Accident de car mortel dans le Haut-Doubs : le chauffeur mis en examen

Publié le 11/02/2016 - 16:45
Mis à jour le 15/04/2019 - 10:08

Âgé de 25 ans, le conducteur du car scolaire qui s'est renversé sur la RD 437 le mercredi 10 février 2016 à 7h40  près de Montbenoît dans le Doubs entre Morteau et Pontarlier a été mis en examen ce jeudi pour homicides et blessures involontaires. Il n'a pas été placé en détention, mais a été placé sous contrôle judiciaire. Son avocate parle d'un homme "effondré"

capture_decran_2016-02-10_a_16.38.28.jpg
© capture
PUBLICITÉ

L'accident a causé la mort d'un garçon de 12 ans et d'une adolescente de 15 ans scolarisés au collège Lucie Aubrac de Pontarlier où l'émotion était intense ce jeudi. Sept autres personnes avaient été légèrement blessées dont le chauffeur du bus. Il avait immédiatement été placé en garde à vue.

Originaire de Marseille, l'homme, âgé de 25 ans a été mis en examen pour "homicides involontaires et blessures involontaires par imprudence pour vitesse excessive eu égard aux conditions climatiques et à l'état de la chaussée", mais n'a pas été placé sous mandat de dépôt, a-t-on précisé d'une source proche du dossier.

"J'ai glissé sur une plaque de verglas, je n'ai rien pu faire."

Il a été placé sous contrôle judiciaire, avec l'interdiction de conduire tout véhicule, de se rendre dans le village des victimes et de quitter le territoire national, à l'exception de son lieu de domicile qui se situe en Suisse.

Dans ses réquisitions, qui ont été suivies par le juge, le parquet avait souligné que l'homme n'avait pas respecté l'obligation faite à tout chauffeur d'adapter sa vitesse à l'état de la chaussée. Selon son avocate, Me Agathe Henriet, le chauffeur explique l'accident par les mots suivants: "J'ai glissé sur une plaque de verglas, je n'ai rien pu faire." Pour le moment, l'enquête ne confirme pas la présence de verglas à l'endroit de l'accident, selon le parquet.

Le chronotachygraphe du car confié à la Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) de Franche-Comté a révélé que le bus roulait entre 75 et 79 km/h au moment du drame. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.22
nuageux
le 22/10 à 21h00
Vent
2.25 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
94 %

Sondage