Alstom Belfort : ouverture de la réunion de crise présidée par Hollande à l’Elysée

Publié le 12/09/2016 - 09:12
Mis à jour le 12/09/2016 - 09:12

La réunion interministérielle de crise convoquée après l'annonce par Alstom de l'arrêt de la production de trains à Belfort s'est ouverte ce lundi 12 septembre 2016 matin à l'Elysée autour de François Hollande pour examiner "tous les aspects du dossier", a-t-on appris auprès de la présidence et du ministre de l'Economie Michel Sapin.

alstomornans.JPG
alstomornans.JPG
PUBLICITÉ

Ont pris place autour de la table, outre le chef de l’Etat, le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l’Économie Michel Sapin, le secrétaire d’État à l’Industrie Christophe Sirugue et le secrétaire d’État aux Transports Alain Vidalies. Le commissaire aux participations de l’Etat, Martin Vial,
participe également à cette réunion concernant une entreprise dont l’Etat est actionnaire minoritaire. « Nous n’allons pas nous contenter de faire une analyse du caractère brutal de la décision mais nous pencher sur tous les aspects du dossier », a déclaré Michel Sapin, interrogé à quelques minutes de l’ouverture de la réunion.

Le gouvernement pouvait encore sauver Alstom, à condition que…

Selon l’Elysée, « il s’agit de faire le point sur la situation de Alstom Transports à la suite des informations révélées par la direction de
l’entreprise la semaine dernière et tout particulièrement sur la situation de l’emploi sur le site de Belfort ». Le chef de l’Etat recueillera ainsi « les informations rassemblées par ses ministres afin de voir ensemble ce qu’il est possible de faire pour garantir l’emploi », ajoute-t-on de même source, précisant qu’une « communication interviendra très certainement » à l’issue de cette réunion. Jugeant dimanche que « la méthode employée par Alstom » pour annoncer l’arrêt de la production de trains à Belfort, berceau historique du groupe, était « inacceptable », Manuel Valls avait cependant assuré que le gouvernement pouvait « encore sauver Alstom, à condition que les dirigeants (de l’entreprise) jouent pleinement leur rôle ».

Le constructeur ferroviaire, qui aligne les mégacontrats à l’étranger mais est confronté à une pénurie de commandes en France, a annoncé mercredi l’arrêt de la production de locomotives à Belfort, site qui sera « transféré » à Reichshoffen, en Alsace, d’ici à 2018. Cette décision, qui a provoqué un choc dans la région, menace plus de 400 emplois. Alstom s’est toutefois engagé à soumettre aux salariés concernés « une proposition de transfert » vers d’autres sites. Pour l’exécutif, il est hors de question d’entériner un tel scénario à quelques mois de la présidentielle de mai 2017.

L’État, qui siège au conseil d’administration du groupe, détient 20% des droits de vote. Déjà convoqué jeudi à Bercy, le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge s’était vu imposer par MM. Sapin et Sirugue « une phase de négociation ».

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

alstom belfort

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat FO Alstom s’inquiète de l’avenir du site dans une lettre ouverte adressée à Emmanuel Macron

Le syndicat central FO Alstom exprime ses inquiétudes sur l'avenir d'Alstom depuis son mariage ferroviaire avec Siemens dans une lettre ouverte au président de la République. Depuis le 27 septembre 2017,  Siemens est entré au capital d'Alstom à hauteur de 50 % dans le cadre d'un rapprochement "entre égaux". L'État français n'est pas actionnaire du groupe. 

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Le plan de sauvetage d’Alstom Transport confirmé par Bruno Le Maire

Suite à une rencontre avec les élus locaux et le préfet du Territoire de Belfort ce vendredi 4 août à Bercy, le ministre de l'Économie a déclaré qu’au-delà du plan de sauvetage, il était nécessaire de réfléchir à des mesures à plus long terme pour définir une véritable stratégie industrielle pour le groupe Alstom.

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Alstom : des élus demandent à François Hollande « d’user de toute son influence pour déclencher les commandes »

Dans une lettre ouverte datant de ce mardi 21 février 2017 au président de la République François Hollande, quatre élus du Territoire de Belfort lui demandent de "rassurer" les salariés d'Alstom en usant "de toute son influence pour déclencher" les commandes citées dans le plan de sauvetage de l'État. Une lettre qui prépare la visite du président à l'usine de Belfort ce mercredi 22 février.

Dans la catégorie

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Le quartier de Planoise à Besançon fait partie des 80 territoires « prioritaires » sélectionnés pour accueillir un dispositif « cité éducative ». Ce dernier servira à coordonner les services d'Etat, les collectivités, les associations et les habitants pour accompagner l'enfant de 3 à 25 ans autour du cadre scolaire. Une enveloppe de 100 millions d'euros sur trois ans sera débloquée pour aider les collectivités dans leurs démarches.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.94
légère pluie
le 20/05 à 18h00
Vent
2.74 m/s
Pression
1010.73 hPa
Humidité
93 %

Sondage