Affaire Grégory : la défense de Murielle Bolle dépose lundi une demande de remise en liberté

Publié le 07/07/2017 - 13:46
Mis à jour le 07/07/2017 - 13:46

Les avocats de Murielle Bolle, témoin clé de l'affaire Grégory en 1984, aujourd'hui soupçonnée d'enlèvement et placée en détention provisoire, vont déposer lundi une demande de remise en liberté de leur cliente, a annoncé ce vendredi 7 juillet 2017 l'un d'eux, Me Christophe Ballorin.

affaire_gregory.jpg
©
PUBLICITÉ

"Cela nous a semblé indispensable car Murielle Bolle ne va pas bien du tout", a-t-il déclaré, précisant qu'elle poursuivait sa grève de la faim entamée la veille. La réponse de la justice doit intervenir "dans un délai de 20 jours", durant lequel la défense espère que pourra être organisée une confrontation avec un cousin de Murielle Bolle, dont les récentes déclarations ont été déterminantes dans sa mise en cause.

  • "Nous allons déposer plainte pour faux témoignage et dénonciation calomnieuse", a ajouté Me Ballorin, avertissant que le même sort sera réservé à "tout apprenti corbeau" qui apparaîtrait dans cette affaire.

La rétractation éclair de sa cliente, il y a plus de 32 ans, après son témoignage accablant Bernard Laroche pour le rapt du garçon de quatre ans retrouvé mort dans la Vologne, est au coeur des investigations. La déposition du cousin vient conforter la thèse de violences familiales ayant conduit à sa volte-face, mais les avocats parlent d'un "tissu d'inepties" et disent pouvoir le prouver.

Murielle Bolle a obtenu jeudi en fin de journée de meilleure conditions d'incarcération, notamment "une cellule avec une douche", ce qui lui évite des trajets au sein de la prison, précise Me Ballorin, qui s'était inquiété la veille "des insultes, des cris de haine, des menaces de mort" proférés par des détenus.

A la mi-juin, l'arrestation de Marcel et Jacqueline Jacob, grand-oncle et grand-tante de Grégory, avait relancé spectaculairement ce dossier des plus énigmatiques. Soupçonnés d'être les fameux "corbeaux" de l'affaire et mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort, les deux septuagénaires, jamais inquiétés jusqu'alors, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire strict.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.97
nuageux
le 22/10 à 21h00
Vent
1.76 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
94 %

Sondage