Abandons d'animaux : "2016, le pire été qu'on ait vu à Besançon" selon la SPA

Publié le 27/07/2016 - 04:01
Mis à jour le 17/04/2019 - 09:15

"N'abandonnez pas vos animaux et assumez-les" interpelle Vincent Pfeiffer, directeur du refuge de la SPA de Besançon. Abandon sauvage, maltraitance, combat de chiens, zoophilie... les membres de la SPA sont confrontés tous les jours à des actes de malveillance sur les animaux dont les coupables restent dans "l'impunité totale". 

 ©
©

Il est habituel pour la Spa d’observer une hausse du nombre d’abandons, notamment des chiens et chats, durant les périodes d’été, de mai à août. L’objectif est donc de faire adopter le plus d’animaux possible, en toute sécurité, pendant le mois de juin pour libérer des places pour les arrivants du mois de juillet et août. Mais cette année, la tâche se révèle plus difficile que les années précédentes...

Un état des lieux sinistre

Avec un nombre élevé de jours fériés et de longs week-ends, la SPA a été témoin d’abandons massifs d’animaux durant le mois de mai 2016 avec très peu d’adoptions tout au long du mois de juin. La SPA de Paris parle d’une augmentation de 30% d’abandons dans toute la France depuis mai 2016.

À Besançon, le refuge ne peut plus accueillir d’animaux "Nous sommes obligés de refuser des animaux, car nous sommes saturés" explique Vincent Pfeiffer, directeur de la SPA. Pourtant, les abandons devant les portes ou dans les poubelles du refuge sont fréquents. Les chiens sont souvent laissés en bord de routes ou attachés à des grilles et les chats sont parfois retrouvés dans des cartons ou dans les poubelles. Les félins sont les animaux les plus abandonnés "On ne peut pas les identifier pour certains alors que la puce est obligatoire depuis 2012. Il est donc difficile de retrouver le propriétaire. Les chats sont souvent donnés ou trouvés par des particuliers donc il n’y a aucune démarche d’adoption donc aucune valeur monétaire. Les gens les abandonnent plus facilement."

De la maltraitance à l’abandon : que faire ?

Vincent Pfeiffer explique qu’il y a de plus en plus de cas de maltraitance sur les animaux "Nous avons accueilli un chien qui recevait des coups à tel point qu’il avait les pattes abîmées, dont une cassée". Parfois, les cas sont plus extrêmes. "Un Yorkshire a été retrouvé pendu à un arbre. Des chiens de combats s’entrainaient sur lui. D’autres après avoir utilisé leurs chiens toujours pour des combats les ont pendus et achevés avec des médicaments. En période de chasse, il est aussi déjà arrivé que des personnes retrouvent leurs chats morts..." Le directeur de la SPA explique aussi que des cas de zoophilie ont déjà été constatés et prouvés (constat du vétérinaire, preuves...)

D’autres histoires se suivent et se ressemblent, et ce dans "l’impunité totale". En effet, les équipes du refuge deviennent défaitistes "Les campagnes contre l’abandon et maltraitance sont très biens, mais ne fonctionnent pas hélas. Il y a un réel manque de volonté de la part des autorités. Nous encourageons les gens à porter plainte, mais les gendarmes refusent et proposent de poser des mains courantes. Pour ceux qui y parviennent, les plaintes restent sans suite. Nous avons aussi eu des cas où les dossiers disparaissaient"

Vincent Pfeiffer déplore un désintérêt complet. Pourtant, il explique que certains individus sont clairement connus comme étant récidivistes. D’après lui, si l’on appliquait des conditions plus restrictives pour posséder un animal de compagnie, on observerait une diminution du nombre d’abandons. "En Allemagne, les gens payent un impôt sur le chien et en Suisse, il y a une formation obligatoire pour posséder un animal. " En France, un abandon ou acte de cruauté sur un animal est passible d'une amende de 30000 euros et de 2 ans de prison, mais cette loi ne reste que trop peu appliquée. 

Des conséquences pour l'animal

"Ce tel manque d'empathie envers les animaux laisse un réel traumatisme chez eux. C'est déjà arrivé qu'un animal soit adopté et abandonné à nouveau quelques années après" déplore Vincent Pfeiffer. En effet, les animaux peuvent eux aussi subirent un déchirement affectif. Plus ils subissent d'abandons plus grand est le traumatisme. Le directeur de la SPA raconte encore:  "Nous avions accueilli un chien battu qui avait certainement dû être enfermé dans le noir, dans un placard ou une pièce, puisqu' encore aujourd'hui il supporte difficilement la lumière."

Pour les chiens comme pour les chats, la confiance en l'humain peut être bafouée. Suite à des actes de cruauté tels que des coups, l'animal va devenir méfiant et parfois violent envers l'Homme, car, étant traumatisé, il peut se sentir menacé. Les conséquences sont donc réelles et importantes. Adopter un chien, par exemple, est un engagement pour 15 ans. "Les animaux sont des êtres vivants et nous ne sommes pas une déchetterie dans laquelle on les jette lorsque l'on en veut plus" précise le directeur du refuge, Vincent Pfeiffer

"Des êtres vivants" qui ne demandent qu'à recevoir de l'amour, mais surtout... en donner. Ne dit-on pas que les chats et chiens sont les meilleurs amis de l'Homme ?

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Raid Amazones 2022 : un coup de pouce pour deux Bisontines engagées avec l’association « SOS Préma »

Audrey Stoerkel et Orianne Muscillo, auxiliaires de puériculture en salle de naissance au CHRU de Besançon, ont décidé de participer à l’aventure et de participer au Raid Amazones en novembre 2022. Elles parrainent l'association "SOS Préma » qui aide à la prise en charge des bébés prématurés ainsi que de leurs parents.

20 % des habitants de Bourgogne-Franche-Comté en difficulté pour utiliser internet

Selon un récent rapport de l’Insee, 440.000 habitants de 15 ans et plus  n'ont pas utilisé internet au cours de l'année 2019. L’ouest de la Bourgogne Franche-Comté est encore plus concerné par cette "illettrisme numérique"  caractérisé par l'inaptitude à utilisé les outils numériques au quotidien.

Plus de 700 personnes présentes pour la marche militante contre l’homophobie et la transphobie à Besançon

Les agressions liées à l’orientation sexuelle sont en hausse depuis plusieurs années en France comme partout dans le monde. Face à cette recrudescence des agressions lgbtqiaphobes, des associations bisontines ont décidé de se rendre visibles à l’occasion du mois des fiertés lors d’une marche militante qui s'est déroulée ce samedi 21 mai 2022 à 14h00 au parc Micaud à Besançon.

Solidarité : un couple d’artistes bisontins vend des oeuvres pour aider l’Ukraine

L’actualité française a quelque peu pris le dessus sur l’actualité en Ukraine et pourtant, la guerre continue, des familles continuent de fuir le pays pendant que des femmes et des hommes luttent contre l’envahisseur russe. En solidarité, Marianne Blanchard, dessinatrice, et son compagnon Antony Maraux, artiste peintre, tous les deux originaires de Besançon, ont décidé de proposer quelques unes de leurs oeuvres dont une grande partie des bénéfices sera reversée à la Croix Rouge de Besançon.

Chantal Carroger, la directrice du CHU de Besançon, part en retraite

Après sept années passées à la direction générale du CHU de Besançon, Chantal Carroger quittera ses fonctions le 23 mai 2022 pour partir en retraite. L’intérim sera assuré par Emmanuel Luigi, actuel directeur général adjoint, jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général dont la prise de fonction débutera au 1er janvier 2023.
Offre d'emploi

Foire Comtoise 2022

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.9
ciel dégagé
le 27/05 à 0h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
100 %

Sondage