Affaire Narumi : la France s'apprête à demander l'extradition du suspect chilien

Publié le 07/10/2019 - 16:03
Mis à jour le 07/10/2019 - 16:03

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d’extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l’étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Nicolas Zepeda Contreras et Narumi Kurozaki ©DR ©
Nicolas Zepeda Contreras et Narumi Kurozaki ©DR ©

"La demande d'extradition a été transmise au parquet général de Besançon", a indiqué le procureur de la République de cette ville, Etienne Manteaux. "D'ici demain (mardi) elle sera transmise à la Chancellerie", avant de transiter par le ministère des Affaires Etrangères qui doit la formaliser auprès des autorités chiliennes, a-t-il ajouté.

Le procureur de Besançon a annoncé qu'il tiendrait jeudi à 11h00 une  conférence de presse "sur la demande d'extradition de M. Zepeda adressée aux autorités chiliennes".

"Extradition ou non (...) la seule certitude c'est qu'il y aura un procès à Besançon"

En avril dernier, M. Manteaux s'était déplacé au Chili pour participer à un interrogatoire de Nicolas Zepeda Contreras, 28 ans, mené par une magistrate chilienne. Le principal suspect de l'assassinat de Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, avait fait valoir son droit à garder le silence.

"Extradition ou non (...) la seule certitude c'est qu'il y aura un procès à Besançon", en présence ou en l'absence du suspect, avait déclaré le magistrat à son retour, évoquant une échéance "possible" en 2020.

Le parquet considère qu'il y a désormais suffisamment d'éléments à charge pour justifier le renvoi de Nicolas Zepeda Contreras devant la cour d'assises pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Rappel des faits

Cette étudiante japonaise de 21 ans qui résidait dans la cité universitaire de Besançon a disparu dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016. En dépit d'importantes recherches, son corps n'a jamais été retrouvé.

Son ancien petit ami chilien était rentré dans son pays avant que la disparition de l'étudiante japonaise ne soit signalée. Un mandat d'arrêt international avait été lancé à son encontre, mais n'a jamais été mis en oeuvre par les autorités chiliennes.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Faits Divers

Le MRAP de Besançon dénonce des actes racistes commis à Dole ce dimanche

Ce mercredi 22 mai 2024, le comité local du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) de Besançon a tenu à apporter son soutien aux deux personnes qui ont arraché une banderole et deux pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ''Violeurs étrangers dehors !'', durant une manifestations à Dole le dimanche 19 mai dernier.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 22.35
ciel dégagé
le 25/05 à 15h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
41 %