Assassinat de Narumi Kurosaki : l'heure de vérité pour Nicolas Zepeda

Publié le 21/12/2023 - 09:14
Mis à jour le 21/12/2023 - 09:14

Après quasiment trois semaines de procès, c'est l'heure de vérité pour Nicolas Zepeda : les assises de la Haute-Saône vont rendre leur verdict ce jeudi 21 décembre 2023 et dire si le Chilien, jugé en appel, est coupable de l'assassinat de son ex-petite amie japonaise Narumi Kurosaki.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

L'audience doit reprendre ce jeudi matin. La parole revenant en dernier à l'accusé, qui a continué de clamer son innocence lors de ce procès en appel. La cour se retirera ensuite pour délibérer. Elle ne devrait pas rendre son verdict avant plusieurs heures, concluant un procès qui a connu plusieurs moments d'intense émotion, notamment lors des témoignages déchirants de la mère et des deux soeurs de Narumi, qui ont dit à la barre leur deuil impossible en l'absence du corps de la jeune femme.

L'an passé, Nicolas Zepeda avait été reconnu coupable par les assises du Doubs de l'assassinat en décembre 2016 de Narumi, alors âgée de 21 ans, et condamné à 28 ans de réclusion. Mercredi, la réclusion criminelle à perpétuité, sans peine de sûreté, a été requise à l'encontre du Chilien de 33 ans par l'avocat général. Etienne Manteaux a aussi demandé une interdiction définitive de territoire une fois la peine purgée.

"Crédibilité anéantie"

"Tout conduit vers Nicolas Zepeda dans la mort de Narumi Kurosaki", a-t-il martelé dans son réquisitoire. Bien que le corps de l'étudiante japonaise n'ait jamais été retrouvé, le magistrat a insisté sur la "solidité des charges" à l'encontre de l'accusé. Tout au long de ce deuxième procès, durant lequel il s'est exprimé dans un excellent français, Nicolas Zepeda est souvent apparu en difficulté, peinant à se justifier sur de nombreux points du dossier ou sur ses revirements.

"Il a tellement menti dans ce dossier que la crédibilité de sa parole est anéantie", a estimé M. Manteaux. Nicolas Zepeda a ainsi concédé "quelques mensonges", reconnaissant par exemple s'être rendu en France pour rencontrer Narumi et renouer avec elle, alors qu'il prétextait jusqu'alors une rencontre fortuite avec son ex. Mais sur l'essentiel, à savoir sa culpabilité, il est resté inflexible : il n'a pas tué Narumi.

Des arguments qui n'ont pas convaincu les parties civiles, pas plus que l'avocat général, ce dernier voyant en M. Zepeda l'"auteur évident" du crime, "dévoré (...) par son délire de possession".

Dans la chambre universitaire de la Japonaise, dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016, la jeune femme a sans doute refusé de reprendre le fil de leur relation, il l'a "étouffée" ou "étranglée" avant de se débarrasser du corps dans une zone boisée où il avait fait des repérages, selon le scénario proposé aux jurés par M. Manteaux.

"Doute"

"Je ne lui trouve aucune circonstance atténuante", a-t-il encore asséné, évoquant, à l'instar de l'avocate de la famille de Narumi, Sylvie Galley, le terme de "féminicide". En défense, Mes Renaud Portejoie et Sylvain Cormier ont critiqué l'enquête et tenté d'instiller le "doute" dans l'esprit des jurés en pointant les "zones d'ombre abyssales" qui peuplent selon eux le dossier, de même que le manque de preuves permettant à leurs yeux de déclarer leur client coupable.

Me Cormier a notamment esquissé l'hypothèse d'une possible disparition volontaire de Narumi Kurosaki, une jeune femme éventuellement "en rupture" avec sa famille.

Me Portejoie a exhorté les jurés à acquitter M. Zepeda, avançant un scénario alternatif, celui de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner : lors d'une dispute, la tête de Narumi aurait heurté un radiateur de sa chambre, lui causant un traumatisme crânien qui aurait pu entraîner une mort rapide. "Les crimes sans corps, c'est le vide" qui "alimente le fantasme", a-t-il estimé.

En cas de nouvelle condamnation, le Chilien, fils d'un ancien cadre d'une entreprise de télécoms, pourrait encore se pourvoir en cassation.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.29
partiellement nuageux
le 18/05 à 9h00
Vent
1.48 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
79 %