Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d'éventuelles victimes d'un abbé décédé

Publié le 05/01/2023 - 11:25
Mis à jour le 08/01/2023 - 18:31

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Le diocèse "invite toute personne ou proche de personne concernée à prendre contact avec la cellule d'écoute du diocèse par téléphone, au 06.44.14.22.88" ou via le site diocese-besancon.fr, indique-t-il dans un communiqué transmis jeudi à la presse. Il avait été destinataire en avril 2020 "d'informations orales et écrites mettant en cause" cet abbé, "prêtre incardiné dans le diocèse de Besançon, pour des abus d'ordre sexuel et spirituel sur des personnes majeures", explique-t-il, sans préciser la nature de ces abus, le ou les lieux où ils auraient été commis ni le nombre de victimes potentielles.

Connu pour son action auprès des lépreux camerounais, l'abbé Jaccard avait notamment conçu avec son frère Pierre, également prêtre, décédé en 2018, une prothèse "connue dans le monde entier" sous le nom de "prothèse Jaccard", explique le diocèse, appelant à "distinguer" les soupçons pesant sur l'abbé "des oeuvres des Frères Jaccard (...), tous les deux prêtres du diocèse de Besançon".

Une enquête préliminaire avait été ouverte

Le 5 mai 2020, l'archevêque de Besançon, Mgr Jean-Luc Bouilleret, avait signalé ces faits présumés au parquet de Chambéry, l'abbé Jaccard résidant alors en Savoie. Une enquête préliminaire avait été ouverte. Mgr Bouilleret avait parallèlement saisi la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, qui reçoit les signalements d'abus commis par les clercs, et suspendu l'abbé Jaccard de tout ministère, poursuit le diocèse.

Le décès de l'abbé, le 29 août 2021 à 89 ans, avait mis fin à l'enquête judiciaire mais "en l'état de l'enquête, les faits dénoncés ont été corroborés par de nombreux témoignages", insiste le diocèse. Celui-ci souhaite "exprimer son implication à l'égard des victimes et sa détermination à servir la justice dans la clarté".

L'Eglise catholique est secouée depuis des années par des scandales de violences sexuelles. Plusieurs évêques à la retraite ont ainsi fait l'objet de signalements ces derniers mois. Fin 2021, le rapport de la commission Sauvé avait estimé à environ 330.000 le nombre de victimes de prêtres, diacres, religieux ou personnes en lien avec l'Eglise de France depuis 1950. L'épiscopat avait reconnu sa "responsabilité institutionnelle" dans ces violences.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.2
légère pluie
le 17/04 à 18h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
89 %