Accueillante ayant tué son pensionnaire handicapé dans le Jura : peine alourdie à 27 ans

Publié le 01/07/2022 - 17:56
Mis à jour le 01/07/2022 - 17:56

La cour d'assises d'appel de Côte-d'Or a alourdi, vendredi, à 27 ans de réclusion criminelle la condamnation de Marie-Paulette Françoise, 57 ans, pour avoir tué en 2011 une personne handicapée placée chez elle, après l'avoir ligotée et asphyxiée.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

L'accusation avait requis entre 19 et 22 ans de réclusion criminelle, légèrement moins que la condamnation à 25 ans pour "meurtre sur personne vulnérable" prononcée en première instance par la cour d'assises du Jura, le 22 octobre 2016. L'accusée avait fait appel, s'estimant privée de son droit à s'exprimer : incapable de parler après une ablation du larynx, il lui avait été proposé de s'exprimer par écrit, ce qu'elle n'avait pas accepté. Cette fois-ci, à Dijon, elle a bénéficié d'une traductrice lisant sur les lèvres.

Mme Françoise-Soret, agréée famille d'accueil pour personnes handicapées, a  tué son pensionnaire, handicapé physique et mental de 57 ans, à Plasne (Jura), en juin 2011.

"Je n'ai pas voulu le tuer", a-t-elle affirmé à son nouveau procès, à Dijon. "Il était devenu méchant", s'est-elle défendu, disant avoir eu "peur" d'être violée. Selon elle, la victime s'était allongée nue sur le lit et lui avait demandé de l'attacher, dans un "jeu" sexuel. L'accusée l'avait alors ligoté mais avait quitté la chambre, provoquant les cris de la victime.

C'est pour le faire taire qu'elle l'a attaché au cou avec un noeud coulant, "mais je n'ai pas serré", a-t-elle affirmé. Les cris ne cessant pas, l'accusée lui avait asséné des coups de balai sur la tête avant de couvrir l'homme d'un drap puis d'aller se coucher. Le lendemain, il était décédé.

L'autopsie a révélé que la mort a été due à une lente asphyxie.

L'accusée, qui souffrait d'alcoolisme, avait laissé le corps de la victime dans les escaliers de la cave. L'homme a été retrouvé plusieurs semaines plus tard en état de putréfaction avancée.

"Elle l'a tué comme un chien", avait fustigé l'avocat général Thierry Bas dans ses réquisitions, dépeignant la victime en "brave homme diminué incapable de faire de mal à une mouche" et donc de menacer l'accusée. Mme Françoise, alcoolique de père alcoolique et veuve à l'enfance difficile, a tué dans une sorte d'"exutoire à sa vie miséreuse", selon l'avocat général.

Laëtitia Birenbaum, avocate de l'accusée, avait plaidé la santé très fragile de sa cliente, notamment atteinte d'un cancer, qui a contraint le procès à ne se tenir que quatre heures par jour. Son état est incompatible avec un emprisonnement, selon l'avocate, qui avait donc demandé un simple suivi socio-judiciaire à son domicile, au lieu d'un emprisonnement.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Suisse : trois motards des Bandidos incarcérés

Un tribunal suisse a envoyé ce jeudi 30 juin 2022 en prison trois membres de la bande de motards des Bandidos pour des faits survenus lors d'un violent affrontement les opposant aux Hells Angels et leurs alliés les Broncos.
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.39
ciel dégagé
le 16/08 à 15h00
Vent
2.66 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
33 %

Sondage