Accusé d'empoisonnement, l'ex-beau-père de l'athlète Ophélie Claude-Boxberger relaxé

Publié le 24/09/2021 - 08:26
Mis à jour le 24/09/2021 - 08:26

L’ex-beau-père et assistant de l’athlète Ophélie Claude-Boxberger, qu’elle accusait d’empoisonnement, a été relaxé ce jeudi 23 septembre 2021 par le tribunal de Montbéliard (Doubs), et la spécialiste de demi-fond condamnée à lui verser 2.500 euros de dommages et intérêts, a-t-on appris auprès des avocats des deux parties.

 ©
©

"Nous sommes extrêmement déçues, parce que même si les aveux ne sont pas une preuve intangible, il a reconnu six fois" avoir injecté de l'EPO à l'athlète, a déclaré à l'AFP Me Béatrice Lobier, une des avocates de la quintuple championne de France, spécialiste du 3000 m steeple.

L'athlète devra verser 1.500 euros de frais de justice

Me Lobier a décrit sa cliente comme étant "quasi en état de choc" après l'annonce du délibéré : "On vient quand même de se prendre un scud". Selon L'Est républicain, la jeune femme a fondu en sanglots à l'énoncé de la décision. L'athlète devra aussi verser 1.500 euros de frais de justice, a précisé son avocate.

Alain Flaccus était jugé pour "administration de substance nuisible". "Mon client est soulagé, c'est une grande satisfaction et nous espérions cela depuis un long moment", s'est félicité Me Jean-Baptiste Euvrard, son avocat. Ophélie Claude-Boxberger accusait son ancien homme à tout faire et ex-compagnon de sa mère de lui avoir injecté de l'EPO à son insu, lors d'un stage préparatoire aux Mondiaux-2019 de Doha, à Font-Romeu. Elle avait été contrôlée positive à cette substance en septembre 2019.

Des aveux

Alain Flaccus s'était ensuite accusé d'avoir lui-même injecté de l'EPO à l'athlète lors d'un massage le 12 septembre 2019 pendant ce stage, avant de changer plusieurs fois de version pour finalement se dire totalement innocent. Ophélie Claude-Boxberger a été suspendue en avril deux ans par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), pourtant convaincue de sa culpabilité et qui réclamait huit ans de suspension.

Mais les membres de la commission des sanctions, organe indépendant de l'AFLD, avaient visiblement été sensibles à la défense de la sportive, qui a toujours clamé son innocence, s'appuyant sur les aveux originaux d'Alain Flaccus.

Suspendue depuis le 4 novembre 2019, elle pourrait faire son retour en compétition dès le mois de novembre à Arnay le Duc (Côte d'Or).

  

(SOURCE AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

Le Tribunal administratif de Besançon a fait sa rentrée

Le président du Tribunal administratif de Besançon Thierry Trottin a présenté l’audience solennelle de rentrée de la juridiction ce vendredi 16 septembre en fin de matinée. Devant des élus, des magistrats du tribunal et du barreau de Besançon, le président a fait un bilan de ces deux dernières années et présenté les nouveautés.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.95
légère pluie
le 29/09 à 15h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
91 %

Sondage