Après "l'acte VIII", "gilets jaunes" et gouvernement de nouveau face à face

Publié le 07/01/2019 - 08:24
Mis à jour le 07/01/2019 - 08:25

Quelles suites à « l’acte VIII » ? Au lendemain d’une journée de mobilisation émaillée de heurts, des femmes Gilets Jaunes ont repris ce dimanche 6 janvier 2018 le flambeau d’une contestation qui s’enracine face à un gouvernement tenté de durcir la répression.

©Alexane Alfaro ©
©Alexane Alfaro ©

A Paris, Toulouse, Saint-Etienne ou Rennes, des centaines de femmes, parfois coiffées d'un bonnet phrygien, ont défilé en ciblant le chef de l'Etat --"Macron t'es foutu, les gonzesses sont dans la rue"-- et avec l'espoir de donner une image plus pacifique du mouvement qui fait vaciller l'exécutif depuis un mois et demi.

"Le gouvernement veut nous faire passer pour des casseurs, mais aujourd'hui nous sommes des mères, des grands-mères, nous sommes les filles, les sœurs de tous les citoyens", a déclaré à Caen Chloé Tessier, professeure d'équitation, après les heurts de la veille.

Près de 50.000 personnes ont manifesté samedi à travers la France, un succès comptable pour les "gilets jaunes" après une série de mobilisations en demi-teinte.

Ça "donnait une impression de 17 novembre", s'est félicitée une des figures du mouvement, Eric Drouet, en référence à "l'acte I" qui avait réuni 282.000 personnes, selon les autorités.

Des incidents parfois violents

Mais les incidents parfois violents qui ont éclaté à Paris, Bordeaux ou Toulouse ont quelque peu éclipsé le message d'un mouvement qui ciblait initialement le prix des carburants avant de porter des revendications plus larges comme le référendum d’initiative citoyenne (RIC).

A Paris, l'entrée du ministère du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a été défoncée par un engin de chantier et à Rennes, un petit groupe de "gilets jaunes" a cassé une porte d'accès à la mairie.

A Dijon, une caserne de gendarmerie a été dégradée et deux gendarmes blessés, dont l'un a reçu un coup de barre de fer au visage, selon la gendarmerie. Deux gendarmes violemment pris à partie sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor qui enjambe la Seine à Paris ont par ailleurs porté plainte, selon la même source.

Sur des images diffusées sur les réseaux sociaux, l'un d'eux est à terre, molesté par un homme portant un manteau et un bonnet noir. Dans une autre vidéo, on voit un homme également habillé en noir attaquer, tel un boxeur professionnel, un gendarme derrière son bouclier.

Le premier gendarme s'est vu prescrire 15 jours d'incapacité totale de travail (ITT), le second deux jours. Une enquête a été ouverte pour retrouver l'auteur de l'agression, qui serait un ancien boxeur professionnel selon le Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN).

Au total, selon le parquet, 35 personnes ont été placées en garde à vue à Paris après cet "acte VIII".

De son côté, le préfet du Var a saisi l'IGPN, la "police des polices", après la diffusion d'une vidéo montrant un commandant de police frappant des manifestants samedi à Toulon. Le procureur de Toulon avait auparavant indiqué qu'il n'ouvrirait pas de procédure contre le fonctionnaire, assurant à l'AFP qu'il avait "agi proportionnellement à la menace".

Dans la nuit de samedi à dimanche, le péage autoroutier d'Agde a par ailleurs été de nouveau pris pour cible et la députée de Vendée LREM Modem Patricia Gallerneau a dénoncé dimanche sur Facebook le "murage" de son garage par des "gilets jaunes".

- "+Ça suffit+"-

Le gouvernement, qui avait dénoncé vendredi un mouvement aux mains "d'agitateurs", a de nouveau appelé dimanche à la fin des violences, déjà condamnées samedi par Emmanuel Macron.

"Je souhaite que tous ceux qui croient à la démocratie, à la représentation souveraine du peuple français, se rassemblent et disent +ça suffit+", a déclaré le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, ajoutant que cette crise "coûtait cher à l'économie française". Le gouvernement et la majorité s'en sont également pris à l'attitude "irresponsable" d'une partie de l'opposition, en particulier de Jean-Luc Mélenchon.

Commentant les violences, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a appelé à "arrêter d'être naïfs" face à "des gens qui veulent renverser la démocratie".

Le syndicat de police Alliance a de son côté réitéré dimanche sa demande de création d'"un fichier" de manifestants violents.

Le gouvernement n'a pas fermé la porte à une évolution, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez évoquant un possible "durcissement de la législation pénale".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

gilets jaunes

Les Gilets Jaunes de retour à Besançon

Ils sont toujours là et ils l’ont à nouveau chanté. Moins d’une semaine après le déconfinement, les Gilets Jaunes ont décidé de poursuivre leur mobilisation ce matin à Chalezeule et en début d’après-midi eu centre-ville de Besançon en soutien aux « premiers de corvée »

Entre 600 et 1.000 manifestants marchent pour le climat à Besançon. Des Gilets Jaunes aux Livres dans la Boucle

"appel à la mobilisation générale" • Entre 600 manifestants et 1.000 manifestants selon la CFDT étaient au rendre-vous de la marche d’Alternatiba ANV (action non violente) Cop 21 au départ du parc Micaud à Besançon. Direction la place Flore pour rejoindre les Gilets Jaunes avec un Die In (mourir sur place). La marche devrait rejoindre les Vaîtes vers 17h avec un village des alternatives en parallèle de la Guinguette des Vaîtes mais le rassemblement s’est scindé. Une centaine de gilets jaunes a décidé de se rendre au centre-ville pour rejoindre les « Livres dans le Boucle ». La majorité des marcheurs climatique se sont dirigés en direction des Vaites.

Départ de la présidente de l’UCB : “Un centre-ville ne fonctionne que s’il a des clients. C’est à nous de le faire vivre…”

Après un peu plus de deux ans passés à la tête de l’Union des Commerçants de Besançon (UCB), nous sommes revenus sur les temps forts de la présidence de Cécile Girardet ce mois de septembre 2019. Plus qu’un bilan, c’est aussi un «coup de gueule» que la présidente a souhaité pousser suite aux mobilisations des Gilets Jaunes…

Social

Audiovisuel public en grève : ”Un danger majeur pour la pérennité de la radio de service public”

Un appel général à la grève a été lancé par les syndicats de l’audiovisuel public jeudi 23 et vendredi 24 mai 2024 contre la réforme de l’audiovisuel public votée au Sénat en juin 2023 qui consiste notamment à faire fusionner les médias publics.

Défendre la place du vélo dans la ville : une Vélorution le 25 mai dans les rues de Besançon

Les manivelles et l’association vélo Besançon (AVP), convient "tous les cyclistes passionnés ou occasionnels de Besançon et du Grand Besançon" à prendre part à une vélorution le samedi 25 mai à Besançon. Le rassemblement vise à défendre la place du vélo dans l’agglomération et la nécessité d’aménagements en général particulièrement dans la rue de Vesoul, actuellement en travaux.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

1er mai : quel est le programme des manifestations en Bourgogne Franche-Comté ?

Comme le veut la tradition syndicale, des manifestations sont organisées partout en France la 1er mai 2024, jour de la Fête du travail, suite à l'appel de l’intersyndicale CGT, Solidaires, FO, FSU. Quel est le programme des manifestations en Bourgogne Franche-Comté ? Réponses…

Centre hospitalier de Novillars : l’intersyndicale appelle à la grève le 2 mai

C’en est trop pour les syndicats CGT et SUD qui se mobiliseront le 2 mai 2024 devant la maison d’accueil spécialisée pour adultes handicapés à Novillars. En cause ? Deux suppressions de postes infirmiers qui aggravent "le déficit infirmier" déjà en place ainsi que le "gel de lits" et une augmentation des contrats à durée déterminée…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.83
légère pluie
le 29/05 à 6h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
94 %