et "de gauche". "Ces cinq dernières années l'ont montré. On a fait des réformes que les gens venant de la droite n'avaient jamais voulu, ou pu, ou su faire ; et elles nous ont permis de financer des politiques sociales que les gens de gauche n'avaient jamais faites", a-t-il affirmé. "C'est la cohérence d'un engagement", a-t-il résumé, en soulignant que le dyptique "Libérer/protéger" était toujours "valable". "Je reste sur la même philosophie".

"De très belles mesures de gauche" dans le programme de Macron

Emmanuel Macron était accompagné par deux élus de la région venus du Parti socialiste : le patron des sénateurs LREM François Patriat et le maire de Dijon François Rebsamen, qui lui a récemment apporté son soutien au détriment de la candidate du PS Anne Hidalgo. François Rebsamen a affirmé qu'il y avait "de très belles mesures de gauche" dans le programme du candidat, "comme le CET universel et le versement des aides à la source". "Oui il faut deux jambes pour avancer", a-t-il ajouté, interrogé par l'AFP, en défendant le projet de porter la retraite à 65 ans.

Pour Emmanuel Macron, sa candidature "regroupe" les partisans "du rassemblement pour l'unité du pays derrière les valeurs de la République avec des femmes et des hommes qui viennent de la gauche, du centre, de la droite, de mouvements écologistes, de la société civile". En face, "il y a l'extrême droite qui est toujours là (...), toujours portée par un clan et veut la division". La compétition entre Marine Le Pen et Eric Zemmour, "ça finira en tandem", a-t-il prédit.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Présidentielle 2022

Présidentielle 2022 : les chiffres de la participation à 17h en Bourgogne Franche-Comté

A 17h00, la participation est de 63,52 % en Bourgogne Franche-Comté et de 63,23 % au niveau national. Dans la région la participation en fin de journée est en recul de plus de trois points points par rapport au 2e tour du 7 mai 2017. Le détail des chiffres par département. Les bureaux de vote sont ouverts jusqu’à 19h00.

Politique

Plan de circulation : des riverains de la rue du Clos-Munier à Besançon se plaignent de la circulation

Après avoir reçu des plaintes de la part de riverains, le président du groupe Besançon Maintenant dénonce publiquement dans un communiqué du 27 janvier 2023 les conséquences "néfastes et inattendues" de la modification du plan de circulation aux abords des avenues de Montrapon et Léo Lagrange.

Huit ans après la fusion, le Mouvement Franche-Comté lance une nouvelle pétition pour séparer la Bourgogne de la Franche-Comté

Le Mouvement Franche-Comté, présidé par Jean-Philippe Allenbach, a lancé ce dimanche 15 janvier, une nouvelle pétition pour la séparation de la Bourgogne et de la Franche-Comté, soit huit ans, quasi jour pour jour, après la fusion des régions.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.86
couvert
le 04/02 à 0h00
Vent
0.5 m/s
Pression
1036 hPa
Humidité
86 %