Abus aux Foyers de la charité : le nombre de victimes présumées double quasiment 

Publié le 07/06/2020 - 17:13
Mis à jour le 11/08/2020 - 11:32

Le nombre de personnes se disant victimes d'abus du père Finet, co-fondateur des Foyers de la charité décédé il y a trente ans, a presque doublé, "confirmant des agissements graves", indique le père modérateur de l'oeuvre dans une lettre dont l'AFP a obtenu copie dimanche

Les Foyers de la charité, qui organisent des retraites spirituelles partout dans le monde, ont été fondés dans la Drôme en 1936 par le père Finet et Marthe Robin. L’institution compte 78 foyers dans le monde qui accueillent 50.000 personnes par an. Des écoles ou hébergements de vacances sont rattachés également à certains foyers.

"Je puis vous dire qu'à ce jour, plus de vingt témoignages se sont ajoutés aux vingt-six évoqués" à la suite d'un précédente enquête, écrit le père Moïse Ndione, père modérateur de l'Oeuvre des Foyers de la charité.

"Ces nouveaux témoignages confirment de manière concordante des agissements graves du père Finet", ajoute le père Ndione. "Pourquoi ces personnes mentiraient-elles? Qu'est-ce qui les pousserait à mentir?", poursuit-il sans donner plus de précisions sur les témoignages. "D'autres personnes", dont le nombre n'est pas précisé, ont livré des "témoignages positifs", écrit-il dans une lettre aux membres de l'Oeuvre.

Début mai, un rapport interne rendu public faisait état de 26 femmes, la plupart mineures au moment des faits, se disant victimes d'abus physiques ou psychologiques lors de confessions.

Ce rapport suivait l'établissement d'une commission de recherche indépendante décrété à la suite de plusieurs signalements et de la publication d'un témoignage dans la presse.

En quelque mois, elle a récolté près de 150 témoignages sur une période allant de 1945 à 1983. La plupart se manifestent pour défendre le père Finet mais 26 femmes, pour la plupart anciennes élèves de l'établissement scolaire du Foyer de Charité de Châteauneuf-de-Galaure (Drôme) et âgées de 10 à 14 ans au moment des faits, dénoncent son comportement lors de confessions.

"Quatorze récits concordants attestent de touchers du corps de la part du père Finet et 20 témoignages attestent de questionnements insistants et intrusifs à caractère sexuel", écrit la commission dans son rapport qui parle de "gestes déplacés", d'"abus de pouvoir".

Les témoignages, concordants, permettent de dresser le mode opératoire du religieux: des confessions tard le soir dans sa chambre-bureau et des élèves à genoux très près de lui ou parfois sur ses genoux. Il "focalisait particulièrement la confession sur la sexualité", disent les victimes présumées.

La commission a aussi reçu neuf témoignages concernant des abus possiblement commis par d'autres personnes dont certains ont fait l'objet de signalement aux autorités judiciaires.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Messes suspendues : l’épiscopat espère pouvoir « trouver un protocole satisfaisant »

Le président de la Conférence des évêques de France, a exprimé dimanche sa déception de voir les messes suspendues en raison du reconfinement, mais espéré pouvoir trouver "un protocole satisfaisant" avec les pouvoirs publics pour pouvoir les célébrer à nouveau. En attendant, l’archevêque de Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret, a célébré dimanche 8 novembre une messe retransmise en direct de la cathédrale St-Jean.

Besançon : les responsables des mosquées déposeront une gerbe aux pieds de cathédrale Saint-Jean en signe de paix

Ce dimanche 1er novembre 2020, les responsables des mosquées de Besançon déposeront une gerbe devant la cathédrale Saint-Jean de Besançon vers 19h00 juste après la messe de 18h15, dirigée par Mgr Jean-Luc Bouilleret, l'Archevêque de Besançon. Ils seront accompagnés par un certain nombre de fidèles pour ce geste symbolique...

Hommage à Samuel Paty : la maire d’Ornans invite les habitants à poser une bougie sur leur fenêtre

Isabelle Guillame a décidé de mettre les drapeaux de la mairie d'Ornans en berne jusqu'à la fin de la semaine. Ce mercredi 21 octobre 2020, jour d'hommage national, les conseillers observeront une minute de silence. La maire d'Ornans invite les habitants "à s’associer à cet hommage et à poser une bougie sur leur fenêtre dès ce soir".

Samuel Paty tué : « Nous sommes scandalisés que des gens emplis de haine associent l’Islam à leur folie meurtrière » (Mosquées de Besançon)

Suite à l'assassinat du professeur d'histoire-géographique Samuel Paty vendredi dernier, les responsables des mosquées de Besançon dénoncent un acte "odieux" qui vient "remettre en question l'exercice du métier noble d'enseignant". Ils appellent "à la vigilance et à l'unité pour faire front contre l'extrémisime et toutes les tentatives de division de notre pays."
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.17
ciel dégagé
le 29/11 à 6h00
Vent
3.13 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
82 %

Sondage