Agression raciste à Dole : quatre mois ferme requis contre l'agresseur septuagénaire

Publié le 22/06/2021 - 17:02
Mis à jour le 22/06/2021 - 17:02

Le procureur de Lons-le-Saunier a requis mardi  22 juin 2021 une peine de six mois d'emprisonnement, dont deux mois avec sursis, à l'encontre d'un homme de 72 ans poursuivi pour avoir foncé en voiture sur un père de famille après l'avoir traité de "sale bicot", en avril 2021 à Dole.

illustration © maCommune
illustration © maCommune

Un moteur hurlant, un choc terrible et des cris de femme, d'enfants : l'image et le son de la vidéo glaçante de l'agression d'Adil Sefrioui, filmée par son épouse et partagée sur les réseaux sociaux, a été diffusée mardi lors de l'audience devant le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier.

Le 21 avril à Dole, les époux Sefrioui sont chez eux lorsqu'ils aperçoivent un homme qui semble prendre des photos de leurs enfants dans le jardin. Suspicieux, le couple cherche à obtenir des explications. Une altercation verbale, puis physique s'en suit.

"Approche sale bicot, (...) tiens amène-toi devant la bagnole", râle le retraité avant de remonter dans sa voiture, de démarrer et de partir.

Mais la voiture fait demi-tour pour foncer sur M. Sefrioui. Le père de famille, toujours très éprouvé, a souffert de plusieurs fractures et a bénéficié d'une interruption temporaire de travail (ITT) de 30 jours.

Le conducteur de la voiture, qui ne s'est pas déplacé à l'audience, est poursuivi pour "violences volontaires avec arme et injures racistes", au grand dam de la défense qui réclame une instruction pour "tentative d'homicide".

"La colère m'a pris, j'ai fait demi-tour. Je voulais lui faire peur. Sous le coup de la colère on fait des bêtises", avait expliqué le retraité devant les policiers, affirmant avoir perdu le contrôle du véhicule.

Il s'agit de faits "particulièrement graves", "il y a une volonté de toucher à son intégrité physique", note le procureur de la République Lionel Pascal, qui estime néanmoins que le retraité a été "pris à parti" par le couple.

Les avocats de M. Sefrioui et des associations parties civiles - la Licra, SOS racisme et la Coordination contre le racisme et l'islamophobie - ont fustigé l'absence du prévenu à son procès, réclamant en vain un mandat d'amener, et dénonçant un "traitement communautaire" de ce dossier.

Adil Sefrioui comparaissait pour sa part à la même audience pour injures, violences légères et dégradations. Une peine d'amende de 1.100 euros d'amende, dont 900 avec sursis, a été requise à son encontre. Les deux hommes étaient inconnus des services de police.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Mutilations, subordination… Nouvelles mesures de suspension pour les centres Proxidentaire à Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

"Compte tenu de la gravité des manquements à la qualité et à la sécurité des soins" constatés dans les centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur et de Belfort, l'ARS Bourgogne Franche-Comté prend de nouvelles mesures de suspension à compter du 26 juillet 2021, a-t-on appris dans un communiqué.

Occupation d’un appartement par des mineurs isolés : Solmiré assignée au tribunal administratif de Besançon

Depuis avril 2021, Solmiré (Solidarité, Migrants Réfugiés) occupe un logement bisontin pour héberger des mineurs étrangers isolés. L'association est assignée au tribunal administratif par les Voies navigables de France (VNF), gestionnaire du bâtiment, ce mardi 27 juillet à 11 heures.

Une femme retrouvée morte près de Besançon : « très probablement » un féminicide 

Une femme a été retrouvée morte dans le coffre de sa voiture vendredi 23 juillet au soir à Guillon-les-Bains près de Besançon. Elle a "très probablement" été tuée par son compagnon, mortellement blessé ensuite par le tir d'un gendarme après s'être montré ultra-violent, a indiqué dimanche le procureur de la République de Besançon.

Magistrat qui proposait sa fille pour des rapports sexuels : vers un procès début 2022

Le procès du magistrat mis en examen pour avoir proposé sur internet à des inconnus d'avoir des relations sexuelles avec sa fille de 12 ans, récemment révoqué de la magistrature, devrait se tenir "début 2022", a indiqué ce vendredi 23 juillet 2021 le procureur de la République de Besançon, où est instruite l'affaire.

Eric Dupond-Moretti est mis en examen pour soupçons de prise illégale d’intérêts

Une première pour un ministre de la Justice en exercice : à l'issue de près de six heures d'interrogatoire à la Cour de justice de la République (CJR), Eric Dupond-Moretti a été mis en examen dans l'enquête sur de possibles conflits d'intérêts avec ses anciennes activités d'avocat ce vendredi 16 juillet.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.98
partiellement nuageux
le 29/07 à 18h00
Vent
0.44 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
38 %

Sondage