Assassinat de Narumi Kurosaki : Nicolas Zepeda de nouveau sur le grill

Publié le 19/12/2023 - 10:00
Mis à jour le 19/12/2023 - 11:05

Une nouvelle journée sous un feu nourri de questions attend ce mardi 19 décembre 2023 le Chilien Nicolas Zepeda, jugé en appel devant les assises de la Haute-Saône pour l'assassinat de Narumi Kurosaki, son ex-petite amie japonaise.

Palais de justice de Vesoul. © Alexane Alfaro
Palais de justice de Vesoul. © Alexane Alfaro

Après les questions lundi du président de la cour, François Arnaud, Nicolas Zepeda, qui clame toujours son innocence, devra affronter cette fois celles des parties civiles et de l'avocat général, Etienne Manteaux. Ce dernier a d'ores et déjà préparé une centaine de questions qu'il entend soumettre à l'accusé, a-t-il glissé lundi lors d'une suspension d'audience.

Depuis le début du procès le 4 décembre, le magistrat brûle d'interroger celui qu'il accuse d'avoir tué, avec préméditation, Narumi Kurosaki, une brillante étudiante japonaise de 21 ans, disparue le 5 décembre 2016 à Besançon.

Son corps n'a jamais été retrouvé, malgré d'intenses recherches. Les enquêteurs pensent que Nicolas Zepeda n'a jamais supporté que Narumi le quitte : il l'a étouffée ou étranglée puis s'est débarrassé de son corps dans une zone boisée près de Dole. Mais, contrairement au procès de première instance, lorsque le Chilien avait été interrogé au fur et à mesure des débats, le président a choisi de concentrer pour cet appel l'interrogatoire sur les faits sur deux jours.

"Depuis quinze jours, j'ai l'impression qu'on fait ce procès sans Nicolas Zepeda", avait lâché M. Manteaux jeudi, dépité de ne pouvoir interroger comme il le souhaitait l'accusé.

Lundi, le magistrat, qui suit le dossier Zepeda depuis plusieurs années en sa qualité de procureur de la République de Besançon, a pris de nombreuses notes, à l'instar des avocats des parties civiles, Mes Sylvie Galley et Randall Schwerdorffer.

"Accusation horrible"

Nicolas Zepeda a redit son innocence, rejetant une "accusation horrible". S'il a concédé de nouveaux "mensonges" et apporté quelques nouveaux éléments, notamment sur ses retrouvailles avec Narumi, ses réponses sont apparues au fil des questions de plus en plus imprécises et brouillonnes.

"Tout ce que vient de dire Nicolas Zepeda aujourd'hui (...) a changé, la version est diamétralement opposé à celle qu'il avait donnée en première instance, ce qui démontre qu'il n'y avait que des mensonges dans ses premières déclarations", a tonné Me Schwerdorffer, conseil du dernier petit ami de Narumi, Arthur Del Piccolo.

"Ca va être très intéressant de le mettre face à des mensonges qui sont phénoménaux", a ajouté le pénaliste. "Il va falloir qu'il s’explique". "S'il est renvoyé devant la cour d'assises, c'est qu'il y a des éléments à charge", a concédé l'un des avocats de Nicolas Zepeda, Renaud Portejoie, reconnaissant que son client avait pu apporter lundi des réponses parfois "confuses".

Nicolas Zepeda en perçoit-il "le caractère confus"? "Je ne le sais pas moi-même", a reconnu l'avocat, qui pourra également interroger avec Me Cormier l'accusé mardi. Les deux avocats ont demandé lundi, en vain, le renvoi du procès sur une question procédurale. Me Portejoie a déjà dit lors des débats que son rôle n'était pas nécessairement de "ménager" son client mais de lui poser toutes les questions, y compris celles qui "fâchent".

"Nicolas Zepeda est un homme complexe, et peut parfois avoir des comportements surréalistes, sans que ses déclarations relèvent forcément du mensonge", a-t-il expliqué. "Bien sûr (que M. Zepeda) s'enfonce, d'une certaine façon. Mais il a des avocats pour le sortir de tout ça", a ajouté Me Portejoie.

Condamné le 12 avril 2022 par les assises du Doubs à 28 ans de réclusion, Nicolas Zepeda encourt la perpétuité. Le verdict devrait intervenir jeudi.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.36
forte pluie
le 15/06 à 3h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
96 %