Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

Publié le 11/12/2023 - 14:03
Mis à jour le 12/12/2023 - 12:29

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

En visioconférence depuis le Japon, Rina Sakamaki, 30 ans, a longuement détaillé les requêtes adressées par l'accusé le 11 décembre 2016 via internet, quelques jours après la disparition de Narumi : cela "concernait spécifiquement une tournure de phrase qu'on écrit lorsqu'on part en voyage", a expliqué la jeune femme. Elle avait connu l'accusé en décembre 2014, lorsque celui-ci était étudiant au Japon, et était sans nouvelles de lui depuis environ un an et demi.

Le Chilien, rejugé depuis une semaine à Vesoul, souhaitait notamment savoir comment rédiger, avec une tournure féminine, la "réponse à une question telle que +vas-tu partir seule ou en groupe ?+" ou encore "+j'ai un nouveau petit ami+", a-t-elle détaillé.

Ces messages sont des éléments importants pour l'accusation: les proches de Narumi en ont en effet reçu des similaires après sa disparition, le 5 décembre 2016, à partir des comptes de l'étudiante, usurpés selon les enquêteurs par Nicolas Zepeda pour brouiller les pistes et retarder le lancement des recherches.

Grammaire, syntaxe, souvenirs...

Quelques jours plus tard, à la demande insistante de l'accusé, elle efface ces échanges. "J'ai senti (qu'il) était tourmenté, je n'ai pas compris ni cru les explications biscornues" qu'il donnait, "mais j'ai compris qu'il suffisait de les effacer pour qu'il retrouve sa quiétude", a-t-elle fait valoir. Quand, début janvier 2017, Rina Sakamaki apprend que Narumi a disparu et prend connaissance des messages reçus par les proches de l'étudiante, selon elle "des copiés-collés" des demandes de traduction de M. Zepeda, elle prend "peur", coupe "définitivement" les liens avec lui et se rend à la police.

Dans son box, l'accusé, qui fête lundi ses 33 ans, confirme avoir eu des échanges avec la trentenaire, mais invoque plutôt des questions de "grammaire" ou de "syntaxe" relatives à des "paragraphes" qu'il rédigeait. "Pourquoi ne pas l'avoir demandé à Narumi ?", avec laquelle l'accusé reconnaît avoir passé deux journées juste avant sa disparition, le titille l'un des avocats de la partie civile, Randall Schwerdorffer. "Tous les gens qui parlent une langue ne connaissent pas forcément la syntaxe" ou la grammaire et sur ces points, Rima est "bien plus précise que Narumi", rétorque le trentenaire. "Elle ment ?", insiste le pénaliste. "Non, on a juste des souvenirs différents", lâche Nicolas Zepeda.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

Attaque à la machette à Besançon : un père de famille interpellé

Alexia Marquis, substitut du procureur à Besançon et David Tognelli, chef de la filière judiciaire (DIPJ), sont revenus jeudi 27 juin 2024 sur les faits commis vendredi dernier. Une commerçante avait été gravement blessée non pas la machette, mais au couteau vers 05h10 du matin Avenue Denfert-Rochereau à Besançon. Quelques minutes plus tôt, c’est un homme qui a échappé de peu à une agression similaire rue de Belfort…

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.3
légère pluie
le 21/07 à 00h00
Vent
1.45 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
96 %